Anthropocène ? Vous avez dit « Anthropocène » ? Compte rendu de la conférence de Jean-Baptiste Fressoz, UNamur, 6 mai 2015

Le mercredi 6 mai 2015, l’historien Jean-Baptiste Fressoz est venu présenter à l’Université de Namur l’ouvrage « L’ événement anthropocène. La Terre, l’histoire et nous » dont il est co-auteur avec Christophe Bonneuil.

Cette conférence s’inscrivait dans le cadre des activités du groupe de contact FNRS HenRI (Histoire environnementale-Réseau Interdisciplinaire). Elle a été suivie d’un débat entre Jean-Baptiste Fressoz, Sébastien Laoureux (professeur de philosophie à l’UNamur) et Isabelle Parmentier (professeur d’histoire à l’UNamur et directrice du PolleN).

Jean-Baptiste Fressoz à l’UNamur

1. Anthropocène ?

a) Le terme

« L’ événement anthropocène. La Terre, l’histoire et nous » est paru en 2013 aux éditions du Seuil dans une nouvelle collection justement intitulée… »Anthropocène ». Il est l’oeuvre de 2 historiens des sciences, Christophe Bonneuil et Jean-Baptiste Fressoz, tous deux chercheurs CNRS au Centre Alexandre Koyré à l’EHESS.

Ce riche ouvrage de plus de 300 pages s’articule autour du terme « Anthropocène ». Mais qu’est-ce que cela signifie ?

J.-B. Fressoz signale au début de sa conférence que ce terme est devenu courant. C’est un buzzword, un mot à la mode que l’on entend de plus en plus fréquemment dans les média, dans la bouche des scientifiques, des hommes politiques, etc.

Le terme d’Anthropocène dérive du grec ancien anthropos « être humain » et kainos « récent, nouveau » et signifie la nouvelle période des humains, l’âge de l’Homme (p. 18 du livre). Le terme est devenu à la mode depuis l’an 2000 par le biais de Paul Crutzen, chimiste de l’atmosphère et prix Nobel.

C’est également un terme fort car il indique une idée de non retour. Ce terme nous incite à abandonner l’idée que les choses peuvent s’arranger, que la crise environnementale peut être surmontée « facilement ». Non, l’Homme a tellement perturbé l’environnement et la terre qu’il est devenu une force géologique majeure! Selon J.-B. Fressoz, ce qui nous arrive n’est pas une crise environnementale, c’est une révolution géologique d’origine humaine.

En effet, l’Anthropocène correspondrait à une nouvelle ère géologique (faisant suite à l’Holocène), une ère où l’humanité aurait acquis une telle capacité à modifier la nature qu’elle serait devenue une force géologique aussi importante (voire plus) que les tremblements de terre par exemple.

L’ Anthropocène serait donc une période caractérisée par le fait que l’empreinte humaine sur l’environnement planétaire est devenue si vaste et intense qu’elle rivalise avec certaines des grandes forces de la Nature en termes d’impact sur le « système Terre » (p. 18).

Voilà pour la notion, mais quels sont les arguments qui peuvent servir de socle au concept d’ Anthropocène?

b) Les arguments

J.-B. Fressoz en mentionne 3 principaux:

– L’ augmentation du niveau de CO2 d’origine anthropique dans l’atmosphère et le changement climatique qui résulte de cette augmentation

– La perte de biodiversité. Il cite des biologistes pour lesquels nous serions confrontés à la sixième extinction massive d’espèces. Il mentionne également le fait que l’Homme et ses animaux (animaux domestiques, animaux d’élevage, etc.) représentent 97% de la biomasse des vertébrés terrestres, ce qui ne laissent que 3% aux autres vertébrés…

– La perturbation du cycle des substances chimiques tels le phosphore ou l’azote, notamment à cause du recours massif aux engrais et aux pesticides chimiques

Ces trois arguments constituent la base sur laquelle s’appuie la notion d’Anthropocène.

Ensuite J.-B. Fressoz nous invite à nous demander pourquoi les historiens n’ont investis que très récemment le champ de l’histoire environnementale

c) La grande divergence

Il ne s’agit pas ici de l’excellent ouvrage de Kenneth Pommeranz mais bien de la séparation entre l’histoire humaine et l’histoire de la nature.

J.-B. Fressoz rappelle que jusqu’à la fin du 19e siècle, histoire humaine et histoire de la nature sont étroitement liées. Dans la plupart des ouvrages historiques antérieurs à cette époque, la nature a sa place dans l’histoire humaine et vice-versa.

A la fin du 19e siècle, ce n’est plus le cas. A ce moment là, la Terre, acquiert un âge incommensurable à l’échelle humaine, notamment grâce au développement des sciences géologiques. On passe ainsi d’une Terre âgée de quelques milliers d’années à une planète âgée de quelques milliards d’années.

Cet accroissement de l’âge de la Terre (et de la Nature) incite de moins en moins les historiens a prendre en compte la nature dans leurs travaux. Celle-ci ne cadre plus avec l’échelle de temps dans laquelle s’inscrivent les travaux des historiens. La nature serait-elle dès lors « hors Histoire » avec un grand H ?

La réponse est oui si l’on se base sur la large majorité des travaux historiques de la fin du 19e s. jusqu’à la fin du 20e s. La nature est peu voire pas du tout présente.

C’est ainsi que dans le cadre de mes recherches personnelles sur les mines de charbon, j’ai constaté qu’il est possible de lire des ouvrages entiers d’histoire minière sans qu’il soit fait une seule fois mention du fait que les mines souterraines peuvent causer des affaissements de terrains, sur la manière dont les terrils sont créés, les nuisances qu’ils causent, sans un seul mot sur les dégâts miniers et les problèmes sociétaux et environnementaux que les mines engendrent, etc.

Pour ne prendre que deux exemples concrets, très peu de mentions sur les impacts environnementaux de l’exploitation du charbon, voire aucune, ne sont faites dans des ouvrages aussi fondamentaux pour l’histoire minière que les 5 (gros) volumes de l’ History of the British Coal Industry ou dans Les charbonnages du nord de la France au 19e siècle de Marcel Gillet.

Ce n’est que très récemment que les historiens (re)prennent en compte les aspects environnementaux dans leurs études.

J.-B. Fressoz propose d’aborder 4 thèses afin de se rendre compte de la puissance du concept d’Anthropocène du point de vue des historiens:

– L’histoire des réflexivités environnementales

– Anthropocène ou Capitalocène ?

– L’ Anthropocène n’était pas irréversible

– Anthropocène et guerre

2. La longue histoire des inquiétudes environnementales

a) Une réflexivité environnementale seulement depuis 1970 ?

Dans l’esprit de beaucoup d’entre nous, les questions liées à l’environnement sont récentes. Ce ne serait que depuis les années 1970 que le monde se préoccupe de l’environnement.

En effet, c’est durant cette décennie que la mouvance écologiste se politise, notamment avec la création de partis verts en Belgique et en France, que sont créés les premiers ministères et les premières administrations spécifiquement dédiés à l’environnement (l’EPA Environmental Protection Agency, agence fédérale américaine de protection de l’environnement, est fondée en 1970), que les mouvements écologistes et environnementalistes prennent de l’ampleur et que la Terre et sa « santé » deviennent un enjeu majeur pour nos sociétés.

Il est inexact de croire cela. Les réflexions sur l’état de l’environnement, sur l’impact de l’homme sur son milieu sont bien antérieures à la fin du 20e siècle. Nous ne sommes pas les premiers à nous inquiéter de notre influence sur notre environnement, sur la biodiversité, sur notre planète. D’autres se sont posés des questions et ont proposé des solutions bien avant nous.

Toutefois, de nos jours, le discours dominant ne varie pas ou très peu. Pourquoi cela ? Pourquoi affirmer que nous sommes les premiers à nous soucier « réellement » de l’état de notre environnement ?

b) L’attrait de la géo-ingénierie

Selon J.-B. Fressoz, une des principales raisons est idéologique et politique. En laissant croire aux gens que cela ne fait que quelques décennies que nous savons que nous sommes dans l’Anthropocène, on crée un discours « optimiste » afin de toucher la population.

Effectivement, si nous savons que nous sommes dans l’Anthropocène et que nous nous rendons compte que l’humanité, nous tous, sommes devenus une force géologique majeure, et bien, comme nous nous en sommes rendus compte nous allons pouvoir remédier à la situation.

C’est ici qu’entrent en jeu les considérations idéologiques et politiques car ceux qui tiennent ce discours profondément optimiste préconisent des solutions techniques au changement climatique. C’est ce que l’on nomme communément la géo-ingénierie (pour ceux qui s’intéresseraient à cette notion, je vous recommande de visionner la conférence du politiste australien Clive Hamilton ici et de lire les deux ouvrages suivants: Clive Hamilton, Les apprentis sorciers du climat. Raisons et déraisons de la géo-ingénierie, Paris, Le Seuil, 2013 et James Rodger Fleming, Fixing the Sky. The Checkered History of Weather and Climate Control, Washington D.C., Columbia Univerisity Press, 2012).

La géo-ingénierie consiste en des procédés techniques permettant de rendre la planète plus habitable sans pour autant devoir changer nos comportements, nos manières de vivre, etc. Dit comme ça, cela paraît très positif. Néanmoins, la géo-ingénierie comporte des risques car il s’agit de procédés inédits et certains semblent hasardeux et dangereux (pour avoir un aperçu des risques encourus, je vous recommande de regarder l’excellent film d’anticipation qu’est le Transperceneige/Snowpiercer dont l’histoire se déroule dans un monde devenu glacé et où l’humanité a été décimée suite à un incident de géo-ingénierie, ainsi que la bande dessinée sur laquelle se base le film). De plus, la géo-ingénierie ne résout pas les problèmes, tout au mieux, elle les contient tel un barrage. Cela signifie qu’en recourant à de tels procédés, nous devenons dépendants de ces derniers. Tout va bien tant que l’on continue à les utiliser et à les maîtriser.

Pour J.-B. Fressoz, cela revient à remettre entre les mains de quelques scientifiques, ingénieurs et techniciens notre avenir, notre existence. La géo-ingénierie suppose dès lors l’instauration d’un géo-pouvoir immense, avec tous les risques de dérives et d’abus qu’une telle emprise sur le monde peut entraîner.

c) Une longue histoire des inquiétudes environnementales: l’exemple du changement climatique à la fin du 18e siècle et au début du 19e siècle

J.-B. Fressoz montre alors que l’état de l’environnement, l’impact de l’homme sur ce dernier et même le changement climatique ont fait l’objet de l’attention de toute une série d’acteurs dans les périodes antérieures: scientifiques, hommes politiques, écrivains, administrateurs, ingénieurs, artistes, etc.

Il donne un exemple qui pour nous est très contemporain : la question du changement climatique à la fin du 18e siècle et au début du 19e siècle.

A la fin de l’Ancien Régime et au début de l’époque contemporaine, une question inquiète les scientifiques et les gouvernements, celle du changement climatique global. Il s’agit pour l’époque non pas d’un réchauffement climatique mais plutôt d’un refroidissement global du climat.

Il y a plus de 200 ans, on se préoccupe du climat de la planète entière. Pour quelles raisons et dans quel contexte ?

Selon une conception dominante de l’époque, la Terre est habitable grâce au cycle des matières et notamment au cycle de l’eau.  Ce cycle de l’eau dépend des végétaux qui permettent la circulation de celle-ci, or, la fin du 18e siècle et le début du 19e siècle correspondent à une période de déforestation intense et d’assèchement des zones humides (c’est la grande période des assèchements de marais). La couverture forestière diminue fortement, compromettant la continuation du cycle de l’eau.

Les savants de l’époque observe que le climat de la planète se refroidit. Ils pensent que l’eau reste dans l’atmosphère au lieu d’être captée par les végétaux. Cette eau se refroidit dans le ciel, tombe sous forme de neige et renforce le froid. Certaines voix de l’époque craignent que le changement climatique engendré par la déforestation massive ne soit irréversible (voir à ce propos la revue des Annales européennes parue dans les années 1820 et qui diffuse des études relatives à ce sujet).

S’ouvre alors un grand débat au sein de la société mettant en scène l’arbitrage entre la forêt et les grains, entre la démographie et les richesses. Si l’on veut atténuer voire empêcher le changement climatique, il faut reboiser mais est-ce que cela doit se faire au détriment des cultures vivrières et de fait, de l’approvisionnement de la population en nourriture ? De plus, le bois, contrairement à ce que l’on pourrait penser, est encore la source d’énergie dominante pour l’industrie, notamment sous forme de charbon de bois (le charbon ne supplante les autres formes d’énergie qu’à la fin du 19e siècle). Doit-on dès lors restreindre le développement de l’industrie afin de permettre aux forêts de se rétablir ?

Par cet exemple, J.-B. Fressoz montre que la prise de conscience de l’impact des activités humaines sur l’environnement n’est pas aussi récente que ça. On ne se rend pas compte que l’humanité détruit l’environnement seulement 200 ans après les débuts de l’industrialisation. La prise de conscience trouve ses racines dès le début de la Révolution industrielle.  Pourquoi cette question du changement climatique n’a pas été suivie d’effet ? C’est qu’on a passé outre les craintes et les constats pour se lancer dans le développement industriel et la dépendance aux énergies fossiles et par la même occasion, dans l’accélération du changement climatique (ce qu’Andreas Malm démontre dans sa thèse Fossil capital qui paraîtra fin 2015).

3.  Anthropocène ou capitalocène ?

a) L’humanité de l’ Anthropocène

Cela amène J.-B. Fressoz à aborder une autre question: quelle est cette humanité dont parle l’ Anthropocène ? Le concept d’Anthropocène envisage l’humanité comme un tout indifférencié. La complexité des sociétés se voit effacée sous une appellation générique.

Cette vision simpliste de l’humanité offre la possibilité aux théories néomalthusiennes de se développer. L’ Anthropocène, le fait que l’humanité soit devenue une force géologique majeure, serait dû à l’augmentation démographique. Plus il y a d’êtres humains sur Terre d’année en année, plus leur impact sur l’environnement s’accroît. Cela revient à gommer un des traits essentiels : le développement du capitalisme industriel depuis 1750 et la consommation effrénée de ressources naturelles que ce type de régime économique doit faire afin de se perpétuer.

b) Capitalisme versus Changement climatique ?

Selon J.-B. Fressoz, l’Anthropocène est avant tout un capitalocène et un anglocène. La diffusion du modèle capitaliste anglo-saxon, d’abord à partir du Royaume-Uni dans la seconde moitié du 18e siècle et durant le 19e siècle puis en se basant sur le modèle américain après 1914 et surtout après 1945, a contribué à rendre les économies, les sociétés, l’humanité « développée » entièrement dépendantes aux combustibles fossiles (et accessoirement à la croissance « à tout prix »).

C’est ainsi qu’au 19e siècle, l’Angleterre est le principal investisseur à l’étranger dans les chemins de fer (très gourmands en combustibles fossiles) et dans les mines (pour extraire le charbon), contribuant à répandre dans le monde un modèle de société tributaire d’un approvisionnement constant en énergie fossile (ce qu’on nomme des fossil fuel junkies ou des fossil fuel addicts).

Mais alors qu’en est-il de l’autre modèle du 20e siècle ? Qu’en est-il du communisme ? J.-B. Fressoz nous démontre alors que l’URSS, bien qu’ayant eu un impact environnemental important, principalement au travers de ses grands projets techniques (voir aussi les travaux de Paul Josephson sur le sujet), n’est qu’un acteur infime dans le changement climatique par rapport aux économies « occidentales » et surtout par rapport au Royaume-Uni et aux Etats-Unis d’Amérique.

Pour cela, J.-B. Fressoz se base sur la balance commerciale physique. Il s’agit de la comptabilité des flux des personnes, des objets et des biens. L’étude de cette balance commerciale physique permet de se rendre compte du poids réel d’une économie sur l’environnement, notamment au point de vue des émissions de gaz à effet de serre. On constate alors que l’URSS et le monde soviétique, ayant des contacts commerciaux limités par rapport aux économies capitalistes, contribuent de façon bien moins importante aux dégradations environnementales et notamment aux émissions de dioxyde de carbone (un des gaz à effet de serre) que les Etats-Unis et le monde occidental.

L’ Anthropocène, loin d’être dû à l’humanité prise dans son entièreté, résulte principalement de la diffusion et du développement du modèle capitaliste. En cela, J.-B. Fressoz rejoint les constats émis par Naomi Klein dans son dernier ouvrage This Changes Everything. Capitalism vs the Climate, New York, Simon & Schuster, 2014.

c) L’ ère des énergies fossiles

Ce capitalocène dépend des énergies fossiles, et principalement du pétrole. Mais comment expliquer la pétrolisation de nos sociétés ?

J.-B. Fressoz base alors son raisonnement sur les travaux de Bruce Podobnik et de Timothy Mitchell (Carbon Democracy). Selon ces deux chercheurs, le charbon fait peser de l’incertitude sur l’accès à l’énergie. En effet, l’approvisionnement en charbon repose avant tout sur la bonne volonté des mineurs (s’ils ne minent pas, le charbon n’est pas disponible…) et de la population pour acheminer le charbon vers les endroits où il sera utilisé (notamment les transporteurs: bateliers, cheminots, camionneurs, etc.). Cette réalité octroie un pouvoir politique important aux mineurs, pouvoir qui s’accroît au fur et à mesure que la société devient dépendante du charbon. A la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, le charbon est la principale source d’énergie pour les sociétés industrialisées. Sans charbon, la société dans son ensemble est paralysée. Les mineurs, et surtout les syndicats, disposent alors d’un pouvoir de pression immense. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les grandes lois sociales sont adoptées entre 1880 et 1940 lorsque le charbon demeure l’énergie principale.

C’est alors qu’apparaît le pétrole comme solution de remplacement du charbon. Le pétrole présente plusieurs avantages par rapport au charbon (le pétrole est fluide alors que le charbon est solide, le pétrole peut être transporté plus rapidement et plus facilement par des pipelines, etc.) mais un avantage principal ressort : l’industrie pétrolière demande moins de travailleurs et d’intermédiaires pour extraire le pétrole et le transporter, ce qui suscite moins de grèves et enlève la capacité aux travailleurs de bloquer l’approvisionnement énergétique.

La pétrolisation de nos sociétés se développe à partir des années 1920 et prend de l’ampleur après 1945. Elle résulterait de la volonté d’avoir une énergie sûre et dont l’approvisionnement serait peu susceptible d’être saboté mais également, de lutter contre la diffusion du communisme étant donné que les syndicats de mineurs les plus influents relevaient de la mouvance communiste. C’est dans cette optique que les Américains, dans les conditions d’octroi des fonds du Plan Marshall devant permettre la reconstruction des Etats européens après 1945, incluaient l’achat de pétrole, permettant de fait la diffusion de ce dernier dans nos sociétés et réduisant les capacités d’action et le poids des mouvements communistes dans le « monde occidental ».

Il est amusant de voir que le choix du pétrole, qui n’était pas évident au premier regard car il s’agit d’une énergie plus « sale » et avec un rendement énergétique moindre que le charbon, résulte d’un choix politique délibéré visant à réduire la capacité des travailleurs à demander plus de droits sociaux…

Capitalisme et pétrole sont pour J.-B. Fressoz étroitement liés.

4. L’ Anthropocène n’était pas irréversible

J.-B. Fressoz en vient à se demander si l’ Anthropocène aurait pu être évité ? Il base alors son exposé sur plusieurs exemples d’échecs d’alternatives à l’usage des combustibles fossiles.

a) L’échec des maisons solaires dans les années 1930-1940

Comme dit précédemment, le charbon ne devient crucial pour nos systèmes économiques qu’à la fin du 19e siècle quant au pétrole, il ne devient incontournable qu’après 1945. Il y a donc une période d’environ 65 ans durant laquelle le charbon est roi avant d’être supplanté par le pétrole. Une question va alors obséder le monde entier: « et s’il n’y avait plus de charbon exploitable un jour » ?

Cette question, elle se pose depuis toujours car le charbon est une ressource naturelle non renouvelable (une fois extrait et brûlé, il n’y en a plus) mais elle prend de l’ampleur suite à la dépendance de plus en plus croissante des sociétés industrielles par rapport au charbon (ce que William Stanley Jevons montre dès 1865 dans son étude The Coal Question). Entre 1880 et 1945, des congrès mondiaux sur l’énergie sont tenus, des commissions sur les économies d’énergie sont  créées dans de nombreux Etats afin de trouver des solutions pour faire durer le charbon le plus possible et l' »économiser », on cherche également à développer des alternatives aux énergies fossiles. Une de ces alternatives est la maison solaire.

Il s’agit d’une maison passive, permettant des économies d’énergie et réduisant la consommation de charbon et d’électricité. Les premiers projets des années 1920-1930 s’adressent à un public aisé. Mais dans le courant des années 1930, des projets accessibles à tous voient le jour. Il est possible pour un ménage américain moyen d’acquérir une maison solaire pour la somme de 5000 dollars, ce qui, pour l’époque, est raisonnable.

Alors pourquoi le projet de maison solaire s’est-il conclu sur un échec ? La raison tient dans la crise du logement aux USA dans les années 1940-1950, dans la suburbanisation (les fameuses banlieues) et dans la standardisation des maisons.

Les USA traversent une grave crise du logement dans les années 1940-1950. Une solution à cette crise s’avère être la standardisation des maisons. Les maisons bon marché en préfabriqué présentent en effet l’avantage de pouvoir être bâties rapidement, à peu de frais et massivement. On voit alors se développer des quartiers entiers de maisons identiques à la périphérie des villes américaines. Comme ces maisons préfabriquées sont si bon marché, les maisons solaires ne peuvent faire face à cette concurrence. Elles disparaissent du marché immobilier. Le préfabriqué a gagné.

Cependant, ces maisons préfabriquées sont peu adaptées aux aléas climatiques. En été, elles sont de véritables fournaises. Pour pallier à cet inconvénient, l’installation d’appareils de climatisation électriques se généralise. Or, cela signifie pour les fournisseurs d’électricité qu’en été les habitants surconsommeraient de l’électricité pour rafraîchir leur demeure et qu’en hiver ils consommeraient moins. Cela risquerait dès lors d’entraîner des pics de consommation pouvant endommager le réseau électrique. Pour éviter ce risque, l’installation du chauffage électrique dans ces demeures se répand afin d’avoir une consommation électrique relativement constante tout au long de l’année, or le chauffage électrique est une aberration du point de vue de l’efficacité énergétique car les pertes sont nombreuses et importantes.

L’échec de la maison solaire et le succès de la maison préfabriquée a eu pour conséquence d’augmenter la consommation énergétique des ménages américains de façon exponentielle… au temps pour la planète.

b) La disparition des tramways électriques dans les années 1950

Un autre exemple d’échec réside dans la disparition généralisée des tramways électriques dans les USA des années 1950.

Jusque dans les années 1950, le tramway électrique est présent dans la plupart des villes nord-américaines. Il s’agit d’un moyen de transport collectif fortement utilisé par les citadins et consommant peu d’énergie.

A partir des années 1920, le tramway électrique subit la concurrence massive de l’automobile. Avec le développement des banlieues (qui ne sont pas reliées au réseau de tramway), de plus en plus de personnes ont recours à l’automobile pour se déplacer. Il en résulte l’engorgement du réseau routier urbain, ce qui a pour effet de ralentir les trams et d’allonger les temps de parcours. Le mode de transport individuel devient roi.

Toutefois, les constructeurs automobiles voient toujours dans le tramway électrique un concurrent. Ils pensent que le tramway représente un frein à la diffusion de l’automobile dans toutes les franges de la population.

Pour « supprimer » cette concurrence, des géants automobiles vont racheter les compagnies de tramways et vont soit les supprimer purement et simplement, soit les remplacer par des bus fonctionnant à l’essence. Cela signe la disparation d’un mode de transport collectif qui permettait de se passer des énergies fossiles.

Pour la petite anecdote, que je rajoute à titre personnel, il est intéressant de voir que dans le film « Qui veut la peau de Roger Rabbit« (1988), dont l’histoire se déroule dans le Los Angeles de 1947, la suppression des lignes de tramway électrique et leur remplacement par une autoroute et par l’automobile sert de trame de fond au scénario.

5. L’ Anthropocène est un tanathocène

J.-B. Fressoz conclut sa conférence en abordant la question de l’influence du monde militaire sur l’environnement.

a) Guerre et environnement

Selon lui, l’ Anthropocène est un tanathocène (de tanathos, la mort). Les guerres, et pas uniquement l’armement utilisé mais le fait guerrier dans son entièreté, disposent d’un puissant impact environnemental par les destructions qu’elles causent.

En effet, depuis le 19e siècle, les guerres n’ont cessé d’être de plus en plus destructrices. L’armement s’est tellement « perfectionné » que désormais quelques armes suffisent pour détruire toute vie sur Terre.

J.-B. Fressoz prend l’exemple des destructions causées par les armes chimiques durant la Guerre du Vietnam. Le fameux « agent orange » utilisé par l’armée américaine durant ce conflit a eu des conséquences désastreuses à la fois sur l’environnement (déforestation, pollution des sols, etc.) et sur les populations (maladies, malformations des nourrissons, etc.).

b) Technologies militaires et usages civils

Le monde militaire a également une influence importante sur notre environnement par le biais des technologies qu’il développe et qui finissent pas se répandre dans la société civile.

J.-B. Fressoz prend l’exemple emblématique de la pêche. Les filets de nylon utilisés par les pêcheurs ont d’abord été développé à des fins militaires. Idem pour le sonar d’abord employé dans la lutte contre les sous-marins et qui sert désormais à repérer les bancs de poissons. Il en est de même pour le GPS. La combinaison du sonar et du GPS permet aux pêcheurs d’être de plus en plus « efficaces ». J.-B. Fressoz cite la pratique de plus en plus répandue d’utiliser des balises maritimes fixes équipées de sonar qui envoient leur position GPS aux pêcheurs lorsqu’elles ont repérés un banc de poissons (voir également les travaux de Paul Josephson sur le sujet, notamment Industrialized Nature paru en 2002).

Un autre exemple est celui du développement de l’aviation civile dans les années 1950. L’aviation a d’abord eu un usage militaire au point de devenir un des éléments essentiels des forces militaires durant la Seconde guerre mondiale. Après celle-ci, l’aviation civile se développe. Or l’avion est un énorme consommateur de combustibles fossiles…

c) Guerre et redéfinition des espaces

Enfin J.-B. Fressoz termine en présentant l’influence du monde militaire sur l’aménagement des territoires.

Par exemple, les guerres napoléoniennes et le blocus continental qui coupent le Royaume-Uni du reste de l’Europe au début du 19e siècle a pour conséquence l’intégration des espaces périphériques dans l’économie capitaliste et impérialiste anglo-saxonne.

Avant le blocus, seules les matières et les produits à forte valeur ajoutée traversent l’Atlantique pour le Royaume-Uni. Avec le blocus, ce dernier est coupé de ses approvisionnements continentaux. Il se tourne alors vers l’Amérique du Nord. Les importations de produits courants en provenance de cette zone qui auparavant était périphérique augmentent fortement, notamment en ce qui concerne le bois. Cette demande en bois nord-américain entraîne une déforestation de plus en plus massive…

Plus proche de nous, aux USA, durant la Guerre froide, la peur du bombardement nucléaire se répand au sein du gouvernement fédéral. Un de ces craintes, c’est de voir toute l’industrie sidérurgique américaine anéantie par quelques frappes ciblées. En effet, dans les années 1950, la majorité de l’industrie sidérurgique américaine est concentrée sur la côte nord-est des Etats-Unis, constituant une « proie » facile.

Le gouvernement fédéral va trouver une solution en favorisant la dissémination des industries vitales pour l’économie sur l’ensemble du territoire. Par ce procédé, l’ennemi éprouverait de grandes difficultés pour affaiblir les capacités de production des industries américaines. Ces industries devant être reliées à un réseau de communications suffisant, le gouvernement va encourager et mettre en oeuvre la création d’un important réseau autoroutier couvrant l’ensemble du territoire, redéfinissant ainsi le paysage des Etats-Unis.

La conférence se conclut ainsi et suit une séance de commentaires et de questions-réponses.

Kevin Troch


Kevin Troch

Doctorant en histoire environnementale à l'Université de Lille (IRHiS) et à l'Université de Namur (PolleN).

4 réponses

  1. 04/11/2016

    […] l’ère de l’Anthropocène (lire ce billet sur l’histoire de l’Anthropocène ici). La sismicité induite s’insère dans le contexte englobant de l’Anthropocène et […]

  2. 08/11/2016

    […] des Hommes, l’ère de l’Anthropocène (lire ce billet sur l’histoire du concept ici). La sismicité induite s’insère dans ce contexte et interpelle les chercheurs en sciences […]

  3. 08/11/2016

    […] des Hommes, l’ère de l’Anthropocène (lire ce billet sur l’histoire du concept ici). La sismicité induite s’insère dans ce contexte et interpelle les chercheurs en sciences […]

  4. 17/02/2017

    […] des Hommes, l’ère de l’Anthropocène (lire ce billet sur l’histoire du concept ici). La sismicité induite s’insère dans ce contexte et interpelle les chercheurs en sciences […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *