En toute digression #3: Sommes-nous la première espèce technologique indigène dans le Système solaire? Science-fiction et Histoire. Réflexions sur l’Anthropocène

Chère lectrice, cher lecteur,

C’est l’été et parfois, sous l’effet des grandes chaleurs, mon esprit entre en ébullition et m’entraîne parfois à réfléchir au-delà de la sphère terrestre. La faute au changement climatique certainement.

J’ai toujours été passionné par la science-fiction, par l’astrobiologie et par l’histoire mais quand les trois se combinent, je crie au génie.

C’est le cas dans un article de l’astrophysicien Jason T. Wright paru en juin 2017 dans l’International Journal of Astrobiology (et consultable ici) que j’ai lu avec intérêt, aussi bien personnel qu’en tant qu’historien: Prior Indigenous Technological Species.

Dans cet article, Jason Wright se demande s’il nous serait possible de trouver des technosignatures d’espèces intelligentes qui auraient existé dans le Système solaire avant l’apparition des êtres humains, que ce soit sur Terre, sur Vénus ou sur Mars, c’est-à-dire des traces prouvant l’existence d’une activité nécessitant le recours à une technologie relativement avancée comme, par exemple, l’usage de l’énergie nucléaire, les sondes spatiales ou l’extraction minière à grande échelle.

Et là j’imagine ton regard incrédule et ton visage déconfit. Oui oui, je parle bien d’espèces technologiques antérieures à l’espèce humaine et qui se seraient développées dans notre Système solaire. Mais soyons bien clair. Ni Wright ni moi n’affirmons que c’est une réalité. Ce serait une formidable découverte si c’était le cas mais pour le moment, aucune technosignature n’a été découverte dans le système solaire. Il n’y a que nous pour l’instant. Se poser la question est légitime et je dois bien t’avouer que c’est très excitant de faire travailler son esprit dessus.

Il faut aussi être clair par rapport à ce qu’on entend par « espèce technologique indigène ». Par exemple, si la présence de vie venait à être prouvée sur Encélade ou sur Titan ou sur l’une des autres lunes de Saturne (ou de Jupiter), il s’agira probablement d’une forme de vie bactérienne ou primitive, ou tout au moins non technologique. La science-fiction a envisagé ce cas de figure, notamment dans le récent (et très bon film) Life: Origine inconnue sorti en avril 2017 où l’équipage de la Station spatiale internationale recueille un échantillon de terres de Mars contenant un organisme inactif qui s’avèrera hostile ou dans Mobile Suit Gundam Seed où l’on voit dans une des stations spatiales des Coordinateurs, le fossile d’un organisme marin semblable à une baleine terrestre provenant d’Europe, une des lunes de Jupiter.

The Evidence 01 (Mobile Suite Gundam Seed, 2002-2003, Sunrise/Bandai, http://gundam.wikia.com/wiki/Evidence_01).

Une espèce technologique indigène serait originaire du Système solaire et aurait laissé des technosignatures et/ou aurait maîtrisé le voyage spatial. Elle pourrait être relativement comparable à la nôtre ou totalement différente. À vrai dire peu importe tant qu’aucune preuve n’aura été découverte, tout cela restera un exercice de pensée. Mais la perspective d’une telle découverte ne peut susciter que l’intérêt et l’imagination!

C’est à une plongée dans cet imaginaire que je t’invite. Sommes-nous les premiers ? et si ce n’est pas le cas, qu’est-ce que cela pourrait signifier pour nous qui sommes entrés dans l’ère de l’Anthropocène ?

 

Des espèces technologiques indigènes premières dans le Système solaire ? Une perspective passionnante pour la science et la science-fiction

L’existence d’une forme de vie extraterrestre intelligente, technologiquement avancée et éteinte (ou sur le point de l’être) est un thème récurrent de la science-fiction confinant au cliché. La plupart s’apparente à la théorie des « Anciens Astronautes », théorie selon laquelle la Terre et les êtres humains auraient été visité à un moment de leur histoire, généralement durant la préhistoire et l’Antiquité, par des extraterrestres venant d’un autre système solaire.

C’est le cas, entre autres, des Prothéens dans Mass Effect qui viennent d’un autre système solaire et qui ont établi une base sur Mars afin d’observer les Humains. Des Forerunners de la série des Halo qui ont combattu et vaincu la Première Humanité puis ont éliminé toute forme de vie intelligente dans la galaxie afin de détruire la menace des Floods et enfin, ont implanté des Humains sur Terre lorsque la menace a été éliminée. Ou encore les Sylvidres d’Albator 78 qui ont terraformé la Terre pour qu’elle puisse accueillir leur population fuyant leur système d’origine (or entretemps l’espèce humaine s’est développée sur Terre), mais également les Asgards de la saga Stargate qui ont influencé les Humains à travers les âges, les extraterrestres de 2001: L’odyssée de l’espace, etc. etc. Ici aussi, pas question d’aborder le thème d’une éventuelle et très improbable présence d’une espèce intelligente vivant simultanément avec notre espèce dans le système solaire. Donc, la Guerre des Mondes d’H.G. Wells, Mars Attack de Tim Burton, les Chroniques martiennes de Ray Bradury (1950), Uranie de Flammarion (1889) n’en font pas partie.

Non ici, il est question d’un sujet qui est relativement peu envisagé par la science-fiction à savoir une espèce originaire du système solaire, de la Terre, de Vénus ou de Mars, et qui en est absente, qu’elle ait quitté le système solaire de son plein gré ou qu’elle soit (presque) éteinte ; en quelque sorte de « précurseurs » ou de « prédécesseurs ». Le thème ne se limite pas à la fiction. Dans certaines sphères scientifiques, le sujet fait l’objet de théories depuis la fin du 19e siècle, notamment depuis la théorie des « canaux de Mars » développée par Lowell dans les années 1890-1910. Voyons à travers quelques exemples comment la science-fiction et la science traitent le sujet depuis le 19e siècle.

De l’Antiquité grecque jusqu’au 18e siècle, l’idée d’une espèce intelligente vivant ou ayant existé dans notre système solaire est présente dans la littérature. Elle sert essentiellement à illustrer de façon satirique les défauts et les travers de la société dans laquelle évoluent les auteurs de ces histoires. Par exemple, Lucien de Samosate imagine au 2e siècle PCN une espèce intelligente non-humaine vivant sur la Lune dans son Histoire vraie. Cette histoire lui permet de tourner en dérision les écrivains de son époque. Savinien de Cyrano de Bergerac s’inspire de Lucien de Samosate et rédige deux romans Histoire comique des États et Empires de la Lune et Histoire comique des États et Empires du Soleil (publié à titre posthume en 1657 et en 1662) où il décrit des sociétés humaines vivant sur la Lune et dans le Soleil. De Bergerac profite de ces rencontres pour remettre en question les mœurs et les usages de son temps. Dans un même objectif, Voltaire envisage des êtres intelligents vivant sur Saturne dans Micromégas en 1752. Micromégas est un géant de 39 kilomètres de haut, un jeune savant originaire de la lointaine planète Sirius. Banni de celle-ci, il arrive sur Saturne où il découvre une race de petits « géants » ne mesurant que deux kilomètres de haut. Il se lie d’amitié avec le secrétaire de l’Académie de Saturne. Tous deux se rendent sur Terre et rencontrent un bateau de philosophes revenant d’un expédition dans les régions arctiques. S’ensuit une discussion entre les deux géants et le groupe de philosophes durant laquelle Micromégas et son ami saturnien vont mettre en évidence les défauts des courants philosophiques des êtres humains et rire de leur arrogance.

L’idée d’une espèce intelligente native de Mars abonde dans les œuvres de science-fiction (voir ci-dessus) mais aussi dans la littérature scientifique des années 1870-1890 jusqu’aux années 1960. Suite aux théories de Lowell sur les « canaux de Mars » dans les années 1890, une fièvre martienne s’empare du monde. Pour Lowell dans ses ouvrages Mars (1895), Mars and its canals (1906) et Mars as the abode of life (1908), les canaux martiens observables avec les techniques de l’époque auraient une origine artificielle et seraient dus à une civilisation martienne ancienne. Les théories de Lowell servent de matériau de base pour plusieurs oeuvres fictionnelles de l’époque comme Red Star (1908) et Engineer Menni (1913) d’Alexander Bogdanov décrivant une société communiste utopiste originaire de Mars. L’existence d’une ancienne civilisation martienne apparaît dans des films comme Mission to Mars (2000) ou John Carpenter’s Ghosts of Mars (2001).

Les canaux martiens selon Lowell en 1905. Les canaux aboutissent sur des lacs et des oasis (Crédit: Domaine public).

Plus récemment, l’anime Aldnoah.Zero (2014-2015) établit une chronologie parallèle à la nôtre. En 1972, la mission Apollo 17 découvre sur la Lune une porte spatiale permettant d’accéder à Mars. Il s’agit des restes d’une ancienne civilisation martienne éteinte depuis 30000 ans. Une faction d’humains entame la colonisation de Mars et s’approprie la technologie Aldnoah. Rapidement un conflit éclate entre la Terre et Mars pour le contrôle de cette technologie et de la porte spatiale. Les forces terriennes sont écrasées par les Martiens et la Lune est à moitié détruite ainsi que la porte en 1999.

Les astronautes d’Apollo 17 découvrent sur la Lune une porte spatiale menant vers Mars en 1972 (Aldnoah.Zero, A-1 Pictures/TROYCA)

L’hypothèse d’une espèce vénusienne est également présente dans la science-fiction. Par exemple, dans la saga des Heechee (1972-2004) de Frederik Pohl, l’humanité découvre les artefacts laissés dans l’espace et sur Venus par les Heechee, une espèce native de Venus et ayant quitté le Système solaire depuis longtemps.

D’autres oeuvres de fiction envisagent l’existence d’anciennes espèces extraterrestres originaires du système solaire. C’est le cas, parmi bien d’autres, de la série des « Géants » (1977-2005) de James Hogan ou du comics « Ocean » (2004-2005) de Warren Ellis, Chris Sprouse et Karl Story. Dans ces deux séries, la planète d’origine de ces deux espèces est détruite à la suite d’un conflit dévastateur.

Couverture du comics « Ocean » (Wildstorm)

Enfin, le thème d’une espèce antérieure à l’Homme et native de la Terre apparaît dans plusieurs univers connus, notamment dans Stargate, Star Trek et les jeux vidéo de la franchise Assassin’s Creed d’Ubisoft et dans l’oeuvre de H.P. Lovecraft. Dans Stargate, les Anciens sont une espèce humanoïde similaire aux être humains et ont vécu pendant des dizaines de millions d’années sur Terre bien qu’ils n’en soient pas originaires. Ils ont essaimé à travers les galaxies, implantant la vie humaine sur de nombreuses planètes puis à un moment de leur existence, ils ont quitté leur enveloppe corporelle pour devenir des êtres de pure énergie durant ce qui est nommé « L’Ascension ». Dans l’épisode 23 de la saison 3 « Distant Origin » de Star Trek: Voyager, l’équipage du Voyager rencontre les Voth, une espèce extraterrestre dinosaurienne ayant quitté la Terre avant l’impact de l’astéroïde qui a a anéanti les dinosaures il y a 65 millions d’années. Dans Assassin’s Creed, on apprend au fil des jeux l’histoire de la Terre et de l’Humanité. Cette dernière aurait été artificiellement créée par les Isu, une race d’humanoïdes qui seraient les premiers natifs de la Terre. Les Isu auraient créé les êtres humains afin d’en faire des serviteurs dociles. Toutefois, une guerre entre l’Humanité et les Isu aurait eu lieu il y a 75000 ans suivie d’une catastrophe planétaire causée par une éruption solaire ayant presque totalement éradiqué l’Humanité et entraîné l’extinction des Isu. Dans la « Cité sans nom » (1921), Lovecraft imagine une cité souterraine perdue et oubliée dans la Péninsule arabique, plus vieille que toutes les civilisations humaines et habitée par les descendants dégénérés d’une espèce reptilienne antérieure à l’être humain.

Un scientifique Voth s’interrogeant sur l’origine de son espèce (Star Trek: Voyager, saison 3 épisode 23 « Distant Origin »).

Comme on le voit, le thème est bien présent dans la science-fiction et jusqu’aux années 1960 dans la littérature scientifique, notamment dans l’ouvrage de Carl Sagan (oui oui LE Carl Sagan) et de Shklovskii Intelligent Life in the Universe publié en anglais en 1966. Toutefois, dans la littérature scientifique, le thème s’avère de moins en moins présent car l’exploration de la Terre ainsi que l’exploration robotisée du Système solaire n’ont (encore) trouvé aucune cité ni aucune trace d’une civilisation pré-humaine sur aucun des nombreux corps célestes que compte notre système. Mais est-ce que de telles preuves peuvent encore exister si une telle espèce a vécu il y a des millions voire des milliards d’années ? Si l’on ne peut exclure définitivement l’existence d’une espèce technologique indigène pré-humaine, il faut se demander comment et sous quelle(s) forme(s) nous pourrions trouver des traces de son existence ?

Des prédécesseurs ? D’accord, mais comment trouver des preuves de leur existence et sous quelle(s) forme(s) ?

Un historien ou une historienne, c’est généralement (ou du moins j’ose l’espérer) une personne douée d’imagination. Même si le cœur de la profession consiste à retranscrire des situations passées sur base de sources « solides », l’imagination joue un rôle relativement important dans la pratique historienne. Qui ne s’est jamais demandé comment était la vie dans la Rome antique, dans la Chine impériale, à Paris au 18e siècle ou durant la Première Guerre Mondiale, etc ? Bref, pratiquer la discipline historique c’est aussi entretenir son imagination. Et pour analyser l’article de Wright il va nous en falloir une bonne dose.

La recherche de la vie dans le Système solaire

Jason Wright s’interroge dans son article sur l’absence de traces de la présence d’une espèce originaire du Système solaire antérieure à l’espèce humaine. Il constate que la recherche d’exoplanètes et d’une vie extraterrestre en dehors du Système solaire font l’objet de nombreuses recherches, notamment de la part du programme Search for Extraterrestrial Intelligence (SETI) et des astrobiologistes du monde entier mais que la recherche de traces d’une vie intelligente au sein du Système solaire, bien que présente dans quelques travaux du SETI et de certains astrobiologistes, demeure encore largement minoritaire.

L’absence de découverte d’artefacts originaires ou non de notre Système solaire a souvent été avancé pour affirmer que nous sommes la seule espèce maîtrisant le voyage spatial dans notre système planétaire, ce qui est déjà arrogant, mais également dans notre galaxie, ce qui l’est encore plus. L’absence de preuve ne permet pas de conclure définitivement à l’inexistence de civilisations solaires anciennes. Il faut d’abord épuiser toutes les possibilités avant de pouvoir arriver à une telle conclusion.

En effet, il semble que le Système solaire soit propice à la vie. La Terre en est la preuve la plus frappante. La vie y foisonne littéralement malgré les extinctions de masse parcourant son histoire. De plus, des études récentes tendent à affirmer que Vénus et Mars ont pu, à un moment de leur histoire, comporter les éléments nécessaires à l’apparition de la vie pendant un temps suffisamment long pour que celle-ci naisse et se développe jusqu’à former des organismes complexes ayant atteint un degré de savoir scientifique et technologique suffisant pour laisser une trace durable de leur présence.

Wright se demande alors pourquoi nous n’avons pas (encore) trouvé des preuves de l’existence de ces hypothétiques espèces technologiques antérieures à la nôtre ?

Une espèce originaire de la Terre ?

Si la Terre semble être la planète la plus accueillante pour la vie, c’est aussi celle qui paraît être la plus efficace pour effacer toute trace de l’existence de technologie à sa surface. L’archéologie et la paléontologie n’ont trouvé aucune technosignature antérieure à l’espèce humaine. Ce constat amène Wright à se demander quand une hypothétique espèce pré-humaine aurait pu évoluer et prospérer et surtout quelle est la longévité des technosignatures sur Terre ?

Trouver les fossiles de cette espèce est peut-être déjà chose faite, mais nous ne pouvons mesurer le degré d’intelligence ou d’évolution d’une espèce sur base de ses ossements. Wright se demande s’il est encore possible de détecter des technosignatures pouvant prouver sans ambiguïté l’usage de technologies « avancées » par une civilisation pré-humaine.

Il n’y a pratiquement aucune chance de trouver de telles traces à la surface de la Terre. Sur l’échelle des temps géologiques et des temps cosmiques, la Terre « broie » et « efface » littéralement toute technologie. La biodégradation détruit les tissus organiques en quelques semaines, le climat et l’érosion détruisent les roches et les métaux les plus exposés en quelques siècles voire en quelques millénaires. Seuls les constructions imposantes et solides situées dans un environnement propice comme un désert, pourraient subsister pendant quelques dizaines de milliers d’années.

Certaines traces technologiques pourraient également subsister quelques dizaines de milliers d’années, notamment si elles sont situées dans des tourbières, de la glace ou dans des grottes sèches. Mais là aussi, elles ne survivraient pas pendant des millions d’années.

La fossilisation peut toucher certains composants technologiques, notamment des rouages, mais leur découverte demeure très aléatoire et fortement improbable à cause des pressions de terrains qu’elles devraient supporter. Des activités comme l’exploitation minière ou l’utilisation de l’énergie nucléaire pourraient laisser des traces durables mais encore faut-il que les géologues puissent déterminer que ce qu’ils observent soit du à des causes non-naturelles. Si nous sommes réellement entrés dans l’âge de l’Anthropocène, une période de l’histoire de la Terre durant laquelle les activités humaines vont laisser une trace durable et mesurable dans l’atmosphère, la biosphère et surtout dans la lithosphère, alors on peut espérer que les géologues découvrent un jour les traces d’une ancienne civilisation ayant atteint le même stade de développement que nous. Malheureusement ce n’est pas (encore) le cas. Il faut également tenir compte des déterminants culturels. On peut très bien imaginer une espèce avancée technologiquement mais plus respectueuse de l’environnement que nous le sommes. Elle a très bien pu, à un moment ou un autre de son histoire, recourir à des matériaux laissant peu de traces dans l’environnement. C’est le cas par exemple des Wess’har dans l’oeuvre de Karen Traviss. Les Wess’har sont un peuple très avancé technologiquement et intraitables quand il est question de protection de l’environnement, n’hésitant pas éliminer des peuples entiers afin de protéger ce dernier. On peut même les décrire comme des « Nazis hippies vegans écologistes »… Pourquoi une telle espèce n’aurait pas évolué sur Terre ? Il faut aussi envisager la possibilité qu’une espèce technologique ait pu s’éteindre avant d’avoir atteint la maîtrise du voyage spatial ou que ses activités aient eu un impact significatif sur son environnement.

Les guerres Wess’har tome 3 (Milady)

De plus, sur des échelles de temps de l’ordre de millions d’années et de milliards d’années, la tectonique des plaques a enfoui dans la croûte terrestre, à des profondeurs qui nous sont pour l’instant inaccessibles toutes traces d’une éventuelle civilisation technologique pré-humaine. La tectonique des plaques et la dérive des continents modifient également l’aspect de la Terre au fil des ères. Des régions qui étaient facilement accessibles et habitables il y a plusieurs centaines de millions d’années peuvent de nos jours être inaccessibles, recouvertes par exemple par plusieurs kilomètres de glace ou d’eau et vice-versa. De telles zones ne présenteront certainement aucun signe d’une technologie pré-humaine.

Illustration de la dérive des continents de -250 millions d’années jusqu’à nos jours (United States Geological Survey)

Au final, la possibilité de détecter des technosignatures de nos jours dépend largement de leur âge. Wright comparent alors les sources disponibles pour retracer l’histoire humaine. Les sources historiques permettent de remonter à quelques milliers d’années. Les sources archéologiques permettent de remonter à quelques dizaines de milliers d’années. Les archives géologiques conserveraient des technosignatures pendant plusieurs centaines de millions d’années si l’espèce pré-humaine a atteint un niveau de développement similaire voire supérieur au nôtre et laissé des traces profondes dans son environnement comme nous le faisons. Mais au-delà de quelques centaines de millions d’années et surtout dans des échelles de temps de l’ordre du milliards d’années, les traces isotopiques ou chimiques d’une technologie ancienne pourraient être ténues et être confondues avec des phénomènes naturels ou, et c’est bien plus décevant, il ne reste rien du tout à trouver.

Wright signale également qu’il faut se demander pendant combien de temps une telle espèce aurait pu exister sur Terre. Les ancêtres d’Homo Sapiens sont apparus voici 6 millions d’années et notre espèce se développe depuis un peu plus de 300000 ans (et nous pensons déjà à notre future extinction…). Si à l’échelle de temps humaine cette durée peut paraître une éternité, à l’échelle de temps terrestre, c’est très peu. Peut-on envisager qu’une espèce antérieure à l’Homme ait pu exister plus ou moins longtemps ?

Les organismes vivants complexes sont censés exister sur Terre depuis l’ « explosion » du Cambrien il y a 540 millions d’années. Avant cela, les fossiles ne révèlent que des organismes simples, généralement unicellulaires. Une espèce pré-humaine serait normalement postérieure au Cambrien. Mais Wright nous suggère à juste titre de garder à l’esprit que peut-être des colonies d’êtres unicellulaires ont pu développer et atteindre un certain degré de technologie. Peut-être y-a-t-il eu également une « explosion » de vie similaire antérieure à celle du Cambrien, à une période n’ayant laissé aucune trace dans les archives géologiques auxquelles nous avons accès et qui aurait peut-être été annihilée par un cataclysme planétaire. La vie aurait alors du se développer à nouveau à partir de quelques organismes unicellulaires ayant survécu à cette catastrophe. Avec des « si » on peut refaire l’histoire mais cette perspective d’une première forme de vie complexe m’apparaît bien séduisante.

Les autres origines possibles : Vénus et Mars

À l’heure actuelle, Vénus et Mars constituent des planètes relativement inhabitables, du moins pour nous. Vénus subit un effet de serre permanent. La température de surface dépasse les 400 °C. De plus, l’exploration de Vénus par les sondes n’a révélé aucune anomalie, aucune structure pouvant être d’origine artificielle. Toutefois, Wright signale que la surface de Vénus, son atmosphère nuageuse épaisse et l’effet de serre qu’elle subit ne sont probablement pas « anciens » (à l’échelle des temps cosmiques s’entend).

Une étude récente émet l’hypothèse que l’eau a été présente à l’état liquide à la surface vénusienne pendant au moins 600 millions d’années. L’atmosphère vénusienne était plus mince quand le Soleil était plus jeune et moins brillant. On peut supposer que la vie, probablement simple mais peut-être aussi complexe a pu s’y développer.

Vue d’artiste de la planète Vénus couverte d’océans en surface (NASA)

Mars a également eu de l’eau liquide à sa surface et peut avoir été habitable jusqu’à ce qu’elle commence à perdre son atmosphère depuis 4 milliards d’années. Même si une récente étude montre que le sol martien contient des sels empêchant la vie bactérienne, Mars reste encore l’unique planète du Système solaire où il y a une chance de trouver des traces d’une espèce technologique pré-humaine.

Trouver des technosignatures dans le Système solaire ?

Wright constate qu’il y a de grandes chances que les traces géologiques d’une espèce pré-humaine aient entièrement disparues, il est possible de trouver des artefacts à travers le système solaire si cette (ou ces) espèces ont maîtrisé le voyage spatial à un moment de leur histoire. On peut espérer trouver des satellites, des stations spatiales, des bases et autres éléments technologiques ayant servi à l’exploration ou à la colonisation des corps célestes comme des rovers ou des sondes voire des empreintes de pas sur les lunes présentes dans le système solaire. On peut également espérer trouver des traces d’exploitation minière sur les astéroïdes ou sur les autres corps célestes de notre système.

Le problème c’est que ces structures et artefacts technologiques risquent d’être gravement endommagés après une longue période d’inactivité, surtout si leurs créateurs ont disparu. Ces artefacts peuvent dater de plusieurs millions voire plusieurs centaines de millions d’années si l’on tient compte de la période durant laquelle une hypothétique espèce technologique pré-humaine a pu se développer sur Vénus, Mars ou sur la Terre. Étant inactifs depuis aussi longtemps, leur détection risque d’être très difficile.

Il y a peut-être espoir de trouver des technosignatures « évidentes » sur Mars. Au contraire de la Terre et de Vénus, la surface martienne est ancienne. Il n’y a pas de tectonique des plaques sur la planète rouge. Des artefacts très anciens peuvent être présents à la surface. Ils peuvent cependant subir l’action de l’érosion à cause du vent  et de la poussière. Pour demeurer intacts, les ruines d’une ancienne civilisation martienne devraient être enterrés dans le sous-sol. En surface, de larges structures pourraient demeurer relativement intactes pendant un laps de temps très long si elles sont préservées de l’érosion sous une couche de poussière par exemple. Malheureusement elles ne le sont pas des impacts de météorites dont Mars est criblée. Si l’on tient compte de ces hypothèses, il est peu probable que de tels artefacts soient facilement repérables par les sondes et par les rovers présents autour de et sur Mars. Seule une exploration approfondie de la planète pourrait révéler la présence ou non d’artefacts martiens.

Concernant les artefacts sur les lunes rocheuses et sur les astéroïdes, Wright estime qu’ils peuvent être dans un état de conservation relativement bon, surtout s’ils sont souterrains. La menace d’une collision avec des micrométéorites ou de plus larges corps célestes peut les avoir (sévèrement) endommagés, surtout sur une échelle de temps de millions d’années, mais leur nature artificielle demeurerait évidente.

Enfin Wright examine la possibilité de trouver des objets dérivants dans l’espace, notamment des satellites, des sondes, des stations et vaisseaux spatiaux. Si ces objets n’ont pas été conçu pour résister dans l’espace pendant des millions voire des milliards d’années, il y a peu de chances qu’ils soient demeurés en bon état. Si ces artefacts sont inertes et ne disposent plus de propulsion, ils vont subir la dynamique chaotique du Système solaire ainsi que la pression des radiations solaires. De plus, même s’ils sont en orbite stable, la plupart de ces zones comportent de nombreux astéroïdes pouvant entrer en collision avec ces éventuels artefacts technologiques. Pour Wright, l’absence d’astéroïdes dans le Système solaire intérieur montre qu’à l’échelle du milliards d’années, les corps célestes peuvent totalement disparaître. Il en va de même pour les objets artificiels. La durée de vie de ces artefacts dépend de multiples facteurs: de leur taille et de leur masse, de la résistance de leur coque aux impacts et de leur localisation. Les artefacts présents dans la Ceinture de Kuiper située au-delà de l’orbite de Neptune, pourraient survivre suffisamment longtemps pour être découverts car les corps célestes y sont suffisamment épars pour éviter les collisions. De plus, aucune sonde n’a encore exploré la Ceinture de Kuiper.

De futures recherches ?

Wrigth conclut son article en envisageant les futures recherches. Des espèces technologiques pré-humaines ont peut-être existés dans le Système solaire. L’histoire de ce dernier dépasse largement celle de l’Humanité. Est-il si incongru d’imaginer que nous ne sommes pas les premiers êtres « intelligents » dans notre Système voire sur notre planète ?

De plus, si nous sommes réellement entrés dans l’ère de l’Anthropocène, une ère géologique durant laquelle les activités humaines vont laisser une trace durable dans les strates géologiques, on peut supposer qu’une espèce antérieure à la nôtre a pu atteindre un degré de développement similaire. Des explorations plus approfondies du système solaire ainsi que des analyses des roches terrestres les plus anciennes pourraient nous révéler l’existence de « précurseurs » à l’espèce humaine. Le champ de l’archéologie spatiale, en plein développement afin d’assurer l’étude et la préservation des artefacts spatiaux humains, pourrait jouer un grand rôle dans la recherche et l’analyse des éventuelles technosignatures et artefacts technologiques laissés par une ou plusieurs espèces pré-humaines. Même si une telle éventualité demeure de l’ordre de l’hypothèse voire du fantasme, c’est un exercice de pensée stimulant. De toute façon, des recherches allant dans ce sens devront être menées afin de confirmer ou d’infirmer cette question qui taraude l’Humanité: « Sommes nous les premiers ? ».

 

Réflexions sur l’Anthropocène, l’histoire et nous. Le thème du « précurseur » comme miroir de notre existence en tant qu’espèce technologique « faillible »

S’interroger sur l’existence d’une hypothétique espèce pré-humaine originaire de la Terre ou d’une autre planète du Système solaire permet de nous interroger sur nous-mêmes en tant qu’espèce et sur notre place dans notre système planétaire.

Welcome to the Fabulous Anthropocene Era (Robyn Woolston, « Habitus », 2013).

 

Si comme je l’ai dit ci-dessus, nous sommes entrés en tant qu’espèce dans l’ère de l’Anthropocène depuis le 19e ou le 20e siècle, toutes nos activités vont laisser une trace durable de notre existence dans les couches géologiques. Notre impact sur l’environnement va laisser des traces de notre passage sur notre planète ainsi que dans le Système solaire. Une éventuelle espèce pré-humaine originaire de Vénus, Mars ou de la Terre a pu atteindre un niveau de développement similaire voire supérieur et laisser son empreinte dans les couches géologiques. Qu’arriverait-il si nous parvenions un jour à prouver l’existence d’une espèce intelligente antérieure à l’Humanité ?

Il y a d’abord de grandes chances que nos systèmes de croyances soient fondamentalement remis en question, surtout si l’espèce est originaire de la Terre. Notre vie quotidienne, quant à elle, ne serait pas profondément bouleversée si des traces ténues sont découvertes dans les archives géologiques. Par contre, la découverte d’un artefact technologique dans l’espace, sur la Lune ou ailleurs, pourrait changer notre quotidien, surtout si nous parvenons à réactiver ce dernier et à effectuer de la rétro-ingénierie pour adapter cette technologie à la nôtre. Pour les historiens, les archéologues, les historiens de l’art et les paléontologues, il leur faudra interpréter de nouvelles sources, établir une nouvelle chronologie, ouvrir et développer de nouveaux champs de recherche si une telle découverte venait à survenir. Par contre, la perception de notre place dans l’univers et de notre histoire en tant qu’espèce risquent d’être totalement modifiée.

En effet, dans la science-fiction, la découverte d’une espèce technologique pré-humaine par l’Humanité est l’occasion de réfléchir sur le caractère « faillible » de notre propre espèce. Si une espèce technologiquement avancée selon nos critères n’a pas pu assurer sa survie alors notre capacité à assurer la nôtre pourrait être remise en question.

L’Anthropocène est une ère paradoxale. D’un côté, notre développement technologique n’a jamais été aussi avancé dans notre histoire: le monde entier est relié par Internet, les ordinateurs nous permettent d’effectuer des tâches complexes en peu de temps, nous maîtrisons le voyage spatial, nous plaçons des satellites autour de notre planète, des êtres humains peuvent même vivre dans l’espace pendant un laps de temps relativement long, nous explorons notre Système solaire et repoussons sans cesse les limites de nos connaissances scientifiques. De plus en plus en ce début de 21e siècle, les agences gouvernementales et les sociétés privées nous entraînent vers la course à l’espace et les fantasmes spatiaux des années 1960-1970 qui ont servi de socle pour des univers de science-fiction comme Mobile Suit Gundam 0079 sont sur le point de devenir une réalité: exploration de Mars, bases lunaires, stations spatiales résidentielles, création d’une économie spatiale, etc. semblent à portée de main. Une civilisation humaine essaimant dans le Système solaire à l’instar de celle décrite dans la série The Expanse semble de moins en moins fictionnelle.

 

Mais d’un autre côté, l’Anthropocène nous confronte à notre fragilité. Jamais l’éventualité d’une extinction massive des espèces vivantes à cause des activités humaines n’a été aussi prégnante. Le changement climatique menace de perturber durablement l’habitabilité de la Terre pour les êtres humains. Le monde semble devenir hostile à l’espèce humaine au point que certains scientifiques envisagent sérieusement de mener des expériences de géoingénierie afin de maîtriser le climat et d’atténuer le changement climatique. Il apparaît dans ce cas que la technologie soit la solution afin d’assurer notre survie sur la Terre.

Mais si nous venions à découvrir la preuve d’une espèce technologique antérieure à la nôtre, cela pourrait remettre en cause cette « croyance » dans les solutions techno-scientifiques. Tout dépend de la manière dont cette hypothétique espèce a disparu. Si c’est à cause d’une catastrophe naturelle, on ne pourra que se désoler pour eux. Par contre, si l’extinction est due à l’impact des activités de cette espèce sur son environnement, alors leur échec pourra servir de comparaison avec notre situation. Certes quelques-uns pourront dire que leur situation n’est pas la nôtre, que leur technologie n’était pas suffisante pour assurer leur survie, etc. Il n’empêche que cela démontrerait que les solutions technologiques ne sont pas forcément capables de nous « sauver », que les dévastations environnementales que nous commettons volontairement ou involontairement peuvent nous mener au bord de l’extinction.

Ce type de réflexion n’est pas récent. Par exemple, le géologue britannique Robert Lionel Sherlock s’interroge sur l’impact de l’Humanité en tant qu’agent géologique à l’échelle du Système solaire dans son ouvrage Man as a geological agent. An account of his action on inanimate nature paru en 1922. Il établit dans les dernières pages de son ouvrage une étonnante comparaison avec les « canaux de Mars ». Pour lui, peu importe les efforts technologiques que nous effectuerons afin d’assurer notre survie sur Terre, seuls un changement de rapport avec la Nature est capable d’assurer notre pérennité en tant qu’espèce. Il prend pour exemple les immenses « canaux » construits par les Martiens. Pour Sherlock, il s’agit d’une entreprise désespérée de la part des habitants de Mars afin d’assurer leur approvisionnement en eau mais cela n’empêchera pas leur extinction. Pour le géologue, la situation des Martiens pourrait très bien se produire sur Terre si nous ne modifions pas nos comportements:

Can we foresee the final result when all possible engineering works shall have been carried out? Is it possible that in the yet far distant end Earth will come tot the state said to exist in Mars, and be covered by enormous canals from pole to equator? The canals of Mars, if they really exist, a question still under discussion, are far greater than any our engineers have imagined. The battle of the Martians with Nature has ben on a much more gigantic scale than Man’s conflict, and yet we hear that the Martian is on the point of extinction, and Mars of becoming totally lifeless. Even on Mars the mighty engineering works seem merely to scratch the skin of the planet, and the final result of Martian activity on the solar system seems likely to be infinitesimal (p. 347).

Se pose dès lors la question: et si les êtres humains disparaissaient, quelles traces laisseraient-ils de leur passage ?

Les ruines et les traces de l’existence de l’espèce humaine disparaîtraient de la surface terrestre en quelques dizaines de milliers d’années. Certaines traces, notamment les déchets nucléaires et les mines à ciel ouvert pourraient perdurer pendant plusieurs centaines de milliers d’années. Des preuves de déplétion dans les gisements de combustibles fossiles, métalliques ou les carrières pourraient être découverts dans plusieurs millions d’années par nos éventuels successeurs. Toutefois, sur des échelles de temps de l’ordre de la centaine de millions d’années ou du milliard d’années, la tectonique des plaques aura probablement effacé toutes traces de notre passage et les technosignatures pourraient passer pour éléments naturels.

Les technosignatures de l’espèce humaine dans l’espace pourraient survivre plus longtemps. Toutefois, les satellites ne sont pas conçus pour rester dans l’espace pendant des millions d’années. Ils finiront par être détruits. L’exploration robotisée des corps célestes pourrait laisser quelques traces de notre existence mais là aussi, l’érosion et les collisions avec des météorites pourraient effacer progressivement ces preuves en quelques millions d’années. Comme on le voit, réfléchir sur l’existence d’une espèce technologique pré-humaine nous amène à nous interroger sur notre propre condition en tant qu’espèce technologique.

Et la mine dans tout ça ?

J’y viens. S’il est un domaine d’activités humaines qui peut laisser une trace de notre existence pendant plusieurs millions voire milliards d’années, c’est bien l’exploitation minière des ressources spatiales. La science-fiction l’a déjà envisagé à de multiples reprises, notamment dans The Expanse. Dans un précédent billet, je m’interrogeais sur l’expansion du système extractiviste minier hors de la sphère terrestre. L’exploitation minière des astéroïdes et des corps célestes est sur le point de devenir une réalité dans les années 2020. Le Grand-Duché de Luxembourg vient d’adopter le 13 juillet 2017 un cadre légal autorisant des compagnies privées à exploiter les ressources minières des corps célestes. Il est certain que d’autres nations vont suivre afin de se lancer dans la course aux ressources spatiales. La société Moon Express prévoit d’extraire les ressources de la Lune dès 2020 et par la même occasion, de laisser une trace plus durable que celles laissées à la surface lunaire par les missions Apollo. Même un projet aussi « fou » que la première nation spatiale Asgardia (oui oui c’est très sérieux) prévoit d’assurer son développement en utilisant les ressources minières de l’espace. Nous entrons probablement dans un New Space Age où ce sont les sociétés minières privées qui vont amener les êtres humains à la conquête de l’espace. N’est-ce pas ironique de penser que si nous venions à disparaître, les seules preuves de notre existence seraient dues au système extractiviste minier ? C’est en permettant la privatisation des ressources spatiales que nous sommes sûrs de laisser à nos éventuels successeurs une preuve tangible de notre existence dans le Système solaire…

Asgardia, the first space nation (Asgardia).

 

Pour aller plus loin concernant les espèces technologiques pré-humaines :

Arnould J., Turbulences dans l’univers. Dieu, les extraterrestres et nous, Paris, Albin

Freitas R. A., If they are here, where are they? Observational and search considerations, in Icarus, 55, 1983, p. 337-343.

Gertz J., ET probes: looking here as well as there, in ArXiv e-prints, arXiv:1609.04635.

Haqq-Misra J. et Kopparapy R. K., On the likelihood of non-terrestrial artifacts in the Solar System, in Acta Astronautica, 72, 2012, p. 15-20.

Papagiannis M. D., Are we all alone, or could they be in the Asteroid Belt?, in QJRAS, 19, 1978, p. 277.

Shklovskii I. et Sagan C., Intelligent life in the Universe, New York, 1966.

Wagner R. V., et alii, Coordinates of anthropogenic features on the Moon, in Icarus, 283, 2017, p. 92-103.

Way M. J., et alii, Was Venus the first habitable world of our Solar System?, in Geophysical Research Letters, 43, 2016, p. 8376-8383.

Wright J.T., Prior indigenous technological species, in International Journal of Astrobiology, juin 2017.


Kevin Troch

Doctorant en histoire environnementale à l'Université de Lille (IRHiS) et à l'Université de Namur (PolleN).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *