La géologie, la science « à la mode » du 19e siècle

En 1900, à l’Exposition universelle de Paris, les visiteurs eurent l’occasion de découvrir le monde souterrain. Sous la colline du Trocadéro, la Compagnie des mines d’Anzin avait organisé un spectacle grandiose destiné à montrer les merveilles du monde souterrain et l’importance de ses ressources pour la société industrielle à travers deux espaces d’exposition. Le premier permettait aux promeneurs de déambuler dans une galerie minière d’un kilomètre de long percée sous le Trocadéro et illustrant les grandes exploitations minières françaises de l’époque, notamment les mines de charbon mais aussi celles de galène, de pyrite, de sel gemme et d’ardoises ainsi que les mines d’or sud-africaines du Transvaal. L’objectif de cet espace consistait à montrer les soubassements matériels sur lesquels repose l’industrialisme du 19e siècle. Dans une autre partie de l’exposition, les visiteurs pouvaient découvrir les trésors exhumés des entrailles de la Terre par les explorateurs, les archéologues et les géologues : Iguanodons de Bernissart, mines de cuivre phénicienne et de plomb médiévale, tombeaux égyptiens et étrusques, catacombes de Rome, pagodes souterraines de l’Annam, grotte préhistorique, la faune et la flore d’un lac de l’époque carbonifère et même la tombe d’Agamemnon se côtoyaient. Grandiose, cette exposition témoignait de l’importance du sous-sol pour la société industrielle. C’est grâce au tréfonds de la Terre que l’avenir de l’Humanité est assuré. Le charbon apparaît quant à lui comme le sang de la société. Sans charbon, plus de vie. L’exposition soulignait aussi la popularité grandissante du monde souterrain au sein de l’imaginaire collectif.  Le sous-sol est un des derniers lieux d’aventure à la fin du 19e siècle alors que la majorité des terres émergées sont explorées.

Affiche des expositions organisées à la carrière Chaillot au Trocadéro pour l’exposition universelle de 1900

Si le but premier des « Merveilles du monde souterrain » était d’induire un sentiment de puissance et d’accomplissement en illustrant la conquête du monde souterrain par le génie de la civilisation industrielle, elle révèle aussi la fragilité de celle-ci. Car finalement se dégage l’idée que le progrès et la prospérité ne repose que sur des matières minérales dont la quantité et la qualité sont amenées à s’épuiser. S’ouvre dès lors une perspective vertigineuse qui n’a pas échappé aux commentateurs de l’époque : un tel modèle est-il durable ? Et comment assurer sa pérennité ? Connaître la nature du sous-sol s’avère nécessaire pour permettre la poursuite du projet industriel. La géologie en tant que science de la Terre joue un rôle primordial dans ce domaine. En accroissant les savoirs sur la nature profonde du sous-sol, la géologie doit permettre une maîtrise rationnelle des ressources souterraines pour assurer l’expansion de la société industrielle.

L’exploitation des richesses du sous-sol nécessite des connaissances spécifiques et complexes. L’augmentation de la profondeur des exploitations, la découverte et la mise en valeur de gisements de plus en plus médiocres en qualité et en quantité, la volonté d’assurer un approvisionnement constant des industries en charbon, ainsi que l’accroissement des investissements à consentir pour assurer la rentabilité des mines laissent peu de place au gaspillage des ressources minières. Concrètement, le 19e siècle voit les savoirs géologiques et miniers se développer et s’institutionnaliser en Belgique et en France sous l’égide des gouvernements respectifs des deux pays et avec le soutien des industries extractives et des financiers.[i] La géologie est la « science à la mode » car la connaissance du sous-sol s’avère cruciale pour la poursuite du processus industriel.

« Le géologue » de Carl Spitzweg, huile sur toile, années 1860 (Musée Von der Heydt, Wuppertal, Allemagne)

De nombreuses sociétés géologiques nationales et régionales naissent durant cette période. Ce lien entre sociétés savantes et activités économiques transparaît dans les actes constitutifs de ces organismes. Ainsi, le règlement administratif de la Société géologique de France (SGF) fondée en 1830 et reconnue d’utilité publique en 1832, stipule dans son premier article que la SGF a pour « objet de concourir à l’avancement de la géologie en général, et particulièrement de faire connaître le sol de la France, tant en lui-même que dans ses rapports avec les arts industriels et l’agriculture ».[ii]

Cette collusion entre développement des savoirs scientifiques et arts industriels et agricoles n’a rien de particulier pour l’époque comme l’a montré Guillaume Carnino dans son étude sur les relations entre science, État et industrie en France au 19e siècle[iii], d’autant plus que les entreprises minières sont les premières fournisseuses des sociétés géologiques en échantillons minéralogiques.

Le rapport entre accroissement des savoirs géologiques et extraction minière apparaît de façon plus flagrante après les années 1860, lorsque le secteur charbonnier accède à un niveau industriel en Belgique et dans le nord de la France. En Belgique, les deux principales sociétés géologiques, la Société géologique de Belgique (SGB) et la Société belge de géologie, de paléontologie et d’hydrologie (SBGPH), sont fondées respectivement en 1874 et en 1887 avec le soutien des charbonnages belges.[iv]

Ces sociétés géologiques diffusent leurs travaux au travers de leurs revues, qui s’adressent à un lectorat scientifique mais également aux industriels. Ceux-ci contribuent également à la promotion des savoirs géologiques et miniers. Plusieurs sociétés savantes privées sont créées dans les années 1850 et éditent des revues dont le rayonnement est international. C’est le cas du Bulletin de la Société de l’industrie minérale fondée à Saint-Étienne en 1855 ou de la Revue universelle des mines publiée dès 1857.

Extrait du règlement constitutif de la Société géologique de France, in Bulletin de la SGF, t. 1, 1830.

Les institutions publiques jouent également un rôle important dans le développement de la géologie. En France et en Belgique, les administrations des mines publient leur propre revue. Les gouvernements belges et français créent des services destinés à réaliser la carte géologique du pays. Le Service de la carte géologique de la France est créé en 1868 par Napoléon III. Sa tâche principale consiste à effectuer le levé et l’édition de la carte géologique de la France au 80000e. Un Service des topographies souterraines avait déjà été lancé dans le courant des années 1840. Rattaché au Ministère des travaux publics, ce département est chargé de publier des descriptions des bassins houillers et miniers français rédigées par des ingénieurs des mines et des géologues. De nombreux ouvrages sont édités par le Service des topographies souterraines entre 1881 et 1950. Il relève d’une vaste entreprise de description des bassins houillers de France. En Belgique, l’Administration des mines crée un service spécial de cartographie en 1861. Ce service publie plusieurs cartes des bassins miniers du pays entre 1880 et 1889.[v] Une Commission spéciale de la carte géologique de Belgique est installée auprès du Ministère de l’Intérieur en 1878. Elle a pour but d’établir les conventions que les géologues chargés de dresser la carte géologique de la Belgique au 20000e devront suivre. La plupart des cartes géologiques de la Belgique sont publiées entre 1890 et 1919. Ces divers services ont pour buts de développer le savoir scientifique mais surtout de délimiter de la manière la plus précise possible les zones géologiques présentant un intérêt économique. Pour les charbonnages, les cartes géologiques offrent la possibilité de repérer les terrains houillers pouvant être exploités de manière rentable et vaincre l’incertitude qui pèse sur les investissements miniers.[vi]

Un exemple de publication du Service des Topographies souterraines (Source: BNF Gallica)

La Belgique et la France soutiennent aussi le développement de la géologie en tant que discipline spécifique dans les universités et les écoles des mines. En France, l’École des mines de Paris créée en 1783 forme les ingénieurs chargés d’assurer la surveillance et le bon fonctionnement des mines de la République.[vii] Toutefois, dans le courant du 19e siècle, le besoin de former des ingénieurs à proximité des zones d’exploitation se fait rapidement sentir. Plusieurs écoles voient le jour à travers le monde : en Norvège, en Allemagne, en Russie, en Espagne, en Bolivie, au Mexique, etc. En Belgique, l’École des mines de Mons, l’actuelle Faculté polytechnique de l’Université de Mons, est créée en 1837 afin de former des ingénieurs pour les charbonnages actifs dans le Hainaut.

L’école des mines de Mons (actuelle Faculté polytechnique de l’UMONS). Fondée en 1837 par la province du Hainaut afin de former des ingénieurs pour les charbonnages de la région (Source: Wikipédia)

 

En parallèle à ces établissements d’enseignement, la géologie s’institutionnalise en tant que discipline spécifique dans les universités belges et françaises. Sous l’impulsion de Jules Gosselet, l’enseignement de la géologie se développe à la Faculté des Sciences de l’Université de Lille dès 1862.. Aux Universités de Louvain et de Gand, des cours et chaires de géologie sont créés vers la fin du 19e siècle afin de former des scientifiques dont les compétences peuvent trouver une application économique et industrielle. Ces géologues universitaires publient également des manuels destinés aux exploitants miniers afin de les instruire sur les meilleurs procédés à employer pour rentabiliser leurs exploitations. Dans le mouvement de popularisation des sciences géologiques, les musées houillers rattachés aux universités occupent une place primordiale. Henry de Dordolot contribue à la création du Musée houiller à l’Université de Louvain en 1908 tandis qu’à Lille, Gosselet contribue à la création d’un Musée de géologie et minéralogie en 1877 et à la fondation d’un Musée houiller en 1907 dans les nouveaux locaux de l’Université de Lille.

Le musée houiller de l’Université de Lille au début du 20e siècle (Source: Musée d’histoire naturelle de Lille)

L’importance accordée à la géologie dans le courant du 19e siècle trouve encore écho de nos jours. Cette science joue un rôle crucial dans les questions liées à l’Anthropocène, aux changements climatiques, à la transition énergétique et à l’approvisionnement en minéraux nécessaires pour faire fonctionner nos appareils technologiques et assurer la pérennité du mode de vie occidental. Ce sont en effet les géologues qui sont amenés à statuer sur l’existence d’un étage stratigraphique correspondant à l’Anthropocène. C’est sur eux que les États et les industriels font reposer l’espoir de trouver suffisamment de ressources minérales pour éviter que la société capitaliste ne s’effondre. L’étude de l’imaginaire souterrain développé au 19e siècle et le rôle conféré à la géologie durant cette période par les États offre des clés de compréhension de notre monde actuel. Il reste à souhaiter que des recherches ultérieures permettent de mettre en lumière les racines historiques profondes que nous entretenons avec les entrailles de la Terre.

 

[i] Julien Destatte, Des mineurs et des savants. Comment l’exploitation houillère a contribué au progrès des sciences et des techniques, Blégny 2015, 69.

[ii] Bulletin de la Société géologique de France, 1 (1830), 6.

[iii] Guillaume Carnino, L’invention de la science. La nouvelle religion de l’âge industriel, Paris 2015, 133-202.

[iv] Eric Groessens et Marie-Claire Groessens-Van Dyck, « La géologie », in Robert Halleux, Jan Vandersmissen, Andrée Despy-Meyer et Geert Vanpaemel (dir), Histoire des sciences en Belgique, 1815-2000 (1), Bruxelles 2001, 269-288.

[v] Frédéric Boulvain, Un historique de la carte géologique de Belgique, Bruxelles 1993, 13.

[vi] René Médioni, « Les cartes géologiques en France: une aventure de plus de deux siècles », in Jean Gaudant (dir.), L’essor de la géologie française : essais, Paris 2009, 202.

[vii] Isabelle Laboulais, La Maison des mines. La genèse révolutionnaire d’un corps d’ingénieurs civils (1794-1814), Rennes 2012.


Kevin Troch

Docteur en histoire environnementale de l'Université de Lille (IRHiS) et de l'Université de Namur (PolleN).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search