Peur sur la mine ? Les conséquences psychologiques de la catastrophe de Courrières (10 mars 1906): intoxication au monoxyde de carbone, accidents du travail et sinistrose.

Je vais vous parler de la mine, qui est un sujet que je maîtrise bien car faisant l’objet de ma thèse de doctorat, mais je vais sortir un peu de ma « zone de confort » pour aborder avec vous un sujet relativement négligé par les historiens de la mine : la question de la santé mentale des mineurs et de l’accès aux soins psychiatriques et psychologiques durant le premier 20e siècle, avant que la psychopathologie du travail ou l’ergonomie ne se développent et prennent de l’importance comme l’a bien montré la thèse d’Isabelle Billiard (Santé mentale et travail. L’émergence de la psychopathologie du travail, Paris, 2001).

Je sors effectivement de ma « zone de confort » car je suis plutôt intéressé par les impacts environnementaux des charbonnages tels les affaissements de terrain et les dégâts miniers. Mais quiconque s’intéresse au monde de la mine doit aussi s’intéresser à ses travailleurs.

Ce billet n’est pas l’aboutissement d’une recherche ou la présentation de résultats mais plutôt l’expression d’une réflexion personnelle suite à un constat, l’absence criante des questions de santé mentale dans les études historiques relatives à la mine. Par exemple, dans l’ouvrage collectif dirigé par Judith Rainhorn Santé et travail à la mine publié en 2014, il est question des maladies physiques des mineurs mais pas des maladies psychiatriques et des troubles psychologiques causés par le travail à la mine.

Dans un premier temps, je pose une question un peu insolite : est-ce que les mineurs peuvent avoir peur ? Il s’agit de voir brièvement quelles pourraient être les causes et les raisons qui entraînent des troubles psychologiques. Pour étudier comment ces troubles mentaux sont traités et gérés en France dans le premier 20e siècle, je me suis basé sur un événement bien documenté et qui a eu un retentissement important aussi bien en France que dans le monde entier, la catastrophe de Courrières dans le Pas-de-Calais en 1906. Si elle a eu des conséquences sociales, économiques, politiques importantes, elle a sûrement eu des conséquences sur la santé mentale des familles des mineurs décédés mais encore plus sur les mineurs survivants. Je me suis basé sur une étude peu connue en France, ou du moins peu citée par les historiens, celle du docteur Suisse Eduard Stierlin sur les conséquences psychologiques de la catastrophe de Courrières.

Après une présentation des résultats de son enquête, il s’agit de la replacer dans son contexte, celui du débat autour de l’indemnisation de la névrose traumatique, ce qu’on appellerait aujourd’hui l’état de stress post-traumatique, dans le cadre de la loi sur les accidents du travail de 1898, débat qui se déroule jusqu’en 1914. Dans cette partie, on verra comment certains médecins et psychiatres mènent un combat acharné pour limiter la capacité des victimes à demander des dédommagements pour les troubles mentaux dont ils souffrent suite à un accident du travail et à créer de profondes inégalités, à les exclure de l’accès aux soins. Ces victimes sont toutes désignées, ce sont les ouvriers et plus particulièrement les mineurs.

Enfin, dans un troisième temps, j’établis deux comparaisons sur les conséquences psychologiques des catastrophes minières du Bois du Cazier en 1956 et de la mine de San José au Chili en 2010 dans laquelle 33 mineurs sont restés enfermés durant 69 jours.

Les mineurs peuvent-ils avoir peur ?

La question peut surprendre. Pourtant, à la lecture aussi bien des sources que des travaux historiques, même les plus récents, on est en droit de se poser la question. Dans l’ouvrage récent dirigé par Judith Rainhorn sur la santé à la mine, les maladies mentales liées au travail minier sont les grandes absentes. La place est surtout occupée par les maladies ayant un impact ou une visibilité physique sur le corps des mineurs : silicose, ankylostomiase, nystagmus, douleurs articulaires, surdité, etc. Mais les troubles mentaux sont les grands absents de l’historiographie de la mine. Je n’ai trouvé au gré de mes lectures que des mentions par-ci par-là mais aucune étude en tant que telle. Quant à l’histoire de la folie, de la médecine psychiatrique et de la psychologie, elles ne sont pas d’un grand secours car elles ne s’attardent généralement pas sur une catégorie socioprofessionnelle spécifique.

Cette absence est sans doute liée au stéréotype commun du mineur « héros-ouvrier », homme viril, courageux, intrépide, sûr de lui, pour qui le risque sanitaire est quelque chose d’intégré et d’accepté, stéréotype partagé aussi bien par la population que par les mineurs eux-mêmes. On ne peut être un héros sans prendre de risques. L’idée qu’un mineur puisse avoir peur et souffrir de troubles psychologiques semble tellement incongrue que dans son étude sur la perception des risques par les mineurs de l’Abitibi-Témiscamingue, l’anthropologue québécois Sylvain Beaupré dit

« Lorsque je lisais que certains mineurs éprouvaient de la peur chaque fois qu’ils se rendaient sous terre, je ne pouvais concevoir pareille idée » (Des risques, des mines et des hommes. La perception du risque chez les mineurs de fond de l’Abitibi-Témiscamingue, Québec, 2012).

Pourtant, quelques-uns de ses informateurs lui disent leur crainte du travail sous terre. L’un d’eux a même dû changer de travail car il ne pouvait plus descendre sous terre à la suite d’un violent choc nerveux survenu lors d’un éboulement à son lieu de travail. Sylvain Beaupré dit

« J’ignorais que certains mineurs pouvaient ressentir autant de peur à travailler sous terre ».

Les mineurs peuvent donc avoir peur. D’ailleurs à bien regarder, on peut trouver facilement des mentions de ces craintes, de ces peurs dans la littérature minière, notamment celle écrite par les mineurs eux-mêmes.

Affiche promotionnelle du métier de mineur.

Pourtant, à bien y réfléchir, cette idée ne paraît pas aussi absurde que cela en a l’air. Le travail dans les mines comporte bien des dangers : risque d’éboulement, de chutes, d’explosions (les fameux coups de grisou), d’inondations, d’asphyxie à cause des gaz nocifs comme le monoxyde de carbone, etc. S’agissant d’un milieu entièrement artificialisé, les mineurs sont tributaires d’appareils et de machines pour assurer leur survie dans un milieu inhospitalier comme l’ont bien montré Lewis Mumford dans Techniques et civilisation paru en 1934 et Rosalind Williams dans Notes on the Underground paru en 2008.

Pour en revenir au monoxyde de carbone (CO), quand une personne respire ce gaz, celui-ci entre dans son sang et y prend la place de l’oxygène. Cela endommage les tissus et peut être dangereux pour la santé. Les effets d’une intoxication au CO dépendent de plusieurs facteurs:

– la quantité de CO présente dans l’air;

– la durée de l’exposition de la personne

– la sensibilité de la personne aux effets du CO

– l’état de santé de la personne au moment de son exposition au CO

Une exposition à ce gaz nocif peut entraîner des troubles psychologiques tels que des céphalées, des nausées, des troubles de la mémoire, une certaine apathie ou bien une certaine hystérie, un coma plus ou moins prolongé, de l’irritabilité, des hallucinations, de l’obnubilation, des altérations du jugement et de la personnalité, des paralysies, de la démence, etc.

Ces risques engendrés par l’intoxication au CO, ou comme on le nomme à l’époque, par le gaz de charbon, sont connus depuis le 19e siècle et plus particulièrement depuis la thèse de doctorat en médecine d’Hippolyte Boudon soutenue en 1843 et intitulée Des paralysies consécutives à l’asphyxie par la vapeur du charbon.

Or, un des milieux professionnels les plus exposés au monoxyde de carbone se trouve être celui des mineurs de charbon et sa détection est difficile car c’est un gaz inodore, incolore et sans saveur, donc une menace silencieuse

On peut dès lors se poser la question : est-ce que ces troubles psychologiques sont liés à leur travail ? Si oui, résultent-ils principalement d’un accident de travail ? Et comment ces questions sont perçues et prises en charge par les mineurs eux-mêmes, les patrons, les syndicats, les médecins, les tribunaux et l’assurance sociale ?

La catastrophe de Courrières et ses conséquences psychologiques

En 1956, dans Paris Match, César Danglot, un des rescapés de Courrières, 50 ans après les faits déclare :

« Le mineur, c’est comme le marin. Il ne pense pas au danger ».

C’est peut-être vrai pour certains, mais pas pour tous.

La catastrophe: bref rappel des faits

La catastrophe de Courrières fait l’objet d’une abondante littérature surtout pour l’année 2006 qui a vu une foison d’études historiques être publiées dans le cadre du centenaire de la catastrophe. Pourquoi peut-on parler d’une catastrophe ? Par son importance et son retentissement, par le nombre de victimes et de familles touchées et par sa médiatisation également. La catastrophe de Courrières est intéressante pour l’historien.ne permet d’observer précisément et minutieusement, avec énormément de détails, ce qui se passe dans la mine à tous les niveaux.

Toutefois, il est symptomatique que dans les études sur Courrières, l’analyse porte principalement sur la situation de la compagnie avant les événements, la catastrophe, ses conséquences politiques, sociales, techniques, le récit des survivants sur leur errance dans les galeries…mais pas ce qu’ils sont devenus ou si peu, et encore ne s’intéresse-t-on qu’aux fameux 14 rescapés et pas aux autres mineurs victimes de la catastrophe qui ont été secourus rapidement. Et encore, pour les 14 rescapés, dans l’étude de Stierlin qui me sert de base, il note « que malgré le grand intérêt qu’avait excité le sauvetage inespéré des 14 rescapés, on s’inquiéta très peu d’eux dans la suite ». Voici un bref rappel des événements.

Le 10 mars 1906, une explosion survient dans les galeries des mines de la Compagnie des mines de Courrières situées près de Lens. Environ 1099 hommes vont trouver la mort dans ce qui reste encore aujourd’hui la plus grande catastrophe minière et industrielle survenue en France. Le samedi 10 mars 1906, vers 6h30 du matin, une explosion retentit dans les fosses 2 de Billy-Montigny, 3 de Méricourt et 4 de Sallaumines, toutes appartenant aux mines de Courrières. 110 kilomètres de galeries sont balayés par le souffle de l’explosion et par les gaz. 1100 personnes trouvent la mort. L’incompréhension, l’angoisse et la détresse s’emparent du secteur mineur. En fin de journée, seulement 550 mineurs sur 1664 descendus sont remontés, certains grièvement blessés, beaucoup intoxiqués au monoxyde de carbone.

Alors que tout espoir de trouver d’autres survivants semblent perdus, le 30 mars, 13 rescapés font surface après 20 jours d’errance et de souffrance dans les galeries entourés de cadavres (ils ont du manger de la nourriture avariée, du bois, boire de l’eau corrompue et leur propre urine). L’un d’eux décrit leur calvaire comme suit :

« Jamais bourreau n’a pu imaginer pour un criminel un supplice égal à celui-là ».

Ils sont rapidement pris en charge par les médecins, sont traités en héros et deux d’entre-eux, Nény et Pruvost père reçoivent la légion d’honneur. Enfin, le 4 avril, un quatorzième rescapé, Berton, sort de la mine. C’est le dernier survivant de la catastrophe de Courrières.

Les treize premiers rescapés de Courrières.

Rapidement, un Comité de secours est mis en place et gère l’argent à distribuer aux victimes et aux familles des décédés. Les rescapés, en plus de toucher des indemnités prévues par la loi de 1898 sur les accidents du travail, reçoivent chacun 1200 francs. Pour les mineurs « sortis vivants des fosses et ne justifiant pas d’une incapacité de travail nettement définie mais invoquant une intoxication par l’oxyde de carbone », au nombre de 449, ils se partagent 21840 francs entre 61 allocations de 40 francs et 388 allocations de 50 francs dont le paiement est effectué en espèces. Un seul mineur est frappé d’incapacité permanente de travail pour cause de folie. C’est dans ce cadre que s’inscrit l’étude qui sert de base à mon propos. Pour conclure, les tribunaux concluent à la non responsabilité de la compagnie dans la catastrophe.

Désignation des dépenses Payements en espèces Versements aux caisses d’épargne Achats de rentes Totaux
Secours aux familles de mineurs décédés 572775 3792750 2274975 6640500
Ouvriers atteints d’incapacité temporaire 7653,80 7653,80
Réchappés 12900 5700 300 18900
Ouvriers intoxiqués 21840 21840
Ouvriers atteints d’incapacité permanente partielle 2085,67 9789,72 62,40 11937,79
Ouvriers atteints d’incapacité permanente totale 100 3000 11300 14400

Source: Comité central de secours aux familles des victimes de la catastrophe de Courrières (10 mars 1906). Compte rendu des opérations du comité, Paris, 1908, p. 39.

L’étude du professeur Zangger et du docteur Stierlin

Eduard Stierlin est né à Zurich en 1878 et est décédé en 1919. Il est le fils d’un ingénieur et fait des études de médecine sous la direction du professeur Zangger à l’Institut médico-légal de l’Université de Zurich. C’est dans ce cadre qu’il mène sa thèse de doctorat portant sur les conséquences médicales des catastrophes dont celle de Courrières.

Son étude est publiée en allemand en 1909 sous le titre « Über psycho-neuropathische Folgezustände bei den Überlebenden der Katastrophe von Courrières am 10. März 1906 ». Elle fait l’objet de plusieurs publications dans des revues spécialisées. Elle fait l’objet de nombreux compte-rendu dans les revues de médecine légale et de psychiatrie en France, surtout en tant qu’objet de « curiosité » et est publiée en version abrégée en français en 1912 dans les « Annales d’hygiène publique et de médecine légale ». Cette étude écrite par un jeune docteur est devenue un classique et Stierlin est parfois mentionné aujourd’hui comme un nom important dans l’histoire de la psychiatrie.

L’article de Stierlin publié en 1909 dans la « Monatsschrift für Psychiatrie und Neurologie », t. 25, 1909.

Stierlin et son directeur de thèse Heinrich Zangger, s’intéressent aux catastrophes car « elles exercent sur l’état psychique des sinistrés des effets durables. On les désigne sous le nom de névrose traumatique ». Pour lui, ce terme est réducteur car il englobe toute une série de troubles nerveux qui échappent ainsi à la recherche scientifique. Or, dans le cas de Courrières où il s’agit d’un immense accident de travail, il note bien que ces troubles représentent pour les sinistrés une diminution de la capacité de travail et que la connaissance de ces troubles est importante car « le sinistré dans son droit à un dédommagement dépend avant tout du certificat du médecin » et ce dernier se doit de connaître ces troubles car il a souvent tendance à soupçonner la simulation.

Stierlin étudie en plus de Courrières, des tremblements de terre, une catastrophe minière en Allemagne à Radbod qui cause 360 morts, une catastrophe de chemin de fer et l’écroulement d’un pont. Il commence ses observations à Courrières dès le jour de la catastrophe. Il mène une véritable enquête de terrain et suit pendant deux ans et demi l’évolution de 21 survivants qu’il a examiné jusqu’à sept fois à des intervalles de trois à six mois. Il note d’emblée que son travail n’est pas facile car la compagnie des mines de Courrières tentent de cacher les causes exactes de la catastrophe ainsi que ses conséquences psychologiques sur les mineurs et il indique « qu’il n’est pas dans l’intérêt des médecins à la solde des compagnies de faire de semblables recherches ».

Stierlin suit les malades dans leur cadre de vie après avoir obtenu leur confiance. Il constate que les sinistrés ont tous ressenti « une impression de terreur excessive » lors de la catastrophe. Mais si la terreur, la peur intense peut jouer un rôle important dans l’apparition d’une maladie mentale, dans le cas d’un charbonnage, c’est le monoxyde de carbone qui occupe le devant de la scène.

En effet, à Courrières, la grande majorité des 1099 morts sont victimes d’intoxication à l’oxyde de carbone ce qui fait très peu d’entre eux étaient blessés. Stierlin note que l’oxyde de carbone déclenche des hallucinations semblables à « un délire alcoolique » et entraîner un coma.

Selon lui, l’intoxication au monoxyde de carbone cause trois catégories de psychose : les psychoses hallucinatoires à marche rapide, la psychose oxycarbonée aigüe et les psychoses permanentes.

Dans le cas des psychoses oxycarbonées aigües, il note que des mineurs sont confus, agités, soufrent d’hallucination, sont paralysés des jambes et engourdis mentalement. Dans le cas des psychoses chroniques, il note que des mineurs souffrent de lacunes de l’intelligence et de l’affectivité et d’une « amnésie totale » concernant la catastrophe. Pour ces mineurs, il exclut toute guérison définitive. En effet, même si le malade se remet physiquement de son intoxication, il n’est plus le même. Stierlin note que l’entourage du malade remarque que celui-ci n’est plus le même qu’auparavant. Il perd la mémoire et oublie facilement ce qu’il est en train de faire ou ce qu’il doit faire. Il montre de l’apathie et vit « à la remorque des siens ».

On rejoint ici la notion d’émasculation des mineurs devenus invalides ou malades présente dans les travaux d’Arthur McIvor (Miner’s Lung: A history of dust disease in British coal mining, 2007). Stierlin remarque que « si l’on vient à parler des droits à une rente ou à des dédommagements vis-à-vis de la compagnie, le malade ne fait aucun des mouvements affectifs que l’on trouve ordinairement dans les névroses traumatiques ».

C’est ici qu’il établit la distinction entre le névrosé traumatique et le névrosé oxycarboné pour reprendre ces termes. Le névrosé traumatique est attiré par la rente, par le dédommagement. Au contraire, l’intoxiqué au monoxyde de carbone essaie de travailler et ne cherche pas le dédommagement à tout prix. Mais diminué, les siens et les patrons arrivent très vite à la conviction qu’il est incapable et, dans les cas légers d’intoxication, on ne confie plus au malade qu’un travail mécanique.

Ces psychoses causées par l’oxyde de carbone touchent principalement les mineurs car il s’agit d’un gaz présent en grande quantité dans les mines de charbon. Pour Stierlin, c’est une notion nouvelle. Il crée alors un tableau clinique devant dans le futur permettre aux experts médicaux de reconnaître la pathologie. Toutefois, Stierlin se heurte à l’hostilité de la compagnie de Courrières et il remarque « que l’on se contente très souvent du diagnostic de simulation ». La plupart des médecins délaissent la cause de l’oxyde de carbone et diagnostiquent une névrose traumatique, en effet, attribuant l’état du sinistré à de l’aggravation et de la simulation dans un but financier.

Stierlin conclut son étude en abordant le cas des 14 rescapés. Il note d’emblée qu’en 1909, plus aucun ne travaille à la mine à cause de « la terreur qu’elle leur inspire ». 6 travaillent encore pour la compagnie mais au jour, ce qui fait que leur salaire est moins important qu’avant la catastrophe. 4 l’ont quittée dont un pour l’Amérique où il se montre pour de l’argent comme rescapé de Courrières, 3 souffrent de névrose traumatique prononcée et Berthon, le dernier des rescapés, vit à Courrières en tant qu’aubergiste.

Tous ont gardé dans leur esprit une marque indélébile. « Ce sont d’autres hommes » selon Stierlin. Ils se sentent maintenant encore, en 1909, alors que tout le monde a depuis longtemps oublié Courrières, les héros du jour. Au niveau physique, tous se sont affaiblis et paraissent plus âgés qu’avant la catastrophe. Ils ont des troubles du sommeil, des maux de tête. L’un d’eux, Couplet, « un jeune homme intelligent, d’une santé auparavant parfaite » a été renvoyé du service militaire deux fois de suite pour trouble mental. Deux d’entre eux font encore, plus de deux ans après la catastrophe, l’impression de gens complètement épuisés et sont regardés par leurs camarades de travail et par leurs familles comme gravement malades. Ils ne parlent pas volontiers de la catastrophe et répondent très brièvement aux questions sur ce sujet.

Enfin Stierlin aborde le cas des névroses phobiques. Il cite l’exemple d’un mineur de 42 ans « excessivement fort, connu auparavant comme un ouvrier capable et qui depuis la catastrophe ne peut plus travailler à la mine parce qu’une terreur insurmontable l’en empêche ». Ce mineur a présenté des signes d’une légère intoxication à l’oxyde de carbone après son sauvetage. Il est retourné à la mine 5 mois après les faits mais n’a pu y travailler que 42 jours à cause de l’angoisse et de la peur. Il travaille désormais au jour pour un salaire trois fois inférieur et n’a pas reçu d’indemnité.

 Il ressort du travail de Stierlin que les compagnies minières ne sont pas enclines à reconnaître les risques encourus par les mineurs par l’inhalation du monoxyde de carbone, notamment au niveau de leur santé mentale. Les experts médicaux de la compagnie préfèrent conclure à des névroses traumatiques et surtout à de la simulation ne nécessitant qu’une réparation minime voire pas de réparation du tout. On peut se demander pourquoi ? (pour des motifs financiers uniquement ?) Je pense que les compagnies minières profitent d’un débat qui fait rage parmi les psychiatres et les médecins au niveau des accidents du travail, celui des névroses traumatiques.

Une étude à replacer dans le débat sur les accidents du travail et les névroses traumatiques

Entre les années 1880 et 1914, un débat profond agite le monde de la psychiatrie légale. Il s’agit en effet de déterminer si les névroses traumatiques doivent être indemnisées lorsqu’elles résultent d’accident du travail tel que le prévoit la loi de 1898 sur les accidents de travail et dans quelle mesure ? Sans entrer dans les détails, je remarque que de nombreuses études sont publiées sur le sujet après 1898. Dans ces études, leurs auteurs respectifs remarquent que le nombre de demandes d’indemnisation pour cause de « névrose traumatique » explose d’années en années.

Sous le couvert d’empêcher les abus, des médecins vont publier des articles et des enquêtes décrivant le fait que ce n’est pas l’émotion causée par un accident de travail qui entraîne la maladie mentale mais bien l’action du malade lui-même qui va engendrer sa névrose. En d’autres mots, le « malade » se convint lui-même qu’il souffre d’un trouble psychique et déclenche lui-même ce trouble.

On passe d’une conception de la névrose traumatique où c’est l’émotion  causée par l’accident et la période de latence qui suit l’accident qui est l’élément déclencheur de la maladie, où finalement la maladie et son évolution ne dépendent pas de la volonté du malade, où c’est l’événement qui suscite la maladie (comme dans le trouble de stress post-traumatique actuel) à une conception où l’émotion ne joue plus qu’un rôle effacé et où c’est le malade qui crée de toutes pièces ses symptômes, où c’est l’individu et pas son travail qui est la cause de sa maladie.

C’est ce que l’on nomme le pithiatisme, un courant qui est porté par des médecins comme Brissaud ou Dupré. Dans cette conception, la période de latence appelée « période de méditation » devient pour ces médecins la période de préméditation. Quant à la guérison, elle ne dépend que de la bonne volonté du patient et pas d’une quelconque aide extérieure.

Pour ces médecins le but évident des ouvriers est de demander une compensation financière pour une incapacité de travail, d’exploiter l’assurance sociale et de se mettre au chômage volontairement en ayant l’assurance d’avoir une rente pour subvenir à leurs besoins.

En effet, la névrose traumatique n’est pas une incapacité temporaire pouvant être strictement délimitée dans le temps, ni une incapacité permanente car elle peut être curable. Dès lors, un large flou juridique existe. Or la loi de 1898 prévoit l’octroi d’une rente pour ce type de trouble et l’allongement des procédures d’indemnisation, ce qui peut entraîner de lourds frais.

Certains ont même des visions extrêmes comme le docteur Juillard qui n’hésite pas à dire au Congrès international sur les accidents du travail de Rome en 1909 que la capacité qu’ont les ouvriers de demander des indemnités pour névrose traumatique sous forme de rente leur enlève

« un des mobiles les plus puissants qui poussent l’homme au travail : la nécessité ».

On voit également apparaître des notions comme celle de l’hystérie de rente, de la sinistrose et des sinistrosés, etc. Toutes contribuent à diminuer la prise en compte des troubles mentaux subis par les ouvriers dans le cadre de leur travail et à les taxer de simulateurs et de profiteurs.

Comment expliquer cette méfiance des médecins et cette entreprise de dévalorisation et de décrédibilisation de la maladie mentale professionnelle ?  La crainte est-elle surtout dans le camp des employeurs qui craignent de devoir payer une addition fort lourde si, en plus de pouvoir causer des lésions physiques, le travail industriel peut causer aussi des troubles psychologiques ?

Une des solutions trouvées par les médecins partisans du pithiatisme va être de refuser systématiquement l’octroi d’une rente élevée aux malades. Celle-ci se verra limitée à 100 francs, une somme dérisoire, qui sera versée en une seule fois sous forme de capital. Le but est de forcé le malade à guérir de son trouble mental en éliminant ce que les pithiatistes considèrent comme la principale voire l’unique cause de la maladie, l’appât du gain, l’attrait de la rente. Et bien sûr, il n’est question d’aucun traitement, celui-ci étant laissé à l’initiative du patient…mais dès que l’argent lui sera versé, il sera guéri bien entendu !

C’est évidemment ce courant que les tribunaux et les experts médicaux vont suivre de plus en plus et en majorité dans le diagnostic de la maladie mentale professionnelle. Presque tous les névrosés traumatiques sont des simulateurs, des fainéants et des profiteurs, et il est intéressant de constater que durant la 1e Guerre mondiale, les mêmes propos seront repris pour les soldats traumatisés.

Cette entreprise de décrédibilisation de la maladie mentale professionnelle menée entre 1898 et 1914 a pour conséquence d’engendrer de profondes inégalités. Elle réduit la capacité des malades à demander des indemnités, elle réduit leur capacité à accéder aux soins qui leur sont nécessaires, elle dévalorise leur statut de malades, elle contribue à leur exclusion du monde du travail ou à leur relégation à des postes de moindres importances et aux revenus plus faibles du fait de leur maladie sans espoir de compensation ni de guérison comme l’a montré Stierlin dans son étude sur les mineurs de Courrières. Il n’est d’ailleurs pas étonnant de voir certains médecins, étudiant brièvement la catastrophe de Courrières d’un point de vue médical, traiter les mineurs intoxiqués à l’oxyde de carbone de « fabulateurs » et de « mythomanes » car leur jugement se situe dans cette mouvance de suspicion à l’égard des maladies mentales professionnelles.

Doit-on voir alors, comme Stierlin semble le suggérer, l’intérêt des compagnies houillères de ne pas voir se multiplier les études sur les effets sanitaires de l’inhalation du monoxyde de carbone par les mineurs s’inscrire dans cette mouvance de dévalorisation des maladies mentales professionnelles ? Stierlin constate que l’intoxication au monoxyde de carbone, qui est pourtant très présent dans les galeries minières malgré les progrès de l’aération, n’est pas pris en compte ou très peu par les médecins des houillères dans l’analyse des maladies mentales des mineurs suite à la catastrophe de Courrières. Peut-on y voir un déni du risque de la part des compagnies ? Une entreprise savamment orchestrée ? Si oui, quelles en sont les mécanismes, les tenants et aboutissants ? Ou bien simplement un désintérêt pour la question ? L’intoxication professionnelle au monoxyde de carbone n’est reconnue comme maladie professionnelle (tableau 64 du régime général des maladies professionnelles) qu’en 1974, à une époque où la plupart des mines de charbon sont fermées ou ferment. Doit-on y voir une relation de cause à effet ? Il faudrait pour cela étudier d’autres cas à d’autres époques et en d’autres lieux. C’est ce qui m’amène à mon troisième et dernier point.

Comparaisons

Si l’exploitation du charbon fait désormais partie du passé en France, elle est encore une réalité dans de nombreux pays, notamment en Chine. Les risques encourus par les mineurs de charbon du monde entier sont relativement les mêmes. Tous sont confrontés à la menace du monoxyde de carbone et à ses effets sur la santé mentale. Tous sont confrontés aux mêmes dangers, à la peur et à l’angoisse du travail sous terre. Il n’y a pas que les dangers liés à la santé physique comme la silicose qui existent à la mine, les dangers pour le mental côtoient également le quotidien des mineurs.

Pour terminer, je prendrai deux exemples pour montrer que la catastrophe est un bon révélateur des dangers qui pèsent sur l’esprit des mineurs et qui montrent que ces risques sanitaires sont encore très peu pris en compte par les compagnies minières et qu’une fois passé la catastrophe, on se soucie fort peu de ce que deviennent les survivants.

Le premier est un témoignage d’un rescapé de la catastrophe du Bois du Cazier qui a eu lieu en 1956 en Belgique, à Marcinelle, près de Charleroi et qui a causé la mort de 262 mineurs.

La catastrophe du Bois du Cazier en 1956.

13 mineurs seulement en ont réchappé. L’un d’eux est Frans Lowie. Il s’agit d’une partie de son témoignage publié en 2006. Lors de la catastrophe, Lowie a 32 ans, il est marié et père d’un enfant. Il a été intoxiqué par les gaz, dont le monoxyde de carbone. A-t ’il été traité ? Non.

« Près de six semaines après la catastrophe, alors que nous ne pouvions que difficilement tenir sur nos jambes, nous avons reçu de la Caisse commune d’assurance les papiers à remplir pour reprendre le travail. C’était donc ça l’aide qu’on nous apportait : retourner le plus vite possible au travail ? Aucun d’entre nous n’était en état de reprendre le travail. Certains pensaient nous envoyer un mois à la mer pour retrouver notre calme. Nous l’attendons toujours. Cela aurait sans doute coûté trop cher, c’est pourquoi on nous a laissés ainsi ».

Quatre semaines après, Lowie doit retourner travailler à la mine car on ne lui paie plus d’indemnités. Il trouve un travail à la surface, moins bien payé, puis il redescend au fond de la mine. La peur et l’angoisse l’envahissent. « Un jour on lui a enlevé 20% de son salaire quotidien car il n’avait pas assez travaillé ».

« Est-ce que ce n’est pas le sommet de l’insulte ? Je n’arrivais pas à faire comprendre que je ne pouvais plus travailler comme avant ».

Avant la catastrophe, Lowie était plein de courage et de joie de vivre, désormais il est fatigué et épuisé. « Cela ne va plus comme avant ».

« On a fait tant d’efforts pour nous aider, pourquoi faut-il d’abord mourir avant d’être aidés ? Ce n’est tout de même pas notre faute si notre vie est brisée ».

Enfin, pour prendre un exemple du 21e siècle, le cas des 33 mineurs Chiliens rescapés de la mine de San José après 69 jours d’enfermement en 2010 mérite d’être cité.

Plusieurs articles parus dans des quotidiens français entre 2010 et 2015 montrent qu’un tiers de ces mineurs souffrent de problèmes psychologiques et psychiatriques.

http://www.parismatch.com/Actu/International/Un-an-apres-l-accident-le-quotidien-des-mineurs-chiliens-150355

http://www.parismatch.com/Actu/International/Les-mineurs-chiliens-enterres-une-seconde-fois-523957

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2011/10/13/un-an-apres-leur-sauvetage-les-mineurs-chiliens-ont-dechante_1586616_3222.html#

http://bibliobs.nouvelobs.com/documents/20150130.OBS1339/le-sauvetage-a-ete-aussi-destructeur-que-l-enfermement-l-epopee-des-33-mineurs-chiliens.html

http://www.leparisien.fr/magazine/grand-angle/mineurs-chiliens-un-si-difficile-retour-sur-terre-08-01-2015-4428937.php#xtref=http%3A%2F%2Fwww.google.be%2Furl%3Fsa%3Dt%24rct%3Dj%24q%3D%24esrc%3Ds%24source%3Dweb%24cd%3D18%24cad%3Drja%24uact%3D8%24ved%3D0CEUQFjAHOAo%24url%3Dhttp%253A%252F%252Fwww.leparisien.fr%252Fmagazine%252Fgrand-angle%252Fmineurs-chiliens-un-si-difficile-retour-sur-terre-08-01-2015-4428937.php%24ei%3DRZkvVdOdPKOX7Qa9-IHIDQ%24usg%3DAFQjCNEtv0hs9EOTNd8w6tp8LsHd77pYFA%24sig2%3DOOipiZxvhP6wwO1ijeSTgg%24bvm%3Dbv.91071109%2Cd.ZGU

Certains sont atteints de claustrophobie, dorment sur le carrelage, ont des addictions, vivent dans la pauvreté, n’ont presque pas reçu d’indemnité de la part de leur employeur qui, comme à Courrières, n’a pas été tenu responsable de l’accident. Ils ont des cauchemars, sont irritables, ont de la peine à se souvenir des événements. Ils souffrent de stress post-traumatique… pour reprendre le vocabulaire de Stierlin de « névrose traumatique ». Le psychologue Alberto Ittura qui les suit dit quelque chose de très intéressant à un journaliste lui posant la question « Que pensez-vous de l’assistance apportée aux 33 une fois sortis de la mine » ? « Je crois qu’ils auraient dû recevoir une aide psychologique plus longues… La mutuelle pour laquelle il travaillait pense davantage à la rentabilité qu’à la santé mentale des travailleurs ». J’espère que le livre « Les 33 » d’Hector Tobar et le film « Les 33 » leur permettra de survivre.

 


Kevin Troch

Docteur en histoire environnementale de l'Université de Lille (IRHiS) et de l'Université de Namur (PolleN).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *