En toute digression #1. Exploiter les ressources minières sous-marines ?

Cher(e) lecteur/lectrice,

Pour débuter la série des « En toute digression », des petits billets « allégés », j’ai choisi de te parler d’un sujet qui me tient à coeur, celui de l’exploitation des ressources minières sous-marines. Je vois déjà les larmes de reconnaissance qui coulent de tes yeux gonflés d’émotion. Je t’en prie ne me remercie pas pour ce shoot émotionnel. C’est bien la moindre des choses que je puisse faire pour égayer ton quotidien. Mais trêve d’effusion. Cessons de digresser et entrons dans le vif du sujet de ce premier billet d’ « En toute digression ». En route vers les grands fonds marins!

giphy

Exploitation minière des fonds marins ? De quoi parle-t-on ?

Définition et ressources exploitables

L’exploitation minière des fonds marins ou Deep Sea Mining (DSM) désigne les procédés d’extraction des ressources minérales situées à plus de 200-300 mètres de profondeur en milieu océanique.

L’intérêt pour la France (surtout pour ses activités extractives) s’avère important car elle possède le deuxième territoire maritime au niveau mondial.

3 types de ressources minières sous-marines intéressent actuellement les gouvernements et les industries:

1. Les nodules polymétalliques

Les nodules polymétalliques sont des formations rocheuses de taille variable (entre 5 cm à 20 cm), présentant une forme globalement sphérique et situées généralement dans les plaines abyssales entre 3000 et 6000 mètres de profondeur.

 

Nodule polymétallique (Portugal)

    Nodule polymétallique (Portugal) Source: Wikimedia Commons

Ces nodules se forment très lentement. Leur croissance est estimée entre 1 et 10 millimètres par million d’année. Ils se créent par précipitation des éléments métalliques de l’eau circulant au fond des océans ou dans les hautes couches sédimentaires autour d’une roche ou d’un coquillage.

Leur composition varie en fonction de l’endroit où ils se sont formés mais ils sont généralement composés de manganèse, de silicium, de fer, de cobalt et de nickel. On peut également y trouver parfois des quantités infimes de terres rares (lithium, thallium, molybdène, tellure, etc.).

2. Les sulfures hydrothermaux

Les sulfures hydrothermaux (ou « fumeurs noirs ») sont situés à proximité des sources hydrothermales le long des dorsales océaniques entre 1500 et 5000 mètres de profondeur. Dans ces régions, l’eau pénétrant dans les couches superficielles de sédiments est chauffée à haute température (jusqu’à 400° C). Les éléments métalliques présents dans ces sédiments s’y dissolvent. L’eau chaude remonte ensuite rapidement vers le plancher océanique où l’eau est à environ 2° C. Au contact de l’eau froide, les éléments métalliques se précipitent pour former des accrétions minérales ayant la forme de cheminée.

Fumeur noir dans le bassin de Lau, îles Tonga. Source: Ifremer

     Fumeur noir dans le bassin de Lau, îles Tonga. Source: Ifremer

Au fil du temps, la zone d’accrétion peut couvrir plusieurs centaines de mètres de diamètre et contenir entre 5 à 17 millions de tonnes de roche minérale. Chaque zone d’accrétion est généralement éloignée des autres de plusieurs dizaines de kilomètres. Le nombre de zones exploitables dans le monde est estimé à 250.

La composition en métaux de ces roches est très variable selon les sites, et dans un même site, entre la cheminée et les roches qui l’environnent. Ces dépôts contiennent de grandes quantités de fer (20-40 % du total), de cuivre (10-20 %) et de zinc (10-20 %), ainsi que des quantités plus minimes d’argent, d’or, de cobalt, de plomb, de baryum, de cadmium, d’antimoine, de mercure, de terres rares, etc.

3. Les encroûtements cobaltifères

Les encroûtement cobaltifères se trouvent sur les monts sous-marins à une profondeur située entre 400 et 4000 mètres. Ce sont des « croûtes » dont l’épaisseur est très variable et contenant des éléments métalliques très variés: oxyde de fer et de manganèse, cobalt, platine, tellure mais aussi titane, vanadium, cérium, zirconium et phosphore.

Encroûtement cobaltifère près de Niau, archipel des Tuamotu. Source: Ifremer

Encroûtement cobaltifère près de Niau, archipel des Tuamotu. Source: Ifremer

Ils couvrent des surfaces de plusieurs km2 sur des reliefs sous-marins et des volcans immergés pour une surface estimée à 6,35 millions de km2, soit 1,7 % de la surface des océans. Leur extraction, très complexe, limite leur intérêt économique pour le moment.

D’autres ressources sont également prises en considération, notamment les phosphates marins qui peuvent servir d’engrais et les hydrates de méthane comme ressource énergétique.

Cadre réglementaire et législatif

Depuis le 17e siècle jusqu’au milieu des années 1950, les océans sont régis par le principe de la liberté des mers. Ce dernier limite les droits et la juridiction d’un État sur les océans à une étroite bande côtière le long de son littoral. Toutefois, à partir des années 1950, les océans sont exploités intensivement à une échelle inédite. Le pétrole « offshore » mais également les diamants (en Namibie par exemple), les granulats marins, l’étain (en Indonésie et en Thaïlande) sont extraits dans les eaux côtières (shallow waters), la pêche en eaux profondes, etc., se développent à des niveaux faisant craindre un épuisement rapide et irréversible des environnements marins. Les expéditions scientifiques mettent en lumière l’intérêt des nodules polymétalliques pour remplacer les gisements terrestres dont la qualité et la quantité tendent à se dégrader et les prix des métaux à s’envoler dans les années 1960 [BARDI, 2015].

L’Organisation des Nations Unies s’inquiète de ce problème et tient entre 1958 et 1973 trois conférences qui aboutissent à quatre conventions constituant le droit de la mer. En 1970, l’Assemblée des Nations Unies déclare les fonds marins et leur sous-sol, situés au-delà des juridictions nationales (hors des zones économiques exclusives ou ZEE), patrimoine commun de l’humanité et les place sous la gestion de l’Autorité internationale des fonds marins (AIFM basée en Jamaïque) en 1973. L’AIFM ne dispose de pouvoirs réels que depuis 1994 à la suite de l’entrée en vigueur de la Convention des Nations Unies sur le droit des mers (UNCLOS), ratifiée par 166 pays. C’est désormais l’AIFM qui octroie les permis d’exploration et d’exploitation des grands fonds marins. Toutefois, un véritable code minier des fonds marins n’existe pas encore et l’extraction du sous-sol marin en est encore à ses balbutiements.

Exploiter le sous-sol marin ? Un rêve ancien

Crainte de la pénurie et recherche de nouveaux gisements

La pénurie de combustibles fossiles (charbon, pétrole, gaz) et de métaux hante les esprits d’experts et de gouvernants depuis le 19e siècle. William Stanley Jevons et d’autres économistes politiques expriment leurs craintes de voir la société industrielle décliner par manque de ressources minérales et de charbon dans leurs travaux. Dans The Coal Question paru en 1865, Jevons résume le choix auquel la société britannique est confrontée à la suite de la diminution continue et exponentielle de ses ressources en charbon à deux options: soit une longue médiocrité marquée par le rationnement énergétique, soit une éphémère grandeur sous le sceau de l’abondance en charbon. C’est ce dernier choix que promeut l’économiste britannique. Ce bref rayonnement est censé permettre au pays d’atteindre un degré de développement et de bien-être suffisant pour pouvoir perdurer lorsque les ressources charbonnières viendront à manquer [BONNEUIL et FRESSOZ, 2013].

Alimenter en combustibles fossiles et en métaux et minéraux le système industriel et capitaliste des sociétés occidentales et « occidentalisées » devient une obsession pour les États. La découverte et la mise en exploitation de nouveaux gisements devient une priorité pour nombre de gouvernements comme en témoignent les nombreuses missions géologiques chargées de repérer les futurs chantiers d’extraction dans les territoires extra-européens menées à partir des années 1870 et durant une large partie du 20e siècle.

La période 1870-1914 se caractérise comme « l’ère de l’anxiété », pour reprendre le terme employé par l’historienne Rosalind Williams [WILLIAMS, 2014]. C’est durant cette période que l’idée d’exploiter les ressources minières des fonds marins se développe. La situation actuelle résulte en large partie du climat d’anxiété et de peur de la pénurie engendrés par la dépendance aux ressources minérales de nos sociétés.

Exploiter les ressources minières côtières et océaniques

L’extraction des matières minérales sous l’eau existe depuis longtemps. C’est le cas par exemple des mines de charbon de Whitehaven situées le long des côtes britanniques. Jars décrit ces mines dans ses Voyages métallurgiques publiés en 1774. À certains endroits, les galeries des mines de charbon de Whitehaven se prolongent jusqu’à 1500 mètres des côtes, en-dessous de la mer. Jars en dit ceci:

« Une partie des ouvrages, où l’on travaille chaque jour, se trouve, pendant près d’un quart de lieue, entièrement sous la mer; mais il n’y aucun danger, puisqu’on estime que les rochers qui sont entre l’eau et l’endroit où l’on travaille, ont plus de cent toises d’épaisseur » [JARS, 1774, p. 240].

Exploiter les ressources minières côtières est une réalité ancienne. Par exemple, les exploitations pétrolières « offshore » sont expérimentées en Californie dès les années 1890, les diamants des côtes namibiennes sont exploités à parfois plus de 100 mètres de profondeur par la société de Beers depuis les années 1960.

L’extraction des éléments métalliques présents dans les eaux océaniques est également un projet ancien. Déjà en 1872, des métallurgistes imaginent filtrer l’eau de mer pour en extraire l’or [LECAIN, 2009]. Dans les années 1920, le chimiste allemand Fritz Haber tente l’expérience mais celle-ci ne donne pas de suite [BARDI, 2015].

Exploiter les gisements à 20000 lieues sous les mers

L’exploitation des ressources minières sous-marines est également une composante de l’imaginaire collectif des sociétés industrielles occidentalisées. La thématique est présente notamment dans la littérature de science-fiction. Jules Verne imagine des « houillères sous-marines » situées dans un volcan immergé dont le charbon extrait par des mineurs équipés de scaphandres sert à alimenter le Nautilus du capitaine Nemo en électricité [VERNE, 1870].

Le Nautilus fait surface au coeur de la montagne immergée. Source: Wikisource

Arrivé au coeur du volcan, le capitaine tient ces propos au professeur Aronnax:

Aronnax: Je vois, capitaine, que la nature vous sert partout et toujours. Vous êtes en sûreté sur ce lac, et nul que vous n’en peut visiter les eaux. Mais, à quoi bon ce refuge ? Le Nautilus n’a pas besoin de port.

Nemo: Non, monsieur le professeur, mais il a besoin d’électricité pour se mouvoir, d’éléments pour produire son électricité, de sodium pour alimenter ses éléments, de charbon pour faire son sodium, et de houillères pour extraire son charbon. Or, précisément ici, la mer recouvre des forêts entières qui furent enlisées dans les temps géologiques ; minéralisées maintenant et transformées en houille, elles sont pour moi une mine inépuisable.

A: Vos hommes, capitaine, font donc ici le métier de mineurs ?

N: Précisément. Ces mines s’étendent sous les flots comme les houillères de Newcastle. C’est ici que, revêtus du scaphandre, le pic et la pioche à la main, mes hommes vont extraire cette houille, que je n’ai pas même demandée aux mines de la terre. Lorsque je brûle ce combustible pour la fabrication du sodium, la fumée qui s’échappe par le cratère de cette montagne lui donne encore l’apparence d’un volcan en activité [VERNE, 1870, partie 2, ch. X].

La volonté d’exploiter le fond des océans se développe comme on le voit dès le 19e siècle. Elle constitue le socle sur lequel les projets actuels s’articulent.

L’exploitation des fonds marins, un projet d’actualité

Des projets actuels ? Le cas de Nautilus Minerals

La demande sans cesse croissante en minéraux, la dégradation en qualité et en quantité des gisements terrestres ainsi que les pressions exercées par les compagnies minières auprès des gouvernements incitent de plus en plus ces derniers à chercher de nouveaux gisements exploitables. Les demandes de permis de recherche exploratoire visant les ressources minérales en milieu marin profond sont en pleine expansion depuis les années 2000.

Bien que l’exploitation minière sous-marine demeure encore théorique, une compagnie minière canadienne, Nautilus Minerals, se déclare prête à exploiter un gisement sous-marin au large des côtes de la Papouasie-Nouvelle Guinée dès 2018 (projet Solwara I).

Logo de Nautilus Minerals

 Logo de Nautilus Minerals

Nautilus Minerals Inc. se présente comme la première compagnie minière à être capable d’exploiter les ressources minérales des fonds océaniques. Basée au Canada, elle étudie la faisabilité de projets extractifs dans l’Océan Pacifique depuis les années 1990, notamment au large de la Papouasie-Nouvelle Guinée, des Îles Salomon et des Îles Tonga. Elle entend exploiter les différents métaux présents dans les planchers océaniques et principalement le cuivre, l’or, l’argent et le zinc. Elle obtient son premier permis d’exploration de la part du gouvernement de Papouasie-Nouvelle Guinée en 1997.

Nautilus Minerals est largement financée par des majors des industries extractives mondiales: Barrick Gold Corporation, Anglo-American, Teck Cominco et Epion Holdings.

Son projet phare est Solwara I. Situé dans la mer de Bismarck, à 30 kilomètres des côtes de la province de Nouvelle Irlande, Solwara I est présenté par la société comme le premier projet d’exploitation des fonds marins à être mis en activité. Nautilus Minerals a obtenu le permis d’exploitation minière en 2011 de la part du gouvernement de Papouasie-Nouvelle Guinée et espère commencer l’extraction dès 2017-2018 pour une durée de 20 ans.

Localisation du projet Solwara I. Source: Nautilus Minerals

Localisation du projet Solwara I. Source: Nautilus Minerals

Nautilus mènera ses opérations extractives à une profondeur d’environ 1600 mètres afin d’extraire des sulfures hydrothermaux des quantités suffisantes de cuivre, d’or, d’argent et de zinc pour assurer la rentabilité de l’opération. Si celle-ci s’avère fructueuse, la compagnie entamera la mise en exploitation de ses autres concessions dans la mer de Bismarck. Ces dernières couvrent, pour l’instant, une superficie équivalente à 107917 km2. À terme, si l’expérience se révèle rentable, une large partie des fonds marins pourrait faire l’objet de permis d’exploitation (l’AIFM a déjà octroyé des permis exploratoires dans les fonds océaniques de sa juridiction).

Nautilus base largement ses méthodes d’extraction sur celles employées dans les mines terrestres. Ses engins et machines sont adaptées pour le travail sous-marin. Elles pèsent environ 300 tonnes chacune et font environ la taille de trois bulldozers individuellement. Elles seront reliées par un système de câble à un navire de traitement des minerais, avec tous les risques de fuites et de rupture qu’un tel procédé implique. De plus, le « raclage » des fonds marins engendrera un dégagement (un « panache ») de sédiments et de roches relativement important pouvant se répandre sur plusieurs dizaines de kilomètres autour des chantiers d’extraction.

Trois machines d'extraction de Nautilus Minerals... ça me fait penser à Transformers. Source: http://www.nautilusminerals.com/IRM/content/default.aspx

               Trois machines d’extraction de Nautilus Minerals… ça me fait penser à Transformers. Source: Nautilus Minerals

 

Des risques environnementaux importants

En effet, le problème principal auquel ces types de projet sont confronté, ce sont les risques environnementaux qu’ils impliquent. Or, les fonds marins constituent le plus vaste écosystème de la planète mais également celui qui est le moins connu. Seulement 5 % des fonds marins ont été explorés et cartographiés. Ces zones encore largement méconnues présentent une grande richesse en biodiversité. De plus, ces écosystèmes se sont développés de manière relativement isolées dans un milieu soumis à une forte pression permanente et où l’absence de lumière prédomine. La faune et la flore des fonds marins se reproduisent et croissent lentement. Dans un article paru en 2014 dans le Journal du CNRS, un expert signale que les écosystèmes profonds sont des écosystèmes à « métabolisme lent ». Les animaux qui les habitent sont souvent pluri-centenaires, leurs temps de réaction, et donc de résilience éventuelle, sont extrêmement longs. Par ailleurs, la stabilité des plaines abyssales fait que les organismes qui les peuplent sont très fragiles à des perturbations auxquelles ils ne sont pas préparés. Ces milieux présentent donc une faible capacité de résilience à toute perturbation environnementale.

La dernière version de l’évaluation des impacts environnementaux du projet Solwara I, Nautilus Minerals se veut rassurante quant aux conséquences de ses activités extractives sur les écosystèmes des fonds marins. Il en va de même dans les rapports officiels comme celui du CNRS et de l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer) où, bien que les impacts environnementaux soient bien présents, le ton se révèle très optimiste, notamment dans l’évaluation des retombées économiques des projets miniers sous-marins.

Toutefois, les rapports des ONG et des instituts de recherche universitaires s’avèrent très alarmants. L’ONG Deep Sea Mining Campaign considère le projet Solwara I comme potentiellement catastrophique pour les écosystèmes des fonds marins et par extension, pour les sociétés côtières qui se verraient privées des services écosystémiques rendus par les milieux marins. Le Marine Science Institute de l’Université de Californie à Santa Barbara estime que l’exploitation minière des fonds marins entraînerait des pertes définitives d’écosystèmes uniques et riches.

Les impacts environnementaux prévus et « acceptables » pour les promoteurs des projets miniers sont:

  • Destruction de l’habitat d’espèces endémiques
  • Soulèvement et dispersion de sédiments (lors du ramassage des nodules polymétalliques, des sédiments seront soulevés et emportés par les courants. Ils se déposeront plus loin et menaceront de recouvrir et d’asphyxier les espèces vivant sur les fonds marins tels les concombres de mer et les anémones).
  • Pollution lumineuse et sonore (le bruit et la lumière des machines et des bateaux perturberont des écosystèmes habitués à l’obscurité permanente).
  • Pollution à la suite de fuite de pétrole et/ou de déchets miniers depuis les bateaux et durant le processus de transport depuis les fonds marins jusqu’à la surface
  • Événements sismiques ou tempêtes sous-marines causées par les activités minières
  • Dissémination de métaux lourds
  • etc.
La pieuvre Dumbo, un des habitants des fonds marins. Source: NOAA OKEANOS EXPLORER Program, Gulf of Mexico 2014 Expedition

La pieuvre Dumbo, un des habitants des fonds marins. Source: NOAA OKEANOS EXPLORER Program, Gulf of Mexico 2014 Expedition

La catastrophe écologique et sociale qui a suivi l’explosion de la plateforme Deepwater Horizon dans le Golfe du Mexique en 2010 et le déversement de millions de litres de pétrole dans l’eau n’incite pas véritablement à l’optimisme et à la confiance quant à l’innocuité du projet Solwara I. La solution la plus raisonnable, selon moi, serait d’établir un moratoire global interdisant toute exploitation des ressources minières des fonds marins en attendant que les connaissances scientifiques et les études d’impact environnementaux soient plus développées.

All the world’s a mine ? Exploitation des ressources minières marines et extractivisme

Mais la volonté affichée d’exploiter les ressources minières des fonds marins, est selon moi bien plus inquiétante et témoigne de l’absence de limite du système extractiviste. Le développement sans cesse croissant des techniques d’extraction a fait du secteur minier une « entreprise de destruction massive » pour reprendre le terme employé par l’historien Timothy LeCain [LECAIN, 2009]. Le fait que gouvernements et compagnies minières envisagent sérieusement l’exploitation des fonds marins malgré les impacts environnementaux importants que cette entreprise engendrerait montre que le monde naturel n’est désormais réellement perçu qu’en tant que commodité économique abstraite, que stock de ressources attendant d’être exploité et transformé pour être finalement mis sur le marché. Exploiter des gisements aux teneurs infimes en métaux s’avère désormais rentable, mais cette rentabilité ne tient pas compte des dommages causés à l’environnement. En se basant sur les exemples actuels ainsi que sur les expériences du passé d’entreprises extractivistes, notamment celle des charbonnages belges et du nord de la France, la rentabilité des exploitations minières n’est assurée qu’à condition que les législations environnementales, les mécanismes de régulation ainsi que les principes d’indemnisation ne soient pas appliqués « sérieusement » et systématiquement. Cette idée d’une nature-stock de ressources, poussée jusqu’à l’extrême, tend à signifier que n’importe quelle partie de la planète n’est qu’une commodité en attente d’être exploitée par les entreprises extractives. Nous sommes entrés dans l’ère de la destruction de masse, de l’extractivisme exacerbé depuis le 20e siècle et l’exploitation minière des fonds marins n’en est qu’un des derniers avatars au 21e siècle [BONNEUIL et FRESSOZ, 2013].

À terme, si la société civile n’y prend pas garde c’est l’entièreté de la planète qui est susceptible d’être mise en exploitation par les industries extractives. Le risque est grand de voir la prophétie  que l’ingénieur Starr professe au jeune Harry Ford dans les Indes noires de Jules Verne se réaliser; celle d’un monde miné entièrement par les Hommes:

En vérité, s’écria le jeune homme, il est à regretter que tout le globe terrestre n’ait pas été uniquement composé de charbon ! Il y en aurait eu pour quelques millions d’années !

– Sans doute, Harry, mais il faut avouer, cependant que la nature s’est montrée prévoyante en formant notre sphéroïde plus principalement de grès, de calcaire, de granit, que le feu ne peut consumer !

– Voulez-vous dire, monsieur Starr, que les humains auraient fini par brûler leur globe ?…

– Oui ! Tout entier, mon garçon, répondit l’ingénieur. La terre aurait passé jusqu’au dernier morceau dans les fourneaux des locomotives, des locomobiles, des steamers, des usines à gaz, et, certainement, c’est ainsi que notre monde eût fini un beau jour ! [VERNE, 1877].

 

 

Pour en savoir plus:

http://www.nautilusminerals.com/irm/content/default.aspx

http://deepseaminingwatch.msi.ucsb.edu/#!/home?layers[]=vessel-tracks&layers[]=isa-areas&layers[]=labels&view=-14.7749|-159.9609|2||1806|901

http://www.eu-midas.net/

http://www.deepseaminingoutofourdepth.org/

https://www.isa.org.jm/fr

Bibliographie indicative

BARDI U., Le grand pillage. Comment nous épuisons les ressources de la planète, Paris, Institut Veblen/Les petits matins, 2015.

BONNEUIL C. et FRESSOZ J.-B., L’événement anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Paris, Le Seuil, 2013.

JARS, Voyages métallurgiques, Lyon, 1774.

LECAIN T., Mass destruction. The men and giant mines that wired America and scarred the planet, New Brunswick, Rutgers University Press, 2009.

VERNE J., Vingt mille lieues sous les mers, Paris, 1869-1870.

VERNE J., Les Indes noires, Paris, 1877.

WILLIAMS R., The triumph of Human empire. Verne, Morris, and Stevenson at the end of the world, Chicago, The University of Chicago Press, 2014.

Et un petit indice pour le prochain En toute digression!

giphy-1


Kevin Troch

Doctorant en histoire environnementale à l’Université de Lille (IRHiS) et à l’Université de Namur (PolleN).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Sanna dit :

    Article très intéressant! Par rapport à l’extractivisme: Anna Bednik « Extractivisme. Exploitation industrielle de la nature : logiques, conséquences, résistances » , Le passager clandestin, collection Essais, 2015. Un bon livre (sauf peut-être le dernier chapitre) qui consacre un partie importante à la situation française aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *