Compte rendu. Chad Montrie, « To save the land and people. A history of opposition to surface coal mining in Appalachia », Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2003

L’extraction du charbon peut s’opérer de différentes manières. L’exploitation peut être souterraine (comme pour les charbonnages belges) ou à ciel ouvert. Les mines de charbon à ciel ouvert ressemblent généralement à d’immenses carrières. La couverture, le sol est enlevé et un énorme trou est creusé. Mais une autre méthode d’extraction peut être utilisée, notamment en milieu montagneux, celle du mountain top removal. Cette dernière consiste à « enlever le sommet de la montagne » au moyen d’explosifs afin d’atteindre les couches de charbon qu’elle renferme. Les engins miniers creusent alors progressivement la montagne jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien de celle-ci. Une autre montagne, artificielle celle-ci, est créée à côté de la première montagne par l’empilement des matières stériles et des déchets miniers résultant de l’extraction.

Mountain top removal dans une mine de charbon des Appalaches. Source: Duke University

Mountain top removal dans une mine de charbon des Appalaches. On observe bien que la montagne est progressivement « rognée » par les engins de chantier. Source: Duke University

Le procédé du mountain top removal est appliqué dans les Appalaches depuis les années 1960-1970. Progressivement, cette chaîne montagneuse disparaît, détruite par les compagnies charbonnières. Les effets de cette méthode d’exploitation sont visibles depuis l’espace. Grâce au Google Timelapse, on peut visualiser l’impact de l’extraction du charbon dans les Appalaches depuis le milieu des années 1980 jusqu’à nos jours. Le résultat est effarant. La vidéo ci-dessous montre également les conséquences environnementales du mountain top removal (à partir de 1:43)

On l’imagine, le mountain top removal, par son impact environnemental important, est loin de laisser indifférents les habitants des régions charbonnières des Appalaches. Dès les débuts de l’exploitation à ciel ouvert intensive de la région, des mouvements d’opposition se forment et contestent la poursuite de l’extraction. C’est à l’histoire de ces mouvements que nous convie l’ouvrage de Chad Montrie, professeur d’histoire à l’Université du Massachussetts à Lowell, To Save the land and people. A history of opposition to surface coal mining in Appalachia.

La chaîne des Appalaches. Source: University of Michigan

          La chaîne des Appalaches. Source: University of Michigan

Paru en 2003 aux éditions de l’Université de Caroline du Nord, To save the land and people est la version remaniée d’une thèse d’histoire soutenue à l’Ohio State University en 2001. Structuré en 9 chapitres, l’ouvrage étudie une thématique encore peu présente dans l’historiographie minière à savoir les mouvements d’opposition et de contestations aux industries extractives.

511kh9pmtsl-_sx306_bo1204203200_

 

Montrie centre son analyse sur les mouvements formés par les agriculteurs et les populations locales depuis les débuts de l’exploitation à ciel ouvert du charbon à l’échelle industrielle dans les Appalaches dans les années 1930 jusqu’à l’apparition et au développement du mountain top removal dans les années 1970. Il s’agit donc d’une étude des mouvements environnementalistes locaux. Montrie montre que loin d’être l’apanage des « élites urbaines », la défense de l’environnement, du cadre de vie, de la beauté naturelle fait également partie des préoccupations des populations des zones rurales, des agriculteurs et des milieux ouvriers. Toutefois, les revendications émises par ces mouvements locaux insistent essentiellement sur la menace économique que représente l’exploitation du charbon à ciel ouvert pour les autres activités, notamment pour l’agriculture, et sur la sauvegarde de leurs maisons et de leur habitat.

Après un premier chapitre d’introduction présentant l’histoire sociale, économique et environnementale de cette région montagneuse, les chapitres suivants placent la focale sur le développement des mouvements d’opposition à l’exploitation à ciel ouvert du charbon depuis ses premières expressions en Ohio et en Virginie occidentale dans les années 1930 jusqu’aux mouvements environnementalistes influents qui ont tenté d’interdire l’exploitation à ciel ouvert en Pennsylvanie et au Kentucky dans les années 1960.

La contestation démarre d’abord au sein des milieux agricoles directement touchés par les dégradations commises par l’extraction du charbon à ciel ouvert au début du 20e siècle. En retirant la couverture végétale du sol ou le sol tout entier afin d’exploiter les gisements de charbon, les sociétés minières causent d’énormes dégâts environnementaux. Elles favorisent l’érosion et peuvent parfois entraîner des glissements de terrains dévastateurs, Montrie citant le cas de plusieurs maisons et villages ensevelis sous les gravats. Rapidement, des syndicats agricoles tentent de faire adopter des lois et des mesures de régulation de ce type d’activité extractive dans les différents États traversés par les Appalaches. Dans les zones plus montagneuses, ce sont toutes les couches de la population qui s’allient pour défendre leur cadre de vie contre les compagnies charbonnières. Dans les années 1950-1960, de nombreux étudiants et des environnementalistes s’impliquent dans la préservation des Appalaches faisant d’un problème local une question nationale. Toutefois, le succès n’est jamais au rendez-vous pour ces mouvements et le Surface Mining Control and Reclamation Act adopté en 1977 par l’État fédéral n’impose qu’un cadre de régulation minimum et insuffisant pour gérer les dégradations engendrées par les exploitations de charbon à ciel ouvert.

Dans son étude, Montrie aborde l’histoire des conflits environnementaux liés aux mines de charbon à ciel ouvert de façon chronologique. Il illustre avec profit cette histoire en mentionnant et en expliquant les actes de sabotage menés par les opposants, les confrontations parfois violentes survenues entre compagnies minières et populations locales et cite abondamment des témoignages des habitants des Appalaches. Il montre surtout les difficultés rencontrées par ces mouvements pour porter leurs demandes devant les institutions administratives, législatives et judiciaires face au lobby des compagnies minières puissantes aux comptes en banque bien fournis, capables de s’entourer d’une armée juristes compétents et de faire pression auprès des représentants politiques locaux, régionaux et fédéraux. Face à cette situation compliquée et à des « adversaires » aux ressources apparemment illimitées, les mouvements environnementaux s’épuisent rapidement et échouent à faire réguler l’extraction du charbon dans les Appalaches. L’échec de ces mouvements environnementaux est patent lorsque à partir des années 1970 la pratique du mountain top removal se répand dans les Appalaches sans qu’aucune régulation efficace pour contrer ou même seulement atténuer les dégradations commises par ce procédé soit adoptée par les États et au niveau fédéral.

Montrie indique également que l’argument phare employé par les compagnies minières afin de justifier leurs agissements, à savoir que la destruction du paysage et de la nature sont le prix à payer (fair price) pour créer de l’emploi et permettre le développement de l’économie locale ne tient plus la route depuis les années 1950. Depuis cette décennie et jusqu’à nos jours, l’extraction du charbon se mécanisent et s’automatisent de plus en plus et nécessitent de moins en moins de main d’oeuvre. L’argument selon lequel les sociétés charbonnières sont des pourvoyeuses d’emploi ne tient plus la route. Pire, en dégradant irrémédiablement les terres, elles compromettent l’avenir économique, social et environnemental des Appalaches. C’est là une des grandes forces et l’un des grands enseignements de l’ouvrage de Montrie.

En définitive, cet ouvrage est très important pour l’historiographie environnementale minière et devrait figurer dans toute bibliothèque de chercheur intéressé par cette thématique. De plus, l’ouvrage offre des clés de lecture pour comprendre les enjeux actuels liés aux industries extractives. L’échec (ou bien l’échec à venir) des mouvements de contestation contemporains comme ceux du Dakota Access Pipeline ou du Keystone XL ne sont pas inédits. Des expériences d’opposition à la marche en avant des industries extractives ont eu lieu dans le passé, ici dans les Appalaches, mais également ailleurs, notamment dans les bassins houillers de Belgique et du nord de la France. To save the land and people nous rappelle que, loin d’être les premiers à nous rendre compte des impacts environnementaux causés par les entreprises minières et à nous mobiliser pour tenter de les réguler et de les contrer et surtout bien loin de n’être que l’apanage des « élites » comme certains voudraient nous le faire croire, d’autres avant nous, de tous milieux sociaux et économiques, se sont émus de voir leur cadre de vie dénaturé et ont essayé de préserver leur environnement. Un ouvrage à lire et/ou à découvrir.

MONTRIE ChadTo save the land and people. A history of opposition to surface coal mining in Appalachia, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2003 (ISBN 0-8078-5435-2).


Kevin Troch

Doctorant en histoire environnementale à l’Université de Lille (IRHiS) et à l’Université de Namur (PolleN).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *