En toute digression # 2. Exploiter les ressources minières dans l’espace ? Vers l’infini et au-delà !

La course aux ressources minières des corps célestes est désormais une réalité sur laquelle il faut compter et sort du champ de la science-fiction. En 2015, les États-Unis d’Amérique promulguent une loi permettant à tout citoyen américain de commercialiser les ressources minières des astéroïdes dès qu’elles entrent en sa possession (U.S. Commercial Space Launch Competitiveness Act, 25/11/2015). Récemment, le Premier ministre du Grand-duché de Luxembourg, Étienne Schneider, a annoncé son intention de faciliter l’accès aux matières minérales des astéroïdes et des objets célestes proches de l’orbite terrestre (NEOs Near Earth Objects) pour toutes les entreprises à condition que celles-ci établissent leurs sièges dans le Grand-duché.

Au-delà du sentiment d’incrédulité qui peut submerger certains à la lecture de ces lignes, la conquête de l’espace par des entreprises minières ne doit pas laisser indifférent et ne doit pas être évacuée par les sciences humaines et sociales. En effet, ce qui se joue n’est rien moins que l’avenir de l’Humanité en tant qu’espèce maîtrisant le voyage spatial. Souhaitons-nous vraiment que les corps célestes et leurs ressources soient privatisés au profit de quelques-uns ou bien que ceux-ci soient des biens communs à toute l’Humanité ?

Exploiter les ressources minières des corps célestes ? Petit aperçu historique de la question

La question de l’exploitation des astéroïdes et des autres corps célestes est liée à celle de leur colonisation par les êtres humains. Celle-ci est ancienne mais acquiert de l’importance dès la fin du 19e siècle avec le développement des recherches sur les fusées. Pour les pionniers de ce domaine comme Konstantin Tsiolkovsky, Hermann Oberth ou Robert Goddard, les fusées qu’ils développent doivent permettre, à long terme, à l’Humanité de partir à la conquête de l’espace. La colonisation des corps célestes suppose l’accès à des ressources, notamment minières, pour assurer la survie des établissements spatiaux [LEWIS, 1997].

L’idée d’exploiter les gisements minéraux des corps célestes apparaît au même moment dans les oeuvres de science-fiction. Dans un article publié en 2014, le « paléofuturologue » Matt Novak cite un passage de la nouvelle de Garrett Serviss Edison’s Conquest of Mars parue en 1898 :

« I shall never forget the sight, nor the exclamations of wonder that broke forth from all of us standing around, when the yellow gleam of the precious metal appeared under the star dust » (The Precious Metal Discovered).

L’histoire raconte comment une expédition humaine en route vers la planète rouge pour se venger d’une attaque martienne découvre un avant-poste minier sur un astéroïde contenant de l’or. L’attrait pour les richesses contenues dans les astéroïdes et les autres corps célestes est donc relativement ancienne.

Après la Seconde guerre mondiale et surtout à partir des années 1950, la course vers l’espace qui se joue entre les deux puissances de la période, les USA et l’URSS, relance l’idée d’exploiter les ressources minières des corps célestes. Déjà en 1962, le vice-président américain Lyndon Johnson déclare au public de la Seattle World’s Fair :

« Someday we will be able to bring an asteroid containing billions of dollars worth of critically needed metals close to Earth to provide a vast source of mineral wealth to our factories »

Les choses s’accélèrent dans les années 1960 avec les premiers vols spatiaux habités. L’accès de l’Humanité à l’ère spatiale engendre de nouveaux espoirs telles la colonisation de l’espace par les êtres humains ou l’exploitation de nouvelles ressources, mais aussi de nouvelles craintes comme l’installation en orbite d’armes de destruction massive. Pour apaiser ces tensions, un traité est adopté en 1967 par l’Organisation des Nations Unies et est ratifié par une majorité des nations dont les USA et les membres de l’ex-URSS. Son application est assurée par l’United Nations Office for Outer Space Affairs (UNOOSA).

L’Outer Space Treaty de 1967 prévoit dans son article 1 que :

« l’exploration et l’utilisation de l’espace extra-atmosphérique, y compris la Lune et les autres corps célestes, doivent se faire dans le bien et dans l’intérêt de tous les pays, quel que soit le stade de leur développement économique ou scientifique; elles sont l’apanage de l’humanité tout entière »

L’article 2 interdit toute appropriation des corps célestes :

« L’espace extra-atmosphérique, y compris la Lune et les autres corps célestes, ne peut faire l’objet d’appropriation nationale par proclamation de souveraineté, ni par voie d’utilisation ou d’occupation, ni par aucun autre moyen »

Bien que le but principal de ce traité soit d’empêcher l’installation en orbite terrestre d’armes nucléaires et d’installations militaires, ses deux premiers articles empêchent toute appropriation des corps célestes, et par extension de leurs ressources, par un État. L’espace apparaît comme un bien commun à l’Humanité toute entière et le traité « force » les nations terrestres à la coopération et à partager leurs découvertes pour le bien de tous. Cette volonté de coopération peut s’expliquer par le contexte tendu entre les USA et l’URSS durant les années 1960 (la crise des missiles de Cuba a lieu en 1962) et l’imminence de l’aboutissement de leurs programmes spatiaux respectifs (la mission Apollo 11 alunit en juillet 1969).

Le traité de 1967 est complété par le Moon Agreement en 1979. Celui-ci régule l’utilisation future de la Lune et des autres corps célestes par les nations terrestres. L’article 11 vise explicitement les ressources minières :

 » 1. La Lune et ses ressources naturelles constituent le patrimoine commun de l’humanité, qui trouve son expression dans les dispositions du présent accord, en particulier au paragraphe 5 du présent article.

2. La Lune ne peut faire l’objet d’aucune appropriation nationale par proclamation de souveraineté, ni par voie d’utilisation ou d’occupation, ni par aucun autre moyen.

3. Ni la surface ni le sous-sol de la Lune, ni une partie quelconque de celle-ci ou les ressources naturelles qui s’y trouvent, ne peuvent devenir la propriété d’États, d’organisations internationales intergouvernementales ou non gouvernementales, d’organisations nationales ou d’entités gouvernementales, ou de personnes physiques. L’installation à la surface ou sous la surface de personnel ou de véhicules, matériel, stations, installations ou équipements spatiaux, y compris d’ouvrages reliés à sa surface ou à son sous-sol, ne crée pas de droits de propriété sur la surface ou le sous-sol de la Lune ou sur une partie quelconque de celle-ci. Les dispositions qui précèdent sont sans préjudice du régime international visé au paragraphe 5 du présent article.

4. Les États parties ont le droit d’explorer et d’utiliser la Lune, sans discrimination d’aucune sorte, dans des conditions d’égalité et conformément au droit international et aux dispositions du présent accord.

5. Les États partes au présent accord s’engagent à établir un régime international, y compris des procédures appropriées, régissant l’exploitation des ressources naturelles de la Lune lorsque cette exploitation sera sur le point de devenir possible. Cette disposition sera appliquée conformément à l’article 18 du présent accord.

6. Pour faciliter l’établissement du régime international visé au paragraphe 5 du présent article, les États parties informent le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, ainsi que le public et la communauté scientifique internationale, autant qu’il est possible et réalisable, de toutes ressources naturelles qu’ils peuvent découvrir sur la Lune.

7. Ledit régime international a notamment pour buts principaux:

a) D’assurer la mise en valeur méthodique et sans danger des ressources naturelles de la Lune;

b) D’assurer la gestion rationnelle de ces ressources;

c) De développer les possibilités d’utilisation de ces ressources; et

d) De ménager une répartition équitable entre tous les États parties des avantages qui résulteront de ces ressources, une attention spéciale étant accordée aux intérêts et aux besoins des pays en développement, ainsi qu’aux efforts des pays qui ont contribué, soit directement, soit indirectement, à l’exploration de la Lune »

Le Moon Agreement a été ratifié par seulement 17 États. Les USA et l’URSS, les deux principales nations maîtrisant le vol spatial de l’époque ne l’ont pas ratifié. Ce refus du Moon Agreement par un grand nombre d’États peut s’expliquer par les mesures contenues dans l’article 11. Ce dernier prévoit que toutes les ressources naturelles découvertes sur la Lune, et par extension sur n’importe quel corps céleste, appartiennent à l’Humanité entière et ne peuvent faire l’objet d’aucune appropriation personnelle et d’aucun droit de propriété. Il ne s’agit pourtant que d’un régime transitoire, le traité prévoyant que la communauté internationale adopte une loi régulant l’exploitation des ressources minières des corps célestes. Toutefois, là aussi, le Moon Agreement indique que cette future législation doit prévoir la juste répartition des ressources extraites des corps célestes entre toutes les nations de la Terre. Ces dispositions restreignent l’exploitation des ressources naturelles de l’espace à des fins publiques ou privées en érigeant les corps célestes au rang de bien commun de l’Humanité.

Les projets d’exploitation des ressources minières des corps célestes auraient pu demeurer irréalistes d’un point de vue technique et financier mais les besoins toujours croissants du monde moderne en minéraux, surtout à partir des années 2000, l’épuisement des gisements, les difficultés importantes qu’éprouvent les compagnies minières à trouver de nouveaux gisements facilement exploitables, les coûts engendrés par l’exploitation de gisements médiocres et/ou difficiles d’accès, les contestations environnementales et sociales restreignant les projets miniers ainsi que l’envolée des prix des métaux et des minéraux rendent désormais envisageables la conquête de l’espace par les sociétés minières.

La nouvelle ruée vers l’or ? Le secteur minier à la conquête de l’espace !

Les projets miniers spatiaux ne devraient pas nous étonner car ils figurent dans l’imaginaire collectif depuis plusieurs décennies. Les récits de science-fiction abordent souvent la question, que ce soit dans la littérature, le cinéma (je pense notamment à Alien et à Blade Runner) ou les séries télévisées. Un des héros de la saga Star Wars, le fondateur de la règle des deux de l’ordre Sith (un maître qui possède le pouvoir, un apprenti qui le convoite), Darth Bane, est un ancien mineur. L’exploitation minière des corps célestes est une composante essentielle, si pas principale, de la plupart des jeux vidéo de science-fiction. La thématique transparaît dans des jeux de rôle populaires comme Mass Effect, Dead Space ou Knights of the Old Republic mais ce sont surtout les jeux de gestion comme Stellaris ou Homeworld qui accordent le plus de place à l’extraction des gisements miniers des corps célestes. Dans la plupart de ces jeux de gestion, l’extraction des minéraux des astéroïdes constitue le socle principal, si pas l’unique, dans l’économie de toute civilisation galactique. Enfin dans un jeu en ligne comme EVE Online, la prospection minière peut constituer l’activité principale de certains joueurs.

Dans la réalité, plusieurs projets existent et certains sont sur le point de se concrétiser. Deux compagnies minières se partagent pour l’instant le (futur) marché des ressources minières spatiales: Deep Space Industries et Planetary Resources. Fondées respectivement en 2013 et en 2010, ces deux sociétés prévoient d’entamer l’exploitation minière des corps célestes proches de la Terre (Near Earth Objects) dans le courant des années 2020.

Pour « vendre » leurs projets et attirer les investisseurs, ces compagnies tablent sur l’estimation de la valeur des astéroïdes. Planetary Resources estime par exemple la valeur de l’astéroïde Ryugu, composé principalement de nickel, de fer, de cobalt et d’eau, à 95 milliards de dollars. Ce montant, s’il s’avère exact, couvrirait largement les investissements consentis pour en assurer l’exploitation. Ces chiffres ont, dans tous les cas, de quoi attiser les convoitises. Un réseau d’investisseurs spécifiquement dédié au secteur spatial privé, le Space Angels Network, a vu le jour en 2007 et soutient activement la recherche et le développement de l’industrie minière spatiale.

Les méthodes d’exploitation en sont encore au stade de l’expérimentation. Deep Space Industries (DSI) prévoit d’utiliser ses satellites Prospector-X et son vaisseau Prospector-1 pour déterminer quels sont les astéroïdes susceptibles d’être exploités comme le montre la vidéo d’entreprise ci-dessous. Planetary Resources prévoit quant à elle de repérer les corps célestes prometteurs grâce à un réseau de petits télescopes spatiaux ARKYD. Toutes deux prévoient soit d’exploiter les gisements in situ soit de rapprocher un astéroïde suffisamment près de l’orbite terrestre. À très long terme, DSI et Planetary Resources envisagent d’extraire le carburant et les matières premières nécessaires au ravitaillement de leurs flottes de vaisseaux miniers, à la construction de stations de raffinage et, pourquoi pas, à la création des premières colonies humaines dans l’espace. En parallèle à leurs activités minières, DSI et Planetary Resources effectuent des opérations de sous-traitance dans l’entretien des satellites de communication.

 

Enjeux et implications de l’exploitation minière des corps célestes: espace public ou espace privé ?

Plusieurs questions se posent quant aux implications et aux enjeux de l’exploitation minière des corps célestes. On peut se demander si la vaste quantité de matériel, de matières premières dont les combustibles fossiles, d’efforts et d’argent nécessaires pour mener une telle entreprise est bien utile à la société et ne pourrait pas être employées à meilleur escient, par exemple dans le secteur des énergies renouvelables ou du recyclage ?

Les risques peuvent également être importants. Entre autres choses, est-ce qu’approcher un astéroïde de l’orbite terrestre n’est pas dangereux pour les habitants de la surface ? N’y-a-t-il pas de risque de le voir chuter vers la Terre et causer des dégâts ? Il faudrait donc prévoir que ce type d’astéroïde soit suffisamment petit pour ne pas causer de dégâts et puisse se désintégrer lors de son entrée dans l’atmosphère. Mais pour imposer de telles mesures aux industriels, une institution de régulation internationale devrait être mise en place or ce n’est pas le cas actuellement.

L’aspect juridique d’une telle exploitation pose aussi question. L’Outer Space Treaty de 1967 et le Moon Agreement de 1979 interdisent strictement toute appropriation des corps célestes par un État ou une entreprise privée mais qu’en est-il des matières qu’ils contiennent ? Le Moon Agreement, comme on l’a vu, prévoit ce type de cas mais il n’a été ratifié que par 17 pays. De nouvelles législations spécifiques devraient voir le jour. Les USA ont adopté une mesure semblable en 2015 avec l’US Commercial Space Launch Competitiveness Act et le Luxembourg est en passe d’adopter une législation similaire par le biais de son initiative Space Resources. Ces lois, en permettant à des entreprises privées de posséder les matières extraites des corps célestes et de les commercialiser à leur profit, contreviennent totalement aux principes de bien commun et d’égalité de l’usage de l’espace pour l’ensemble des nations terrestres contenus dans les traités de 1967 et de 1979. Toutefois, les USA et le Luxembourg basent leur justification sur la similitude entre l’espace et les eaux internationales. Les eaux internationales ne peuvent faire l’objet d’aucune revendication de souveraineté mais la pêche y est permise et le produit de cette pêche appartient aux entrepreneurs. Il devrait donc en être de même pour les astéroïdes et les corps célestes. Il existe également un précédent juridique car, aussi bien les USA que l’URSS ont vendu des roches lunaires et du régolithe rapportés sur Terre alors que la Lune et les matières qu’elle contient sont censées être le bien commun de l’Humanité. Là aussi, un débat public devrait avoir lieu, sous l’égide d’une institution internationale comme l’ONU par exemple, pour statuer sur l’aspect juridique de l’exploitation minière des corps célestes.

Le déséquilibre géopolitique qu’engendrerait l’exploitation des ressources minières des corps célestes suscite également des craintes. Le problème de la loi américaine de 2015 et de la future loi luxembourgeoise réside dans le fait qu’elles sont unilatérales et incomplètes. Dans un article paru en janvier 2016, le journaliste Clive Thompson constate que le Commercial Space Launch Competitiveness Act de 2015 dit que les citoyens américains peuvent « posséder, acquérir, transporter, utiliser et vendre » les ressources d’un astéroïde à partir du moment où ils les ont extraites mais la loi ne prévoit l’établissement d’aucune administration chargée d’octroyer des permis d’exploitation et/ou des concessions minières. La loi américaine va encore plus loin en affirmant que le droit de propriété est acquis dès qu’un citoyen ou une entreprise américaine a détecté la présence de métaux ou de minéraux utiles dans un astéroïde. Thompson pose alors la question suivante: But what if China and Russia have different ideas – and different laws for their own citizens ? En effet, l’exploitation commerciale et minière des corps célestes pourrait facilement être la cause de tensions internationales sur Terre. Les enjeux économiques, surtout si les estimations sur la valeur des matières premières contenues dans les astéroïdes s’avèrent exactes, sont importants et sans commune mesure. La solution à ce problème inédit pourrait résider dans la création d’un organe de régulation et de réglementation international en charge de ces questions. Dans le cas contraire, selon Thompson et je partage son avis, it’ll be Star Wars for real with trillions in nickel and cobalt in the balance.

Une autre question qui se pose, c’est la manière dont l’Homme envisage l’espace et son rapport à la Nature. Le risque est grand de voir se dérouler dans l’espace un nouveau Gold Rush et de voir le système extractiviste s’étendre hors des limites terrestres. On peut comprendre que les sommes en jeu, l’attrait financier mais aussi l’absence de contestations sociales et environnementales (personne ne va bloquer les vaisseaux miniers dans l’espace) constituent un incitant pour les compagnies minières et les investisseurs privés. C’est également un moyen pour les tenants du business as usual de perpétuer nos modes de vie ainsi que la société industrielle contemporaine en lui fournissant les matières dont elle commence à manquer dangereusement sur Terre. Il s’agirait dans ce cas d’une fuite en avant pour éviter que le système actuel s’écroule. Mais l’attrait de l’espace peut également se comprendre sous l’angle de l’aventure. L’espace, comme les fonds marins et le sous-sol, constitue un des derniers lieux d’aventure pour l’être humain dès lors que celui-ci a conquis les terres, les mers et les airs. De plus, face à la crise environnementale et climatique sans précédent à laquelle le monde entier se voit confronté, l’expansion de l’Humanité vers l’espace peut apparaître comme une porte de sortie, une bouée de sauvetage ou l’occasion de faire entrer l’Homme dans une nouvelle ère pour certains.

Somme toute, la question de l’exploitation minière des corps célestes interroge l’Homme sur la manière dont il s’envisage dans le système solaire et dans l’espace, au présent et dans le futur. Doit-on demeurer confinés sur Terre, une planète aux ressources de plus en plus limitées, ou bien permettre à l’Humanité de se développer hors de la planète-mère dans un espace aux ressources apparemment illimitées ? Mais surtout, est-ce que ce développement doit se faire dans un cadre privé ou bien au nom de l’Humanité dans son entièreté. L’espace est-il le bien de tous ou le bien de quelques-uns ? Je conclurai en citant un extrait du premier épisode de la série animée Albator, le corsaire de l’espace diffusée entre 1978 et 1979 et qui résume bien le sentiment qui peut submerger certains, celui d’une Humanité au bord du gouffre et confrontée aux limites terrestres.

« Lorsque toutes les mers du globe eurent disparus, les Hommes pensèrent que la fin du monde était proche. Ils se désespérèrent, sans même songer aux richesses que l’espace infini pouvait encore leur offrir. Il leur aurait suffi de lever les yeux vers le ciel mais ils en avaient perdu l’habitude. Seule une poignée d’hommes, dont j’étais, eut le courage d’aller explorer la mer du dessus qui pouvait encore sauver l’humanité. Alors les autres ricanèrent en disant : « Ce sont des fous qui courent après un rêve irréalisable » et nous avons été considérés comme des hors-la-loi »

Albator, le corsaire de l’espace, introduction de l’épisode 1, 1978.

 

Sources juridiques

U.S. Commercial Space Launch Competitiveness Act, 25/11/2015 (https://www.congress.gov/bill/114th-congress/house-bill/2262/text)

The Outer Space Treaty, 1967 (http://www.unoosa.org/oosa/en/ourwork/spacelaw/treaties/introouterspacetreaty.html)

The Moon Agreement, 1979 (http://www.unoosa.org/oosa/en/ourwork/spacelaw/treaties/travaux-preparatoires/moon-agreement.html)

Sitographie

Space Resources, site officiel du Gouvernement du Grand-duché de Luxembourg: http://www.spaceresources.public.lu/en/index.html

Site de Deep Space Industries: https://deepspaceindustries.com/

Site de Planetary Resources: http://www.planetaryresources.com/#home-intro

Bibliographie indicative

JAHKU R., PELTON J. N. et NYAMPONG Y. O. M., Space mining and its regulation, Springer-Praxis, 2016.

LEWIS J. S., Asteroid mining 101. Wealth for the new space economy, Deep Space Industries Inc., 2014.

LEWIS J. S., Mining the sky. Untold riches from the asteroids, comets and planets, Basic Books, 1997.


Kevin Troch

Doctorant en histoire environnementale à l'Université de Lille (IRHiS) et à l'Université de Namur (PolleN).

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

  1. 15/03/2017

    […] l’espace ? Vers l’infini et au-delà ! Kevin Troch, Histoire de trous, 28 février 2017 > https://trous.hypotheses.org/230 Prévenir plutôt qu’éloigner : enquête en partenariat avec le Samu Social de Paris Romain […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *