Exploitation minière et sismicité induite? Un éclairage historique sur une controverse d’actualité: l’exemple de la Belgique et du Nord de la France, années 1880-années 1980 (3/3)

La Commission d’étude sur le grisou de la Société belge de géologie, de paléontologie et d’hydrologie, 1898-1906 ou comment des géologues ont empêché les recherches sur la séismicité induite en Belgique et en France au début du 20e siècle

Comme on l’a vu dans les deux premiers billets que je t’invite, chère lectrice, cher lecteur, à lire avant d’entamer la lecture de ce billet (ici pour le premier, pour le deuxième), la controverse règne entre d’un côté les géologues proches des milieux charbonniers comme Cornet et de Munck, et de l’autre, les scientifiques comme Lancaster, directeur de l’Observatoire royal de Belgique, éloignés du milieu extractif et qui n’hésitent pas à attribuer ces séismes aux affaissements et effondrements miniers. Dès la fondation des premières stations sismologiques, la question de la sismicité induite est bien présente.

Existe-t-il un lien entre l’extraction du charbon et les tremblements de terre survenant dans les bassins miniers ? La question se pose dès les années 1860 lorsque la production de charbon européenne explose. Des petites secousses secouent les régions minières, notamment en Allemagne. Le lien est très vite établi entre extraction du charbon et secousses sismiques. Les charbonnages causent ou augmentent le ressenti des tremblements de terre à la surface. Ils peuvent être donc tenus pour responsables des dégâts occasionnés. Il en va de même pour d’autres projets comme les barrages[1].

Déjà en 1884, Karl Fuchs, professeur de géologie et de minéralogie à l’Université d’Heidelberg, aborde le sujet dans la 4e édition en français de son étude sur les volcans et les tremblements de terre[2]. Pour lui, les tremblements de terre qui surviennent dans les bassins charbonniers sont dus à la fois à la poursuite de la décomposition du charbon (le charbon est composé de débris végétaux), décomposition transformant le charbon en fluides gazeux (pex. en méthane, composant principal du grisou) et créant des vides souterrains qui sont comblés soit par un affaissement lent et graduel, soit par un écroulement brusque et soudain. C’est ce dernier phénomène qui, selon Fuchs, libère suffisamment d’énergie pour causer un séisme pouvant être ressenti à la surface. Une autre cause peut également expliquer l’émergence de tremblements de terre dans les bassins charbonniers, à savoir l’extraction du charbon par l’Homme. Il cite plusieurs exemples de secousses sismiques qui ont été ressenties dans des bassins houillers. En 1869, des secousses font trembler Charleroi au point que la terre fut crevassée en beaucoup d’endroits et l’on put constater de nombreux affaissements du sol[3]. Toujours en 1869, un séisme frappe Kohlscheid dans le bassin houiller proche d’Aix-la-Chapelle. Enfin, en septembre et en octobre 1873, plusieurs tremblements de terre touchent Herzogenrath et Aix-la-Chapelle. Des séismes surviennent également dans le bassin de la Ruhr entre 1860-1870. Tous partagent le point commun de survenir en terrain houiller et dans des zones où le charbon commence à être exploité de manière intensive. Fuchs maintient son propos en 1895 dans la 6e édition de son ouvrage[4].

Au début du 20e siècle, le phénomène semble prendre de l’ampleur et susciter l’intérêt et/ou l’inquiétude des gouvernements allemand et polonais. En 1908, le premier laboratoire de surveillance de la sismicité induite est créé à Bochum dans le bassin charbonnier de la Ruhr[5] et dans les années 1920, le premier réseau de stations sismologiques dédié à l’étude des séismes induits est établi dans le bassin charbonnier de Haute Silésie en Pologne[6].

En Belgique et en France, la question suscite les passions. En effet, si ce fait est avéré, le coût pour les charbonnages pourrait être bien plus faramineux que celui des affaissements et autres dégâts miniers. Le lien entre sismicité induite et extraction du charbon pourrait causer la ruine du système minier. Les charbonnages et « leurs » géologues vont évacuer cette question avec célérité.

Dès le début de la mise en place du réseau de surveillance sismique, la question des séismes induits transparaît. Le projet initial d’Eugène Lagrange présenté en 1898 devant la Société belge de géologie, de paléontologie et d’hydrologie prévoit d’organiser cinq autres stations en plus de celle d’Uccle: au littoral, au puits de la mine de charbon de l’Agrappe à Frameries, dans le bois de Colfontaine, dans les carrières de porphyre de Quenast et à Liège (également dans la galerie d’une mine de charbon). L’objectif poursuivi par ce projet consiste à montrer le lien entre augmentation de l’activité sismique et coup de grisou. L’hypothèse de départ postule que l’activité sismique augmente dans les régions minières avant qu’un coup de grisou survienne[7].

La question intéresse fortement les charbonnages afin de sécuriser leurs chantiers d’exploitation et renforcer la sécurité des mineurs. Le projet avance bien, la Société est enthousiaste, des fonds sont trouvés pour acheter le matériel nécessaire, même Jules Cornet montre son intérêt en tant que membre de la Société. Un accord est trouvé avec le charbonnage de l’Agrappe pour installer un sismographe dans une de ses galeries.

Toutefois, il semble que la Société belge de géologie poursuit un autre but. Certains de ses membres, dont de Munck, espèrent que les stations sismologiques permettront de répondre à la question de la sismicité anthropogénique. Après le tremblement de terre de la vallée de la Scarpe en 1896, De Munck se demande si :

« les régions minées par l’industrie du charbon et d’équilibre affaibli, qui s’étendent à la fois dans le Pas-de-Calais, dans le département du Nord et en Belgique, n’avaient pas simplement subi le contre-coup de troubles souterrains graves, perçus aussi en différents points du globe, ou bien si ce n’est pas la suite naturelle d’un ensemble de phénomènes sismiques constatés à l’étranger peu avant la date de la secousse franco-belge du 4 septembre [1896][8]»

Pour éclaircir cette question, le secrétaire général de la société belge de géologie, Ernest Van den Broeck, propose d’établir des instruments enregistreurs de phénomènes sismiques et microsismiques à proximité des sites d’extraction[9]. En fait, le projet de la Société belge de géologie poursuit un double objectif : vérifier si les microséismes sont annonciateurs de dégagements de grisou et si l’exploitation du charbon est liée aux séismes ébranlant les bassins houillers. Durant les séances préliminaires à l’installation des stations sismologiques, Paul Habets, professeur d’exploitation des mines à l’Université libre de Bruxelles, se montre enthousiaste quant à la portée du projet :

« M. Habets insiste sur l’importance qu’il y aurait à ausculter le sol des régions charbonnières de notre pays. Il signale que, à côté des vibrations intéressant l’ensemble de la région, il y a des mouvements locaux, souvent plus importants, résultant des affaissements causés par l’exploitation même. Ces mouvements peuvent aussi avoir une influence sur les dégagements du grisou et il importe de distinguer les accroissements de dégagements dus à ces macrosismes de ceux qui seraient produits par les microsismes d’origine endogène[10]»

Ernest Van den Broeck résume les questions auxquelles le futur réseau de surveillance sismographique est destiné à répondre le 18 juillet 1898. Il y fait clairement mention des causes anthropogéniques : Quelles relations y-a-t-il entre les dégagements normaux et anormaux du grisou avec les phénomènes météorologiques de pression atmosphérique, de magnétisme, de manifestations sismiques, d’état électrique, d’affaissements produits par des causes naturelles ou accidentelles ?[11].

En 1903, la Société belge de géologie, de paléontologie et d’hydrologie installe des instruments de sismologie à Quenast et aux charbonnages de l’Agrappe dans la fosse Grand-Trait à 850 mètres de profondeur, afin de vérifier si les coups de grisou peuvent effectivement être des phénomènes précurseurs d’événements sismiques ultérieurs[12]. Ces stations sont cependant rapidement abandonnées vu les difficultés rencontrées pour les alimenter en électricité. Eugène Lagrange dit au sujet de ce projet en 1904 : la phase d’installation a réclamé beaucoup de temps, énormément de peines et a eu à surmonter maintes difficultés inattendues […] À Frameries, dans les profondeurs de la mine grisouteuse, ce furent les recherches relatives à la suppression du danger de l’éclairage électrique (par accumulateurs, à remplacer journellement) qui ont été le principal obstacle à la mise en train et au bon fonctionnement des appareils[13]. Dans leur article Van Camp et Camelbeeck, de l’ORB, ne poussent pas l’analyse plus loin. Pourtant, Lagrange présente des données issues de la station de Frameries devant la Société belge de géologie, de paléontologie et d’hydrologie durant sa séance du 21 mars 1906. La station est parfaitement opérationnelle. Ce sont plutôt, d’après les sources disponibles, le désintérêt des charbonnages et du gouvernement à soutenir le projet de la Société belge de géologie, et le manque de financement, qui sont la cause de son arrêt[14]. Sans doute par peur des résultats, le projet est abandonné en ce qui concerne le sismographe du charbonnage de l’Agrappe[15]. Il n’en est plus fait mention après 1907.

Station sismique installée au charbonnage de l’Agrappe à Frameries en 1903 (Source: VAN CAMP et CAMELBEECK, 2004, p. 170).

Entretemps, les géologues belges et français proches des charbonnages nient rapidement tous liens entre l’exploitation du charbon et la survenue de tremblements de terre dans des régions auparavant peu sismiques. Jules Cornet, concernant les séismes de la vallée de la Scarpe en 1896 et de Mons en 1911, Henri Douxami, Fernand Montessus de Ballore, entre autres, contestent toute responsabilité des charbonnages dans la survenue des tremblements de terre touchant les régions minières des deux pays[16]. Ils comparent ceux qui affirment le contraire à des affabulateurs et à des charlatans.

Ainsi, pour Jules Cornet et Henri Douxami, les secousses d’Havré de 1887 considérées comme dues au déhouillement par un grand nombre de savants sont attribuées par Cornet à la présence de nombreuses failles et dislocations dans les terrains crétacés qui surmontent le terrain houiller[17]. Le séisme de la vallée de la Scarpe de 1896 n’est nullement dû au déhouillement. Il est vital de l’affirmer sans cesse. Pour Douxami, l’étendue de la zone épicentrale du séisme sur une longueur de 27 kilomètres nous paraît s’accorder difficilement avec la cause généralement invoquée […] nous voulons dire le déhouillement produit par les progrès de l’exploitation amenant un tassement d’anciennes galeries déhouillées, insuffisamment remblayées. Pour Montessus de Ballore en 1906 :

« La bande houillère est assez riche en épicentres sur toute sa longueur, et a été parfois ébranlée par de sévères tremblements de terre […] Dans le bassin du Douaisis, ces séismes sont généralement attribués à des effondrements ou à des tassements dans les galeries anciennes abandonnées. Cette opinion est contredite par les études classiques de Jicinski[18]. Il a montré par de nombreuses observations que les mouvements du sol, résultant de l’exploitation des mines, sont des phénomènes d’une extrême lenteur, exigeant plusieurs années pour se parfaire complètement, ce qui exclut, d’après le mode même de leur formation, toute possibilité de secousses brusques, séismiques en un mot. Les chocs du Douaisis ont le plus souvent un caractère très local et ceux du 12 septembre 1888 et du 9 décembre 1892, à Sin-le-Noble, ont été, dit-on, accompagnés d’affaissements d’immeubles. Si donc l’on se reporte aux études précédemment rappelées, au lieu de voir dans ce dernier fait une confirmation de l’opinion courante, il faudra plutôt considérer l’affaissement comme une conséquence du séisme que comme son origine[19]»

Jules Cornet clôt le débat en Belgique et en France une première fois dans son étude sur le tremblement de terre de la vallée de la Scarpe en 1896 et une seconde fois en 1911 dans son article sur le séisme de Mons. Il y affirme que dans aucun cas, on ne peut faire intervenir les vides produits par l’exploitation de la houille comme causes de ces phénomènes [les séismes]. Le déhouillement donne lieu à des affaissements lents et graduels qui abaissent le niveau du sol et fissurent les constructions, mais jamais il ne produit de secousses brusques ni surtout d’ébranlements sensibles sur de grandes surfaces[20]. Cette citation sera reprise sempiternellement par les géologues belges, anciens disciples de Cornet généralement, comme argument d’autorité[21]. Le maître a dit cela c’est que c’est vrai.

Jules Cornet (Source: Académie royale de Belgique)

Enfin, dans un article paru en 1912, Henri Douxami, géologue lillois proche de Jules Gosselet, enterre définitivement la question. Après un relevé exhaustif des séismes survenus dans le nord de la France entre 330 et 1911, Douxami cherche les causes probables des tremblements de terre du nord de la France[22]. Il conteste vigoureusement l’opinion publique pour qui ces tremblements de terre auraient en quelque sorte une cause humaine et seraient le résultat des tassements brusques qui se produiraient dans les régions profondes déhouillées dans les mines par l’homme et insuffisamment remblayées. Douxami n’y croit pas. Les causes sont purement naturelles :

« Le déhouillement, et d’une façon générale les exploitations souterraines, ne donne lieu qu’à des affaissements lents et graduels qui abaissent le sol et peuvent fissurer les maisons, mais jamais il ne se produit de secousses brusques ni surtout d’ébranlements sensibles sur de grandes étendues […] Pour un certain nombre de savants, les mouvements qui ont si profondément dérangé et disloqué les couches de houille que nous exploitons aujourd’hui ne seraient pas encore terminés : les morts-terrains qui surmontent la houille dans le Hainaut, sont en effet plissés et le sillon occupé par la Sambre et la Meuse au pied de l’Ardenne est un sillon qui s’est accentué depuis que l’homme existe, ainsi que l’a montré M. Cornet. M. Jules Gosselet a révélé l’existence de grandes cassures ou failles qui ont affecté les terrains crétacés et tertiaires plus récents que la houille. Il n’est donc pas douteux que la bande houillère qui s’étendu du Boulonnais en France jusqu’à Dortmund en Allemagne ne soit une région instable où des mouvements très récents du sol ont été constatés par les géologues, mais pour nous, ce sont seulement les failles et les fractures qui affectent les terrains houillers et les morts terrains qui les surmontent ou simplement ces derniers qui peuvent être le siège, à l’époque actuelle, de mouvements donnant naissance à des tremblements de terre superficiels[23]»

L’explication de Douxami est bien commode. Il reconnaît cependant l’existence d’un seul et unique séisme induit dans le nord de la France. Ce dernier aurait eu lieu le 31 octobre 1873 dans une mine de sel à Varangeville-Saint-Nicolas en Lorraine. Un éboulement […] provoqua un ébranlement du sol qui fut ressenti à Nancy à 12 kilomètres de là. C’est, à notre connaissance, un des rares exemples, dans notre région, d’un tremblement de terre, d’ailleurs très localisé, paraissant bien dût à l’exploitation humaine[24]. Ne s’agissant pas d’un séisme causé par un charbonnage, il est sans doute plus aisé d’en faire mention.

Le problème de ces démonstrations, c’est qu’elles sont assez sommaires et affirment la non responsabilité des travaux miniers de manière catégorique et définitive[25]. Les bassins houillers du Nord-Pas-de-Calais et de Belgique, par un « miracle géologique non identifié » sont exempts de séismes induits. Toutes les secousses se produisant dans ces régions sont dues à des causes naturelles au grand soulagement des sociétés minières. Alors qu’ailleurs en Europe, les réseaux de surveillance de la sismicité induite dans les mines de charbon se développent, le projet de la Société belge de géologie, de paléontologie et d’hydrologie de mettre en place d’un réseau de surveillance similaire est abandonné faute d’intérêt de la part des charbonnages et du gouvernement.

L’explication la plus évidente à cette « dénégation » de la séismicité induite engendrée par les travaux miniers est la crainte partagée par les géologues, les gouvernements et les charbonnages eux-mêmes de voir l’activité minière cesser purement et simplement si le fait était prouvé scientifiquement. Dans son analyse du séisme de Ransart en 1911, Cambier se révèle lucide quant aux conséquences d’une telle découverte : cette hypothèse, si elle se vérifiait par un examen méthodique de la topographie souterraine, pourrait avoir des conséquences sérieuses pour l’avenir des charbonnages du nord-est de Charleroi et de la Basse-Sambre[26]. Les charbonnages gèrent de plus en plus difficilement les dégâts que leurs affaissements miniers créent à la surface. Ces derniers demeurent cependant localisés géographiquement. Dans le cas d’un tremblement de terre induit, la zone touchée est plus vaste que celle d’un affaissement et les plaignants plus nombreux. Le montant des indemnités serait sûrement colossal en cas de reconnaissance de leur responsabilité. De plus, la peur des séismes qui se répandrait au sein des populations des régions minières pourrait entraîner un vaste mouvement de contestation envers les charbonnages. Ces derniers devraient sans nul doute cesser toute activité et se mettre en liquidation, mettant au chômage plusieurs milliers de familles, créant un climat de tension sociale pouvant aboutir à la révolte et compromettant l’avenir économique de la Belgique et de la France. Le secteur charbonnier doit être protégé de cette menace qui pèse sur lui. Les explications « scientifiques » providentielles comme celles de Jules Cornet ou d’Henri Douxami y contribuent[27].

Toutefois, le doute demeure dans l’esprit de certains géologues. Montessus de Ballore réserve un passage à la fin de sa Géographie sismologique à ce qu’il nomme les tremblements de terre dans les travaux de mines ou pseudoséismes. Dans cette partie de son ouvrage, il émet des doutes quant à l’absence de lien entre extraction minière et microséismes. Pour lui, la production des séismes par le déhouillement ou par l’exploitation de mines quelconques, est très importante aussi bien au point de vue pratique qu’à celui de la séismologie pure. Les conclusions négatives de Jicinsky et de Cornet lui semblent trop catégoriques[28].

Montessus de Ballore développe alors un argumentaire qui va à l’encontre de ce qu’affirme de façon péremptoire Jules Cornet. Se basant sur les travaux de Jules Gosselet portant sur les assises tertiaires et crétaciques des fosses et sondages du nord de la France[29], Montessus de Ballore délimite ce qu’il entend par « pseudoséimes » que l’on nommerait de nos jours « séismes induits » :

« Les tremblements de terre dont il s’agit ici présentent des caractères très particuliers : leur aire d’extension est à peu près circulaire et ne dépasse guère 7 à 8 kilomètres ; l’intensité du choc, assez grande au centre, diminue avec une rapidité bien plus grande que pour les séismes ordinaires. N’ayant pas, du moins ainsi qu’on le pense, une origine purement naturelle, mais dépendant de causes artificielles, on peut les qualifier de « pseudoséismes »[30]»

Revenant sur le séisme de la vallée de la Scarpe de 1896, Montessus de Ballore remet en question les conclusions de Jules Cornet quant à l’irresponsabilité des travaux miniers comme origine du tremblement de terre :

« Gosselet a déterminé au moyen des résultats de plus de 300 forages ou sondages, la forme des surfaces des différentes couches du sous-sol profond des environs de Douai. Le savant géologue a déduit de ses recherches d’intéressantes conclusions relativement aux faibles secousses locales qui ébranlent de temps à autre le bassin houiller du Nord de la France, et il est d’autant plus nécessaire d’examiner si ses déductions sont, ou non, d’accord avec les faits d’observation, que Cornet ne s’y rallie pas plus en 1905 qu’il n’avait, à l’occasion du tremblement de terre du 2 septembre 1896, admis le rôle séismogénique généralement attribué au déhouillement dans le bassin franco-belge ; il fait, en effet, observer que les 100 kilomètres d’extension qu’a présentée ce séisme sont incompatibles avec cette explication. La raison est, dans ce cas, péremptoire[31]»

En effet, se basant sur la topographie souterraine créée par Gosselet Montessus de Ballore constate que les surfaces supérieures du terrain primaire et les cinq assises principales du Crétacé et du Tertiaire du bassin du Douasis sont en étroite dépendance les unes avec les autres et forme un « paléocreux » très sensible à l’action des travaux miniers :

« La topographie superficielle du Primaire présente, à l’ouest de Douai, un creux allongé presque dans la direction nord-sud, et limité de chaque côté par de fortes pentes, plus accentuées encore à l’est qu’à l’ouest […] Le paléocreux de Douai est limité à l’est par un large escarpement, et les couches crétacées présentent là une forte pente. Cette grande inclinaison fait comprendre, dit Gosselet, comment sous l’influence de l’affaissement de la surface primaire dû à l’exploitation [de la houille], il a pu y avoir des glissements dans les terrains morts. On se rend ainsi compte des tremblements de terre qui agitent la surface du sol et qu’on ne ressent pas dans les terrains profonds. Il n’y aurait même rien d’étonnant à ce qu’il se produisit des crevasses et des modifications de distance de quelques monuments superficiels. C’est sous une forme nouvelle, revenir à l’influence séismogénique du déhouillement[32]»

Face à ces nouvelles conclusions, Montessus de Ballore plaide pour que l’étude de la séismicité induite soit un projet de recherche prioritaire pour les gouvernements belges et français et pour les charbonnages, en opposition frontale avec les affirmations catégoriques de Jules Cornet et de Jicinsky :

« De tout cela résulte que les secousses dues, plus ou moins directement, aux travaux des mines, méritent d’être l’objet d’études spéciales, et l’emploi d’instruments enregistreurs paraît nécessaire pour déceler l’origine de ces mouvements au moyen des caractères propres de leurs séismogrammes. Alors seulement on pourra définitivement émettre un avis sur l’influence séismogénique de l’exploitation des mines, soit de houille, soit d’autres substances minérales. En fin de compte, l’opinion de Jicinski nous paraît trop absolue dans le sens de la négation, et, au moins dans certains cas particuliers de légères secousses locales, la relation de cause à effet semble s’imposer. Les stations séismographiques profondes établies à l’Agrappe en Belgique et à Przibram en Bohême sont destinées à élucider la question dans un sens ou dans l’autre, et il est à souhaiter que cet exemple soit suivi dans un plus grand nombre d’établissements miniers[33] »

Malheureusement, en Belgique et en France, c’est l’opinion catégorique défendue par Jules Cornet qui l’emporte. La station de l’Agrappe est abandonnée de même que les recherches sur la séismicité induite pour la simple raison que certains scientifiques ont réussi à (se) convaincre que dans les bassins houillers belges et français, ce phénomène n’existe tout simplement pas.

[1] Rothé J.-P., Séismes artificiels, in Tectonophysics, 9, 1970, p. 215-238 ; McGarr A. F., Simpson D. et Seeber L., Case Histories of Induced and Triggered Seismicity, in International Handbook of Earthquake and Engineering Seismology, 81A, 2002, p. 647-661.

[2] Fuchs K., Les volcans et les tremblements de terre, Paris, 1884 (4e éd.), p. 149-160.

[3] Fuchs K., Les volcans et les tremblements de terre, p. 154.

[4] Ibid., 1895.

[5] Mintrop L., Die Erdbebenstation der Westfälischen Berggewerkschaftskasse in Bochum, in Glückauf, 45, 1909, p. 357-365

[6] Gibowicz S. J. et Kijko A., éd., An Introduction to Mining Seismology, San Diego, Academic Press, « International Geophysics », 55, 1994, p. 2.

[7] Van den Broeck E., Séance spéciale supplémentaire du mardi 14 juin 1898 consacrée à l’exposé préliminaire de l’étude du grisou dans ses rapports avec les phénomènes de la météorologie endogène et au point de vue de sa prévision par l’observation des microsismes, in Bulletin de la Société belge de géologie, de paléontologie et d’hydrologie, 12, 1898, p. 7-12.

[8] De Munck E., Le tremblement de terre dans le Nord de la France, in Bulletin de la Société belge de géologie, de paléontologie et d’hydrologie, 10, 1896, p. 175.

[9] Id., Considérations au sujet du tremblement de terre du 2 septembre 1896, in Bulletin de la Société belge de géologie, de paléontologie et d’hydrologie, 10, 1896, p. 173.

[10] Procès-verbal de la séance spéciale du mardi 5 juillet 1898, in Bulletin de la Société belge de géologie, de paléontologie et d’hydrologie, 12, 1898, p. 38-39.

[11] Procès-verbal de la séance spéciale du lundi 18 juillet 1898, in Bulletin de la Société belge de géologie, de paléontologie et d’hydrologie, 12, 1898, p. 58.

[12] Somville O., Les tremblements de terre en Belgique, Gembloux, J. Duculot, 1936, p. 1-24 et Van Camp M. et Camelbeeck T., Histoire des stations sismiques belges. De la station « Solvay » au réseau national de surveillance sismique, in Ciel et Terre, 120, novembre-décembre 2004, p. 162-176.

[13] Van Camp M. et Camelbeeck T., Histoire des stations sismiques belges…, p. 170-171.

[14] Rapport relatif aux stations simiques de Quenast et de Frameries, in Bulletin de la Société belge de géologie, de paléontologie et d’hydrologie, 20, 1906, p. 43-56

[15] La Société belge de géologie est dès le début du projet confrontée aux réticences des charbonnages et de l’Administration des Mines à leur fournir des renseignements. Le secrétaire général de la société, Ernest Van den Broeck prévoyait dès 1899 d’envoyer des lettres-circulaires aux gérants des charbonnages belges et français pour leur demander leur collaboration dans l’étude des phénomènes sismiques liés aux travaux miniers (et pas uniquement ceux relatifs au dégagement de grisou). Des membres de la société, attachés au milieu charbonnier, signale au secrétaire général que les charbonnages risquent de se méfier face à une telle demande. La crainte que le projet de recherche de Van den Broeck prouve le lien entre sismicité induite et extraction minière transparaît en filigrane dans les réponses qui lui données : M. Habets craint que le procédé d’études proposé par M. Van den Broeck ne conduise, par la constatation de quelques coïncidences toutes fortuites, à des conclusions hâtives et dangereuses. Il croit ce mode opératoire peu efficace et craint d’ailleurs que les exploitants ne restent sourds à l’appel que voudrait nous voir faire M. Van den Broeck. M. Flamache opine dans le même sens et croit plus opportun de limiter les recherches à un cas particulier [les microséismes liés aux dégagements de grisou] avant de porter les investigations sur une aire étendue (Phénomènes grisouteux du Charbonnage de Marchienne à Marchienne-au-Pont (janvier et février 1899), procès-verbal de la séance du 26 avril 1899, in Bulletin de la Société belge de géologie, de paléontologie et d’hydrologie, 13, 1899, p. 110).

[16] Douxami H., Les tremblements de terre. Essai sur l’état actuel de la séismologie, Lille, Danel, 1911 ; Id., Les tremblements de terre ou séismes dans la région du Nord de la France, in Bulletin de la Société de géographie de Lille, 58, 2e semestre, 1912, p. 30-58 et Montessus de Ballore F., Les tremblements de terre, géographie séismologique, Paris, Armand Colin, 1906.

[17] Douxami H., Les tremblements de terre ou séismes…, p. 47

[18] Jicinsky, Bodensenkungen durch den Bergbau, in Die Erdbebenwarte, 2, 85, 1902.

[19] Montessus de Ballore F., Les tremblements de terre, géographie séismologique…, p. 71-72.

[20] Cornet J., À propos du récent tremblement de terre de la Belgique et du Nord de la France, in Bulletin de la Société belge de géologie, de paléontologie et d’hydrologie, 10, 1896, p. 131.

[21] Voir, entre autres, Charlier C., Secousses séismiques ressenties en Belgique (Hainaut) en mars 1944, in Ciel et Terre, 60, janvier-février 1945, p. 52-53 et 93 ; Fourmarier P. et Charlier C., Les séismes dans la province de Hainaut de 1900 à 1949… ;  Marlière R., Les tremblements de terre d’avril-mai 1949 dans la région de Mons, in Bulletin de la Société belge de géologie, de paléontologie et d’hydrologie, 60, 1951, p. 17-27; Renier A., Les tremblements de terre envisagés comme les manifestations les plus récentes des phénomènes de plissement du sol belge, in Société géologique de Belgique. Livre jubilaire, 2, Bruxelles, 1924, p. 149-155 ou encore Stevens C., Déformations tectoniques récentes observables en Belgique. La vallée de la Haine s’affaisse-t-elle encore de nos jours ?, in Publications de l’association des ingénieurs de l’école des mines de Mons, 1er fasc., 1933, p. 211-225.

[22] Douxami H., Les tremblements de terre ou séismes…, p. 55.

[23] Ibid., p. 57.

[24] Douxami H., Les tremblements de terre ou séismes…, p. 46.

[25] Descamps L., Relations entre l’activité sismique dans le Hainaut et l’activité minière, Université de Mons, Faculté polytechnique, 2009 (Mémoire de master 2 en ingénierie civil des mines-géologie inédit), p. 13-14.

[26] Cambier R., Les tremblements de terre de Ransart (mars, juin, juillet 1911), in Annales de la Société géologique de Belgique, 39, 1911-1912, p. B100.

[27] Sur le lien entre crainte de l’effondrement économique, social et politique et la falsification de données scientifiques, voir l’ouvrage fondamental de Oreskes N. et Conway E. M., Les marchands de doute, ou comment une poignée de scientifiques ont masqué la vérité sur des enjeux de société tels que le tabagisme et le réchauffement climatique, Paris, Le Pommier, 2014. Voir également les développements récents en histoire environnementale dans les ouvrages de Le Roux T., Le laboratoire des pollutions industrielles. Paris, 1770-1830, Paris, Albin Michel, 2011 et Fressoz J.-B., L’Apocalypse joyeuse. Une histoire du risque technologique, Paris, Le Seuil, « L’univers historique », 2012, p. 216-223 et pour le cadre belge de Maréchal J., La guerre aux cheminées. Pollutions, peurs et conflits autour de la grande industrie chimique (Belgique, 1810-1880), Namur, Presses universitaires de Namur, 2016, p. 271-365 et de Zimmer A., Brouillards toxiques. Vallée de la Meuse, 1930, contre-enquête, Bruxelles, Zones sensibles, 2016, p. 113-130.

[28] Montessus de Ballore F., Les tremblements de terre, géographie séismologique…, p. 461.

[29] Gosselet J., Les assises crétaciques et tertiaires dans les fosses et les sondages du Nord de la France, 1 : Région de Douai, Paris, Ministère des Travaux publics, « Études des gîtes minéraux de la France », 1904.

[30] Montessus de Ballore F., Les tremblements de terre, géographie séismologique…, p. 461.

[31] Montessus de Ballore F., Les tremblements de terre, géographie séismologique…, p. 461-462. Voir également Cornet J., L’allure de la surface des terrains primaires et celle des couches crétacées et tertiaires dans la région de Douai, d’après un récent travail de M. J. Gosselet, in Bulletin de la Société belge de géologie, de paléontologie et d’hydrologie, 19, 1905, p. 112).

[32] Montessus de Ballore F., Les tremblements de terre, géographie séismologique…, p. 462-463.

[33] Ibid., p. 464


Kevin Troch

Doctorant en histoire environnementale à l’Université de Lille (IRHiS) et à l’Université de Namur (PolleN).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *