Imaginaires du sous-sol. Episode 1 : « le Coeur de la Terre »

Les tréfonds de la Terre, les mondes souterrains, les abysses, bref le sous-sol, ses trésors, ses mystères et ses dangers agitent depuis longtemps l’imagination des femmes et des hommes. Séjour des enfers, lieu habité par les monstres et les défunts mais aussi source de pouvoir et de richesse pour celles et ceux qui osent en affronter les périls, le monde souterrain fait partie intégrante de notre imaginaire collectif.

Pourtant, c’est seulement depuis le 18e siècle qu’une large partie de notre imaginaire du sous-sol s’est forgée, en parallèle avec le développement de l’industrie minière puis avec la conquête du sous-sol par les réseaux de la modernité (égouts, canalisations, métros, tunnels et autres grands chantiers souterrains) à partir de la fin du 19e siècle.

C’est en effet depuis la fin du 19e siècle que le monde souterrain est considéré dans l’imaginaire comme un lieu de vie, un environnement manufacturé pour les Humains. Comme le montre Lewis Mumford en 1934 dans Techniques et Civilisation, ce qui frappe l’imagination, c’est la combinaison de l’enfermement et de la verticalité, de la profondeur. Le monde souterrain est à la fois une prison, un refuge, un habitat, une industrie, un milieu de vie artificiel où la chair et l’esprit risquent de se perdre dans les profondeurs abyssales et de sombrer dans la folie ou, au contraire, se dépasser et mettre à jour un passé oublié, une vérité éclatante.

Pour illustrer mon propos, je me baserai principalement sur les imaginaires des univers de science-fiction, de fantasy et de fantastique ainsi que sur les ouvrages de Terrin et de Williams sur les mondes souterrains, vous voilà prévenus.

Je t’invite donc, chère lectrice et cher lecteur, à me suivre dans un voyage au coeur de l’imaginaire du sous-sol. Suivez-moi !

Le coeur de la Terre, quelques croyances antérieures au 19e siècle

La composition de la Terre et les manifestations des phénomènes géologiques n’ont jamais cessé d’intriguer. Depuis l’Antiquité, et sans doute bien avant, de nombreuses théories se sont succédées. Ces représentations sont imaginaires car l’intérieur de la Terre est, encore à l’heure actuelle, inaccessible.

Pendant longtemps et jusqu’au 17e siècle, certains pensent que la Terre renferme un océan intérieur. Les eaux disparaissant sous terre puis surgissant sous forme de sources constituent le socle sur lequel se base cette croyance. Cette dernière se base d’une part sur les théories antiques sur la composition aqueuse de l’intérieur de la planète, notamment sur celle d’Aristote, ainsi que sur les récits bibliques du Déluge.

En parallèle à ces théories aqueuses se développent celles sur l’existence d’un feu intérieur dans le monde souterrain qui expliquerait les volcans et les dégagements de chaleur observés à la surface. Athanasius Kircher, père jésuite allemand, combine l’eau et le feu en comparant l’intérieur de la Terre au corps humain. Selon lui, la Terre est composée de boyaux qui transportent de l’eau et de veines dans lesquelles circulent le feu.

Coupe transversale de la Terre montrant le feu central, les foyers latéraux, dont certains aboutissent aux cratères des volcans (Athanase Kircher, « Mundus subterraneus », 1665).

Mais une des principales représentations de l’intérieur de la Terre qui est encore vivace de nos jours, c’est celle de la Terre creuse. Elle est popularisée en Europe au 18e siècle, notamment par l’écrivain danois Ludvig von Holberg qui décrit en 1741 dans les aventures de Niels Klim l’intérieur de la Terre comme une grande cavité dans laquelle des planètes peuplées d’individus étranges circuleraient et qui seraient illuminées par la lumière du soleil traversant les océans. Plus surprenant encore, des « célébrités » scientifiques ou littéraires de l’époque diffusent cette théorie comme l’astronome britannique Edmond Halley et le mathématicien suisse Léonard Euler.

C’est au 19e siècle que la théorie de la Terre creuse se diffuse dans la culture populaire. Le 10 avril 1818, l’ancien capitaine d’infanterie américain John Cleves Symmes adresse au Congrès américain et au monde entier le message suivant:

Au monde entier, je déclare que la Terre est creuse et habitable intérieurement. Elle contient plusieurs sphères solides, concentriques, placées l’une dans l’autre, et elle est ouverte au pôle de 12 à 16 degrés. Je m’engage à démontrer la réalité de ce que j’avance et je suis prêt à explorer l’intérieur de la Terre si le monde accepte de m’aider dans mon entreprise

Circulaire de Symmes, 1818

Symmes ne put jamais monter son expédition mais la théorie de la Terre creuse se répandit dans la littérature,notamment au travers du Manuscrit trouvé dans une bouteille d’Edgar Allan Poe et du Voyage au centre de la Terre de Jules Verne paru en 1864.

La Terre creuse, ses différentes voies d’accès et son soleil intérieur (Malx Fyfield d’après les théories de Raymond Bernard, « The Hollow Earth », 1969).

Voyage au centre de la Terre occupe une place « pivot » dans l’histoire des imaginaires des mondes souterrains. L’ouvrage de Verne marque en effet le passage entre un sous-sol lieu d’aventure et de dépassement de soi à un sous-sol construit, lieu de vie artificiel comme le montre un autre roman de Verne Les Indes noires publié en 1877.

Dans le Voyage, les explorateurs découvrent une Terre creuse peuplée de créatures préhistoriques, où la lumière est « répercutée par des petites facettes de la masse rocheuse », l’air y est « violemment appelé pour combler les vides produits par le condensation » et se transforme en ouragan intérieur, l’eau a porter leur radeau et enfin ils affrontent le feu. Au terme de ces épreuves, les explorateurs remontent à la surface transformés par leur voyage dans les entrailles de la Terre.

Illustration du « Voyage au centre de la Terre » de Jules Verne, 1864.

La théorie de la Terre creuse est encore répandue actuellement. Par exemple, dans Iron Sky 2: The Coming Race qui sortira sur grand écran en février 2018, les Humains se rendent compte que la Terre est creuse et est habitée par une race reptilienne dirigée par… Adolf Hitler chevauchant un T-Rex… Rien que ça.

 

Les autres phénomènes géologiques observables en surface suscitent également de nombreuses représentations. Failles, fissures, cheminées, cratères constituent le seul accès vers le monde souterrain. Ils sont souvent représentés comme des portes menant à l’au-delà. Dans l’Antiquité, ces accidents géologiques sont empruntées par les mortels défiant les lois divines en descendant aux enfers pour accomplir des actes héroïques tel Orphée.

 

Charles Mottram « The great day of his wrath », 1857.

Les séismes frappant régulièrement la surface et survenant brutalement, sans prévenir, dévastant des régions entières ont pendant longtemps été attribué aux puissances maléfiques. Les séismes seraient les conséquences des colères divines. Entre autres, quand Poséidon se disputait avec son épouse Athéna, il frappait le sol de son trident et déclenchait des séismes. Dans la Grèce antique qui était régulièrement touchée par les séismes, on croyait que Zeus avait enfermé les Titans et les Géants dans les profondeurs de la Terre et que ceux-ci s’agitaient parfois pour exprimer leur rage, secouant la Terre par leur colère. Pour les premiers chrétiens, il s’agissait du souffle de Dieu.

Georg Caspar Pfauntz, « Représentation et description du très horrible tremblement de terre par lequel Lisbonne fut détruite », 1755.

Enfin, pour terminer cette partie, intéressons nous aux grottes. Trous obscurs et mystérieux, points d’accès à des mondes inconnus, les grottes sont aussi des abris et des lieux de vie. Ce sont des endroits protégés où de nombreux dieux et héros sont nés. Zeus nouveau-né a été caché de son père Chronos dans l’antre de Dicté, situé sur le Mont Ida en Crète. Héphaïstos enfant apprend son métier de forgeron et d’orfèvre dans la grotte de Cédalion sur l’île de Lemnos. Hypnos, le dieu du sommeil, vit dans une grotte traversée par le Léthé, le fleuve de l’oubli. Dans le Nord aussi, les grottes sont des lieux mythiques. Siegfried est recueilli dans une caverne par le Nibelung Mime qui tenta de lui enseigner la peur. Les grottes sont également des endroits où sont créées des armes destructrices. Héphaïstos forge dans sa grotte la foudre de Zeus.

Dans les légendes populaires, les grottes et les cavernes sont habitées par des esprits, des gnomes et des dragons. Dans les religions antiques et chrétienne, ce sont des points d’accès au mystère divin et au royaume des morts.

Comme on le voit, la plupart de ces imaginaires représentent l’intérieur de la Terre comme une entité vivante parsemée de veines et de boyaux où coulent les eaux souterraines et le feu intérieur et/ou un endroit mystérieux où dieux et monstres cohabitent.

Tout change dans le courant du 19e siècle avec le développement de l’industrie minière et des sciences de la Terre.

La suite au prochain épisode…

BIBLIOGRAPHIE :

Terrin J.-J., Le monde souterrain. Mythes, richesses, exploration, Paris, Hazan, 2008.

Willams R., Notes on the Underground. An essay on technology, society, and the imagination, Cambridge MA, MIT Press, 2008.


Kevin Troch

Docteur en histoire environnementale de l'Université de Lille (IRHiS) et de l'Université de Namur (PolleN).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *