Une Nature « déshumanisée » ? Construire et diffuser la logique extractiviste en Belgique et en France durant l’Entre-deux-guerres

« Le paysage naturel n’apparaît qu’à travers les œuvres de l’homme : chevalements des fosses à charbon, cônes hirsutes des terris, alignements d’usines, hautes cheminées de brique exhalant leur fumée noire, chemins charbonneux, routes pavées, voies ferrées entrecroisant leur réseau serré, rivières barrées, canalisées et éclusées, voies d’eau contiguës aux voies de fer, interminables agglomérations de petites maisons, villages devenus bourgs monotones et tous pareils »

Albert Demangeon, 1927 [Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, in Vidal de la Blache P. et Gallois L., dir., Géographie universelle, Paris, Armand Colin, 2, 1927].

L’Homme, un agent géologique comme les autres ?

Un rapport d’expertise dans un procès opposant la préfecture du Pas-de-Calais, la SNCF aux Houillères du Bassin du Nord et du Pas-de-Calais en 1953 résume le problème engendré par l’exploitation minière :

« L’exploitation des mines est une destruction, et pour toujours, de l’écorce terrestre. L’enlèvement de la substance minérale sur des dizaines d’hectares réunis met en action la pesanteur du sol avec une puissance hors des possibilités humaines (à 400 mètres de profondeur plus de dix millions de tonnes à l’hectare) et la descente commence, comme on le sait depuis seulement moins de 15 années, avant même l’arrachement du minerai, du seul fait de la rupture d’équilibre par pénétration dans le gîte […] Nulle puissance humaine ne peut s’y opposer, elle peut seulement prétendre guider et ralentir l’action. On ne commande la nature qu’en obéissant à ses lois et en acceptant leurs conséquences [Archives départementales du Nord, 3035 W, 85]»

La nature des activités extractives durant l’Entre-deux-guerres rend visible la capacité d’intervention humaine sur la structure de la Terre. Certains scientifiques et penseurs envisagent l’être humain comme un agent géologique aussi puissant que des phénomènes naturels comme les éruptions volcaniques, les raz-de-marée et les tremblements de terre.

Les prémices de cette prise de conscience peuvent être retracés au 18e siècle. Déjà dans la dernière partie du 19e siècle, le sentiment de puissance sur la Nature prédomine dans les sociétés occidentalisées. L’avenir n’est plus fait de terres labourées, de bois verdoyants, d’air pur et d’eau fraîche mais bien de rouages, de vapeur, d’électricité et de pays noirs. La force et le sentiment de puissance octroyés par le charbon paraît rendre possible la conquête définitive de l’Homme sur la Nature et sur le sous-sol [WILLIAMS, 2008]. L’impérialisme minéral paraît rendre possible le futur radieux de l’Humanité en alimentant l’industrie et la science en combustibles fossiles.

En 1922, le géologue britannique Robert Lionel Sherlock publie un ouvrage au titre explicite : Man as a geological agent. An account of his action on inanimate nature [SHERLOCK, 1922]. Dans son étude, Sherlock s’interroge sur l’impact des activités humaines sur l’environnement. Il analyse les conséquences géologiques de certaines de ces activités, principalement la construction de barrages, la canalisation et l’aménagement des cours d’eau ainsi que la combustion du charbon sur l’atmosphère et le climat. Sherlock souhaite que son étude serve d’avertissement à l’Humanité. Elle entre dans une ère où elle est capable, par ses actions, de modifier l’écorce terrestre à l’instar des forces telluriques naturelles : Man has, indeed, learned to be cautious in altering the balance of nature in the world of plant and animal life. He may be approaching a stage when he should pause to consider whether his use and alteration of the crust of the Earth itself are for future as well as for present [IBID., p. 8].

Après un long exercice d’inventaire des impacts géologiques des activités humaines sur la Nature où les industries extractives occupent une large place, Sherlock aborde les impacts de l’extraction du charbon sur le paysage des bassins miniers. Il prend l’exemple de Wolverhampton dans le Black Country :

« If, for example, one takes a walk from Wolverhampton to Wednesfield one crosses a wild-looking and barren waste, divided by a few fences or dilapidated hedges, but broken up by railways, canals, and an occasional road. Grimy clumps of cottages occur at intervals, and one has distant views of tall chimneys, while over all is a smoky sky, which, however, gives rise to fine sunsets. Remains of the original surface are seen here and there between accumulations of colliery-waste and slag. The mounds are of every size and shape, though as a rule they are flat-topped, rising about 15 to 25 feet above the natural surface-level, and covering from one to many acres. In some parts the mounds are entirely composed of black shale broken into small fragments in others the material is largely slag from the furnaces, sometimes in craggy masses several yards across […]»

Pour Sherlock, le paysage des districts miniers peut être comparé à celui d’une région qui a été ensevelie sous des coulées de lave et de scories. La modification du paysage par les activités extractives serait comparable à celle qu’induisent les activités volcaniques naturelles :

« Perhaps the closest natural resemblance to this black desert will be found in districts that have suffered from an outpouring of lava and scoriae before there has been time for the rocks to decay and be covered by vegetation. The scenery suggests a volcanic region in other ways. The slag is not unlike the scoriae of lava; also the slope of the mounds resembles that of a volcanic cone built out of ashes. On these mounds rain-gullies form. At an early date rivers dig out a drainage system which is, in miniature, precisely similar to a natural system»

Pour le géologue britannique, l’environnement « artificiel » créé par les charbonnages n’est qu’un « simulacre » de la Nature, une caricature grotesque. Il conclut son ouvrage en montrant que l’Humanité entre dans une nouvelle ère où elle dispose des capacités suffisantes pour modifier l’écorce terrestre à l’instar des phénomènes naturels. Il s’agit en l’occurrence d’un raccourcissement des horizons temporels. En d’autres termes, ce qui prenait des millénaires, des dizaines de milliers d’années voire des millions d’années peut désormais être accompli en quelques siècles, voire en quelques années par l’être humain et sera inscrit dans les strates géologiques. Toutefois, selon Sherlock, ces « accomplissements » sont voués à disparaître sous l’effet des temps géologiques longs. Ils ne laisseront qu’une infime trace dans l’histoire de la planète : Truly it would seem as if “Man strews the Earth with ruin”. But this conclusion is too flattering to human vanity. Man’s most permanent memorial is a rubbish-heap, and even that is doomed to be obliterated.

L’extraction minière cause de grandes perturbations géologiques. Elle bouleverse également la géomorphologie. Les géographes Arthur Doerr et Lee Guernsey publie en 1956 un article sur le statut de l’Homme en tant qu’agent géomorphologique en prenant pour exemple les mines de charbon [DOERR et GUERNSEY, 1956]. Les mines souterraines jouent une rôle important dans les modifications géomorphologiques. L’impact le plus visible est l’établissement de terrils :

« Landform features resulting from underground mining are conspicuous landscape features in areas of heavy production. Soon after mining has begun small mounds or hillocks, composed of waste rock or slack, are form. These hillocks may be conical or oriented along a longitudinal axis. These mounds of waste materials vary considerably in height depending upon the size of the mine, quality of the coal, and the lateral extent of the land used for the refuse pile. Piles of refuse arranged along longitudinal axes are commonly about twenty feet hight, and occasionally may be as high as forty feet. On the other hand, if all the waste material is piled in the same place the resultant conical shaped hill (in general appearance much like a small parasitic volcanic cone, and certainly as noticeable as a kame) may reach heights of 75-100 feet »

Constantin Meunier, Un terril au Borinage, fin 19e s. (Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique).

Ces terrils peuvent brûler et dégager des vapeurs toxiques qui empoisonnent et détruisent la végétation environnante. Parfois, les mines de charbon souterraines peuvent commencer à s’enflammer. Les puits doivent alors être scellés. Les affaissements de terrains et les éboulements souterrains causés par les travaux miniers engendrent parfois des secousses sismiques : « Squeezes » resulting from the collapse of a mine roof may cause earthquake-like tremors. Such minor tremors are frequently felt in areas of underground mining and occasionally a sharp jolt is felt. Les affaissements modifient profondément l’aspect de la surface. Au fur et à mesure que la surface s’affaisse, des fissures apparaissent dans les terrains, des petites collines peuvent disparaître, des marais se forment et l’écoulement des eaux est perturbé. L’extraction du charbon par l’Homme a par conséquent le même effet qu’un affaissement du terrain naturel : this man-induced faulting may result in many of the features associated with normal diastrophic faulting.

Dans le bassin du Nord-Pas-de-Calais, un expert estime que si l’extraction se poursuit jusqu’à l’épuisement des gisements, la région sera bouleversée :

« Dans le Nord et le Pas-de-Calais, l’exploitation poursuivie depuis un siècle, mais surtout importante depuis 1900, a extrait du sol plus de 4 milliards de tonne de roches et minerais. Elle a entraîné des mouvements du sol qui en certains points est descendu jusque 10 et même 15 mètres. Et si l’on considère qu’en certaines zones du bassin l’épaisseur de houille dépasse 50 mètres et atteint jusque 90 mètres sur une épaisseur de terrain houiller de 2 kilomètres, c’est sur un affaissement de l’ordre de 30 à 50 mètres qu’il faut compter pour les temps à venir.

Une zone affectée de 80 kilomètres de longueur sur environ 10 kilomètres de largeur, voilà l’énormité du phénomène.

Or, du fait de la découverte des mines dans cette zone, la vie campagnarde à très faible densité d’habitants et à faible réseau de communications de 1852 a fait place à une vie industrielle des plus intenses, intéressant près de 2 millions de Français, entraînant la création de nombreuses villes. Ceci a provoqué l’établissement de multiples moyens de communication et de desserte établis essentiellement pour le service des industries houillères [ADN, 3035 W, 85]»

Léon Morin, directeur de la Société houillère de Liévin se demande si l’expansion du système charbonnier ne causera pas un bouleversement profond de l’environnement du Pas-de-Calais : Verrons-nous ainsi d’immenses entonnoirs se creuser dans nos concessions et s’étendre indéfiniment par apport continu dans des forages multiples ? Verrons-nous plus tard les collines de l’Artois, célébrées par cette guerre, se fondre sous l’effet d’excavateurs puissants ? [MORIN, 1922].

Toutefois, ce rôle de l’Homme en tant qu’agent géologique comporte des contreparties. Ainsi, certains s’inquiètent qu’avec le développement du progrès matériel et du confort individuel, des portions de plus en plus grandes de la Terre doivent être sacrifiées pour en extraire les combustibles fossiles, les minéraux, les métaux et les gemmes dont la société a besoin. Le sentiment de toute puissance induit par les industries minières, leurs engins, leurs terrils, leur quantité de charbon extraite laisse penser que l’avenir de la société passe par son sous-sol. Tous ne sont pas prêts à accepter que l’avenir de la société suppose la destruction de la surface. La mine incarnerait-elle l’avenir de la société par sa destruction ?

L’environnement des bassins houillers, une Nature déshumanisée ?

La plupart des commentateurs et des observateurs de l’époque s’accordent pour décrire les régions minières comme des enfers sociaux, culturels et environnementaux. Le géographe Guy Baudelle évoque un environnement « déshumanisé ». En effet, l’exploitation du charbon, « activité primaire quasi-prédatrice », subordonne à terme entièrement le paysage à la finalité extractive [BAUDELLE, 2007]. Il s’agit d’un environnement obéissant au seul impératif de production. Il n’a qu’une fonction matérielle et utilitaire, celle de permettre l’extraction et le transport du charbon. Pour Baudelle, « le paysage de la mine en perd sa part d’humanité ».

Le pays noir des années 1920-1930 est bien un paysage particulier. La poussière de charbon recouvre tout, les terrils constituent des masses sombres et imposantes d’où s’échappent des lueurs rougeoyantes et des fumerolles chargées de soufre. Les cités minières, en plus d’être généralement uniformes et sombres à cause de la poussière, sont souvent touchées par les affaissements miniers. Les maisons des mineurs sont lézardées, biscornues, penchées vers l’arrière, vers l’avant ou sur le côté. La pauvreté de la majorité des habitants des bassins renforce encore davantage le sentiment pour un observateur extérieur d’être dans un paysage « lunaire », extérieur, où l’Homme est un étranger et où la Nature n’a pas (plus) sa place.

Ainsi pour Max Sorre en 1927, le pays noir constitue l’environnement témoin par excellence de la puissance prométhéenne de l’Homme et de la domination de ce dernier sur la Nature, menant à l’anéantissement de cette dernière :

« Une grisaille éternelle enveloppe tout. Une fine poussière de charbon ensevelit lentement les êtres et les choses. Sur les canaux, l’étrave des chalands lourdement chargés de houille déchire une pellicule plombée. Les hommes aussi de ce pays morne, qui se hâtent dans la poussière ou la boue charbonneuses et grasses ont leur allure distincte… Vers le soir, la brume s’empourpre de lueurs d’incendie. Et dans la nuit, de hautes flammes tremblantes signalent au loin les cokeries comme dans le jour terris et chevalements signalent les fosses [SORRE, 1927]»

Au début des années 1920, l’ingénieur en constructions civiles Hautier parcourt le Borinage. Il y fait des observations systématiques sur les détériorations dues aux affaissements miniers afin de proposer des solutions techniques pour éviter les dégâts miniers. Il constate que :

« Peu de choses ont été faites jusqu’ici pour parer à cet inconvénient [les dégâts miniers] d’autant plus grave qu’il se produit dans des endroits où l’extraction de combustible a attiré de nombreuses industries et une population très dense. Nombreux sont les bâtiments qui, élevés suivant les règles ordinaires de la construction sur le sol mouvant des régions charbonnières, se fissurent, se sectionnent en tronçons et sont même, dans certaines circonstances, voués à une ruine rapide [HAUTIER, 1923]»

Bien que ces descriptions se veulent « provocatrices » et « dépaysantes », elles dépeignent clairement les conséquences des activités extractives sur leur environnement. Dans le Valenciennois et le Couchant de Mons, les charbonnages modèlent leur environnement en fonction de leurs besoins sans se soucier des conséquences et de leur héritage après l’arrêt de l’exploitation. L’espace autour de la mine doit être entièrement dédié à celle-ci. Les terres nécessaires pour agrandir ou établir un terril sont « réquisitionnées » (expropriées) à l’envi. Les demandes pour créer un chemin de fer industriel ou un transport aérien sont déposées sans crainte de se voir opposer un refus de la part des administrations malgré les oppositions des propriétaires expropriés. Les cours d’eau sont aménagés, les charbonnages installent des systèmes de pompage des eaux privés et rejettent leurs eaux dans les cours d’eau publics. Certains cours d’eau sont aménagés et/ou leur tracé modifié afin de répondre aux exigences de charbonnages comme la Machine à Jemappes ou le Richon à Quaregnon. Ils empiètent également sur les bois et les forêts comme celles de Raismes et de Colfontaine, derniers « poumons verts » des bassins houillers pour certains.

Les régions rurales pâtissent surtout des impacts environnementaux des charbonnages notamment à la suite des inondations. Les terrains agricoles changent progressivement d’aspect et d’utilisation au fur et à mesure qu’ils sont touchés par les affaissements et les remontées d’eau.  Les champs d’abord propres à la culture du blé, de la betterave, des céréales, doivent être transformés en pâturages, puis le niveau de l’eau vient à effleurer le terrain et il n’est plus possible d’y mettre le bétail, même dans les années sèches. Le sol devient inutilisable autour des fermes ; celles-ci baissent considérablement de valeur [DELCOURT, 1931].

Les exploitations minières forcent également les habitants de la surface à s’adapter à leur présence. C’est notamment le cas dans la construction des bâtiments et dans l’agencement urbain. Pour soustraire les bâtiments aux effets des affaissements miniers, les architectes imaginent divers procédés. Dans le nord de la France, le système de l’ancrage est fréquemment utilisé. Il consiste à l’insertion dans la maçonnerie de barres de fer munies aux extrémités de plaques de fonte s’appuyant sur les faces extérieures des murs et d’écrous que l’on serre après l’achèvement de l’édifice. Les barres de fer ont pour but de relier les murs entre eux et de rattacher les bâtiments annexes au bâtiment principal. En règle générale, il est très recommandé, dans les régions minières de ne pas accoler les maisons l’une à l’autre.

D’autres moyens existent pour limiter l’impact des affaissements miniers aux constructions : immeubles bâtis sur des plateaux en ciment armé ou sur des radiers évidés, par un réseau de poutres en ciment armé répartissant uniformément la charge de l’immeuble sur tout le terrain. Enfin, pour des édifices de plus grande ampleur, la compartimentation en blocs aisément amovibles est préconisée comme pour la gare de Lens en 1927 :

« On s’efforce d’établir actuellement des éléments de constructions peu élevés et distincts, des sortes de compartiments capables de se mouvoir indépendamment les uns des autres, et qui peuvent être remis en place par un système de vérins. Ce procédé a trouvé son expression la plus parfaite dans la construction de la gare de Lens achevée en 1927 [DELCOURT, 1931]»

La gare de Lens. Ses fondations ont été adaptées pour résister aux affaissements miniers.

Pourtant tout n’est pas noir dans l’environnement des pays miniers. Bien qu’en Belgique et en France, les tentatives visant à faire classer certains terrils comme zones vertes et d’intérêt écologique au vu de leur grande biodiversité soient généralement associées aux années 1960-1970, des expériences allant dans ce sens sont tentées avant 1940. Par exemple, en 1938, un entrepreneur de Wasmes demande l’autorisation aux Charbonnages Belges de boiser le terril n° 8 de la compagnie. Il souhaite transformer le terril en un refuge d’oiseaux. La société minière lui accorde la permission avec plaisir. L’entrepreneur et ses ouvriers plantent des centaines de sapins de différentes espèces ainsi que des bouleaux et [transportent] les terres arables nécessaires. Ces arbres m’avaient été expédiés des plantations de l’État à Groonendael. Toutefois, des mauvais et vicieux garnements, comme il en existe d’ailleurs dans tous les pays du monde, s’amusaient à arracher de préférence les petits sapins. Certains arbres croissent et échappent aux affres de la guerre. En 1946, le terril est « réapproprié » par les habitants des alentours et les pensionnés […] vont se mettre à l’ombre des arbres qui ont échappés au massacre [SAICOM, Archives John Cockerill. Division des Charbonnages Belges et d’Hornu et Wasmes, 145]. À Flénu, la commune envisage de transformer le terril « de l’Anglais » appartenant à la S.A. des Charbonnages du Levant du Flénu et des Produits en 1935 en un lieu de loisirs et de détente. La commune constate que le terril n’est plus nécessaire à la société puisque les puits voisins sont remblayés […] il y aurait moyen de niveler ce terrain, d’y faire des plantations, une plaine de jeux de tous genres, un endroit, proche de la grand’place, agréable et pittoresque, qui retiendrait les habitants dans leur village et constituerait une source de rapport pour la commune [SAICOM, Archives de la S.A. des Charbonnages du Levant et des Produits du Flénu, 75].

           

Logique extractiviste et zones de sacrifice

Parler de logique extractiviste et de zones de sacrifice pour l’Entre-deux-guerres est évidemment un anachronisme, car ces termes sont récents, mais il s’agit d’un anachronisme justifié et assumé. En effet, des éléments constituants ce que l’on nomme actuellement « logique extractiviste » et « zone de sacrifice » se retrouvent dans les situations analysées ici [BEDNIK, 2016]. Entre 1919 et 1940, alors que les sociétés belge et française sont dans l’ère du « charbon roi », les activités des charbonnages sont de plus en plus contestées par une frange de la population des bassins houillers.

En 1930, le député socialiste Louis Piérard décrit, faisant suite à l’interpellation de son collègue Achille Delattre à propos des dégâts miniers dans les communes de Quaregnon et de Wasmes, la logique extractivisite à l’œuvre en Belgique durant l’Entre-deux-guerres. L’extraction du charbon est une nécessité « vitale » pour le pays. Les habitants des bassins miniers sont « condamnés » à subir les conséquences environnementales de cette exploitation. Environnement et êtres humains sont « sacrifiés » pour le bénéfice des compagnies minières et de la Nation :

« Le sort de ces populations, on peut le dire, n’est pas enviable. Certes, nous nous rendons compte que la propriété minière est une propriété d’intérêt social, d’intérêt public ; il est de l’intérêt du pays que nous ayons une industrie charbonnière prospère, et nous aurions mauvaise grâce, sous prétexte de protéger certaines propriétés, à nous désintéresser de l’exploitation de nos charbonnages, qui est de la plus haute importance pour notre classe ouvrière et pour le pays en général.

Mais les populations qui habitent ces régions paient une dure rançon pour cette prospérité. Dans son interpellation, mon ami Delattre a surtout fait allusion au dénivellement, aux crevasses, aux affaissements de terrains, aux lézardes qui se produisent dans les terrains et dans les maisons. Nous pourrions indiquer d’autres inconvénients. Les habitants de ces régions minières, et notamment du Borinage, peuvent être lésés encore d’autre façon. Je ne veux en citer que deux, et tout d’abord l’établissement des terrils.

Je passais, il y a quelques jours, dans une partie du Borinage que j’ai connue au temps de mon enfance, tout à fait riant alors, tout à fait salubre, avec de grands espaces de verdure où l’on pouvait se promener d’une façon agréable en respirant un air pur. Actuellement, dans cette partie de ma région natale, la Société d’Angleur, qui a repris les Charbonnages Belges, a établi d’énormes terrils entre Frameries et La Bouverie, près du Calvaire, ou bien du côté du temple de Frameries. Les poussières de ces terrils sont en suspens dans l’atmosphère pour peu que le vent souffle […] Il y a encore les terrils en ignition dont les gaz pestilentiels sont dangereux pour la santé [CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS, 10 juin 1930]»

Le point principal autour duquel se focalise les oppositions et les contestations est celui relatif à ce que je nomme des « zones de sacrifice ». Doit-on accepter qu’au nom du progrès, de la prospérité et de l’intérêt général, l’endroit où l’on habite soit transformé radicalement et de manière perçue comme « négative » ? L’extraction du charbon est perçue comme déclinante aussi bien dans le Nord de la France que dans le Couchant de Mons, pourquoi tolérer encore les agissements des charbonnages et les dégradations qu’ils commettent ? Comment s’assurer qu’une fois les puits fermés et les charbonnages en liquidation, les compensations seront octroyées ?

Le sentiment général qui ressort de l’analyse des témoignages, des plaintes adressées aux charbonnages, aux commissions arbitrales (des sortes de tribunaux privés établis par les charbonnages) et aux administrations des mines est celui d’un abandon à la merci des charbonnages et d’être « sacrifié » au nom du progrès et de la prospérité de quelques-uns. L’intérêt général et le bien commun sont des notions abstraites pour ceux dont la propriété est dégradée voire détruite par les charbonnages, des sociétés privées faisant des profits au nom de l’intérêt général. La concession minière et le charbonnage ont un droit au pillage et au saccage. Certes il faut tenir grandement compte […] des nécessités de l’industrie, en premier lieu de l’industrie charbonnière, indispensable à toutes les autres. Il faut se garde de toute entrave à son essor. Mais les abus ne peuvent être excusés et il n’est pas admissible que les travaux des mines plus que d’autres se poursuivent au mépris complet du droit de propriété [IBID.].

Ainsi, dans le conflit qui oppose en 1935 les 350 propriétaires de l’Avenue de France à Mons et la S.A. des Charbonnages des Produits et du Levant du Flénu, les premiers considèrent la seconde comme une puissance industrielle protégée par une puissance financière. 350 propriétaires ne peuvent rien contre un charbonnage soutenu par une puissante banque et par l’Administration des Mines [Archives générales du royaume, Administration des Mines. 3e série, 489].

Autre exemple, lors de la demande d’établissement du terril du siège n° 3 à Frameries en 1922, la S.A. des Charbonnages Belges est confrontée à l’opposition de 18 riverains. Ces derniers demandent une indemnisation préalable pour l’utilisation de leurs propriétés afin de créer le terril. La compagnie minière refuse ce principe. Le directeur-gérant n’est pas d’avis d’offrir des indemnités à 18 opposants. S’il n’y en avait qu’un ou 2 peut-être et encore il y a réfléchi et trouve que si nous marchons dans cette voie, nous créons un précédent et qu’à toutes les enquêtes de comodo et incomodo, nous aurons des oppositions nombreuses pour tâcher d’obtenir de l’argent [S.A. des Charbonnages du Borinage en liquidation, dossier du terril n° 3 à Frameries]. La compagnie espère obtenir un décret d’utilité publique de la part de la Députation permanente du Conseil provincial du Hainaut. En cas de réponse négative à cette demande, il serait encore temps de chercher, moyennant finances, à écarter les oppositions. Face à ce refus, la commune refuse d’autoriser l’établissement du terril pour des raisons de santé publique :

« le conseil communal […] s’oppose énergiquement à l’établissement d’un terril au chemin de La Bouverie en raison des inconvénients sérieux que ce dépôt de terres constituerait pour la santé publique. C’est après examen minutieux que l’administration communale a pris cette décision et en s’inspirant surtout de la question qu’il considère comme primordiale : l’hygiène de la population. Vous comprendrez que cette considération passe avant l’intérêt de l’industrie et vous en tomberez certainement d’accord avec nous [IBID., 1920]»

Une note prise par un représentant de la société minière présent au conseil communal de Frameries est bien plus explicite quant à l’exaspération des riverains. Ces derniers ne supportent plus la présence « physique » et « visible » des activités du charbonnage :

« Le collège de Frameries a écrit au bourgmestre pour lui demander s’il était saisi d’une demande d’autorisation de terril de la part de la Compagnie des Charbonnages Belges. Celui-ci a répondu que non seulement il n’en était pas saisi mais qu’il s’y opposerait formellement.

L’affaire rappelée au collège. On a dit que l’Agrappe ne se contentait pas de casser les maisons de Frameries, de laisser à charge du Bureau de Bienfaisance un tas d’ouvriers atteint d’invalidité prématurée. Que lorsqu’on lui demandait d’augmenter les impôts, ils protestaient alors qu’il gagnait de l’or en barre. On voulait encore empester la commune par un nouveau terril qui cacherait tout le panorama qui s’étend maintenant jusqu’à Baudour. On a classé l’affaire [IBID.]»

La compagnie n’abandonne pas son projet et se propose de l’installer dans la commune de La Bouverie, voisine de celle de Frameries.

En 1930, devant la Chambre des Représentants, le député socialiste Achille Delattre mentionne les difficultés croissantes des localités minières face aux dégâts houillers. Les charbonnages s’y comportent comme les « maîtres de la contrée », comme les « seigneurs de la terre ». Ainsi :

« Dans un quartier de la commune de Wasmes, beaucoup de maisons sont lézardées. Une rue s’est partiellement effondrée et le passage y a été interdit pendant quelque temps ; un trou s’y est creusé, une maison menace de s’écrouler. Le charbonnage prétend n’être pas responsable de ces dégâts, parce que, d’après ses plans, il n’y a pas de puits de mine à cet endroit. Il soutient pour l’ensemble qu’en dessous de cette partie de Wasmes, il existe une nappe aquifère qui s’épuise et provoque des glissements de terrain vers le bas de la colline. Pour ces diverses raisons, le charbonnage refuse d’effectuer les réparations nécessaires, ou il ne les fait qu’à moitié, ou il promet simplement de les effectuer. […] Dans ce quartier de Wasmes, il y avait un ancien puits qui disparut un beau matin : la maçonnerie n’existait plus et l’on était en face d’un trou béant. Le charbonnage soutint encore alors qu’il n’est pas responsable, qu’il n’y avait pas de puits à cet endroit. Il invoque l’existence de la nappe aquifère qui provoque des glissements de terrain de la colline vers la vallée ! L’existence d’une nappe aquifère ne démontre pas que le charbonnage n’est pas en faute [CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS, 10 juin 1930]»

Pour les charbonnages, cette dégradation de la surface est la contre-partie inévitable mais nécessaire de l’extraction : il est certain que l’exploitation provoquera des troubles aux habitations […] cette nuisance aux intérêts particuliers est la contre-partie inévitable et partout tolérée de l’exploitation d’une richesse nationale [AGR, Administration des Mines. 3e série, 489, note de juin 1934].

En 1927, la S.A. des Aciéries d’Angleur-Charbonnages Belges souhaite déplacer le sentier du Temple longeant son terril du siège n° 8 Bonne Espérance à Wasmes afin d’agrandir le dépôt de matières stériles. Les riverains manifestent leur opposition à ce projet durant l’enquête de comodo et incomodo tenue à l’hôtel de ville. Ils estiment que l’extension d’un terril d’une telle importance ne sera pas sans inconvénient ni préjudice pour [eux], [leurs] demeures seront envahies par la poussière, la fumée ; l’intérieur en sera souillé ainsi que l’extérieur. Pour d’autres habitants, le déversement du terril en face de nos demeures nous serait néfaste. Nous recevrons toutes les poussières du terril et les gaz développés par le feu rendrait nos demeures inhabitables surtout par les temps de pluie ; les eaux pluviales dévalant du plateau du terril nous nuiraient également beaucoup. Nos maisons n’auraient plus de valeur. La seule solution envisageable pour ces riverains, c’est de forcer la Société d’Angleur-Charbonnages Belges à acheter leurs propriétés. Elle en pourra disposer comme elle l’entendra et étendre son terril sur plus d’espace. Ils supplient la commune de Wasmes de faire son possible pour garantir nos santés et nos intérêts contre les puissants qui veulent pour ainsi dire nous déposséder [SAICOM, Archives John Cockerill. Division des Charbonnages Belges et d’Hornu et Wasmes, 148].

Ils sont soutenus par l’administration communale qui a été convaincue par leurs arguments. Celle-ci adresse un courrier notifiant son refus à la compagnie minière. La commune n’est pas dupe et sait que le charbonnage va entamer une demande de déclaration d’utilité publique auprès de l’administration provinciale afin de faire approuver l’agrandissement du terril et la suppression du sentier public (ce qui est chose faite en avril 1928). Elle répercute dans cette lettre le sentiment d’impuissance que ressentent les habitants du bassin du Couchant de Mons face à des charbonnages ne tenant aucun compte de leurs avis : les opposants invoquent des raisons qui nous ont convaincus. Elles sont en effet flagrantes. Et quand on songe à toutes les difficultés, à l’impossibilité même pour un particulier d’obtenir quoi que ce soit d’une société charbonnière, nous tenons à savoir, préalablement, quels engagements vous allez prendre vis-à-vis des réclamants. La volonté des charbonnages supplante celles des propriétaires de la surface. Leur souhait de protéger leur cadre de vie ne pèse rien par rapport aux enjeux industriels et économiques de l’extraction du charbon. Le projet immobilier d’un des propriétaires est compromis à cause de l’extension du terril : la présence d’un terril d’une parcelle importante doit nécessairement être très insalubre et déprécierait considérablement mon terrain qui est à bâtir, à vendre et mis en valeur par la construction de plusieurs maisons [IBID.].

À Roux, près de Charleroi, la situation en 1938 est catastrophique pour certains propriétaires. Leurs propriétés sont dévastées sans qu’ils ne puissent rien y faire hormis demander une indemnisation. Les impacts des dégâts miniers s’apparentent à ceux engendrés par les mouvements telluriques :

« Dans la grande maison de l’éleveur Scory, rue des Bouchers, on se croirait dans un pays ravagé par les tremblements de terre. Le béton de l’étable, de 15 centimètres d’épaisseur, a été comme scié en deux. Les murs sont de guingois. Le toit s’écroule. Le mur du jardin s’est affaissé, entraînant les espaliers dans sa chute. Le verger lui-même a été comme déchiré. Un grand poirier s’est abattu. Mais il vit toujours, cramponné au sol douloureux. L’arbre couché est ce matin tout fleuri de blanc. L’an dernier, il a porté des fruits. La valeur d’un arbre est inappréciable, dit quelqu’un autour de nous, qui caresse les fleurs douces de l’arbre gisant…[ Le problème des dégâts miniers. Au pays des maisons lézardées, in Le Soir, 6 avril 1938]»

La prééminence des droits des propriétaires miniers sur ceux de la surface est même confirmée par le Conseil des Mines de Belgique. En 1929, le Conseil rend un avis confirmant ce principe : en matière de déclaration d’utilité publique d’une communication à établir, l’intérêt de l’exploitation minière doit primer l’intérêt du propriétaire du sol [Avis du 10 mai 1929, Jurisprudence du Conseil des Mines de Belgique, 14 : 1929-1933, Bruxelles, Robert Louis, 1934].

Cette prévalence des droits de l’exploitation souterraine sur la surface est également illustrée dans les différences de traitement entre les dégâts miniers causés à la surface et les dégâts causés aux exploitations souterraines par les habitants de la surface. Dans le premier cas, les procès traînent en longueur, les procédures s’éternisent et les charbonnages contestent généralement leurs responsabilités. Dans le second cas, les problèmes sont rapidement réglés, sans procès ni expertise, sur ordre des charbonnages ou de l’Administration des Mines. Cette différence de traitement apparaît « inadmissible » aux riverains des bassins houillers. Elle leur donne l’impression que leurs droits valent moins que ceux des concessionnaires miniers :

« Le grand mal, messieurs, ce sont les procès interminables, ces expertises et contre-expertises dont on a parlé. Je tiens à faire observer à la Chambre que, lorsque le cas contraire se produit, lorsque les dégâts sont causés aux travaux du fond par des gens de la surface, les choses vont beaucoup plus rondement. Récemment, entre Frameries et Flénu, on avait creusé un ruisseau pour l’irrigation des prairies qui s’étendent entre ces deux communes. Comme le charbonnage voisin exploitait à cet endroit, à 140 ou 150 mètres sous terre, ce charbonnage est intervenu et a dit : « Ces travaux d’irrigation présentent un grand danger pour nous, il va se produire des infiltrations qui peuvent avoir les conséquences les plus funestes pour notre exploitation souterraine, j’interdis à la commune d’autoriser encore ces irrigations ». Conséquence : il a fallu combler le fossé, et cela sans enquête, sans expertise. […] Dans ces cas, on intervient très énergiquement. Par contre, et nous l’avons démontré, lorsqu’il s’agit de dommages causés aux gens de la surface, par des exploitations de charbonnages, ce sont des procès interminables, c’est une procédure lamentable comme celle dont se plaignent nos compatriotes [CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS, 10 juin 1930] »

En 1923, la commune de La Bouverie s’oppose à l’établissement d’un terril au siège du Grand Trait. La S.A. des Charbonnages Belges décide d’outrepasser la décision de la commune et de faire déclarer l’établissement de ce terril comme relevant de l’utilité publique . Le terril est finalement établi mais dès 1945, sa masse imposante cause une poussée de terrain qui ébranle plusieurs maisons de la rue de Jemappes. Une seconde poussée a lieu durant l’hiver 1950-1951, plus dévastatrice, retourne une partie de la rue sur elle-même. Les habitants sont évacués et leurs maisons sont détruites [TROCH, 2017].

La rue a été retournée par la poussée du terril à La Bouverie, 1951 (SAICOM, S.A. John Cockerill. Division des Charbonnages Belges et d’Hornu et Wasmes, 55).

Concernant les inondations des années 1920-1930, des solutions existent et sont connues par l’Administration des Mines et par le gouvernement belge mais elles ne sont pas appliquées, car elles compromettraient le secteur. L’Administration préconise de réserver de larges bandes de charbon aux alentours des cours d’eau afin de restreindre les affaissements. Lorsque l’exploitation minière s’étendra en profondeur, la largeur de ces bandes non exploitables s’élargira afin de préserver les cours d’eau. Cette solution équivaut à « stériliser » une part de plus en plus grande des gisements charbonniers belges. Le gouvernement n’y est pas favorable. Là encore, extraire le charbon s’avère plus crucial et plus important que la préservation de la surface alors que les inondations paralysent la vie économique et menace la sécurité et la santé des habitants. En 1920, le ministre de l’Industrie, du Travail et du Ravitaillement Wauters dit à la Chambre des Représentants :

« La responsabilité existant et pouvant être établie avec assez de précisions, peut-on envisager une intervention des charbonnages, pour éviter dans l’avenir, le renouvellement des dommages causés actuellement ? Il y a divers moyens de précaution […] Le corps des mines signale la possibilité de garder, le long et aux environs des cours d’eau, de grands massifs de charbon inexploités, afin de maintenir les terrains et d’en empêcher l’affaissement. Mais il fait remarquer qu’au fur et à mesure que l’exploitation descendra en profondeur, la largeur de ces massifs de houille non dépouillables devrait être plus considérable et qu’en ce moment, où on demande du charbon à cor et à cri, mettre au travail des mines des restrictions aussi considérables serait très nuisible pour le développement économique du pays […] Il est donc préférable […] de prévoir des travaux à la surface en vue d’éviter le renouvellement des inondations [CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS, 22 janvier 1920]»

Dans le cadre des relations charbonnages-propriétaires, le point d’achoppement principal est la clause d’exonération dont les charbonnages usent pour empêcher tout recours ultérieure. Après avoir racheté une propriété endommagée, ils la revendent en incluant cette clause exonératoire les dédouanant de leur responsabilité pour tout dégâts miniers dans le contrat de vente. S’agissant d’une clause dans un acte notarié, elle a un poids juridique. À la fin des années 1930, ce système est devenu intolérable comme l’indique le sénateur socialiste Van Belle en 1939 : [les] patrons charbonniers achètent tous les terrains disponibles autour de leurs concessions et les revendent avec la clause que le nouvel acquéreur ne poursuivra jamais le charbonnage du fait des dégâts qu’il pourrait subir [Au Sénat. Les dégâts houillers et les affaires économiques, in Le Peuple, 8 juin 1939].  Il s’agit d’un permis de destruction accordé à titre perpétuel aux sociétés minières.

Les charbonnages considèrent même la clause d’exonération comme un « avantage » dont bénéficient les propriétaires de la surface, la présence des charbonnages permettant, théoriquement, d’augmenter la valeur des terrains et des maisons afin de répondre à l’accroissement démographique des régions minières :

« D’une façon générale, il faut bien reconnaître que dans la grande majorité des cas, la surface tire sa valeur de la présence des charbonnages. Les terrains de culture et notamment les pâturages ont une tout autre valeur dans nos régions charbonnières que dans le pays agricole. Les terrains à bâtir, les maisons y sont spécialement recherchées par l’infinie quantité de gens dont le commerce, l’industrie, l’emploi, la profession sont subordonnés à l’existence de nos exploitations [SAICOM, Archives des Charbonnages d’Hensies-Pommeroeul, 1444, note du 16 mai 1939]»

Les habitants des bassins houillers ne voient pas leur situation sous cet angle. Par exemple, les propriétaires des rues des Écluses et Ste-Philomène à Frameries s’offusquent du principe d’exonération auquel ils sont soumis en 1929. Des lézardes et des fissures dégradent leurs immeubles et leurs terrains. La Société des Charbonnages Belges refuse d’effectuer les travaux se déclarant exonérée de toutes réparations en vertu d’un acte notarié d’exonération datant de 1855. Les citernes des habitations ne peuvent plus retenir les eaux, privant d’eau de pluie leurs occupants. De plus, la clause d’exonération limite tout embelissement et processus d’urbanisation dans cette zone :

« Plus de cent maisons se trouvant dans la zone prétendument exonérée, en pleine agglomération, nous nous permettons d’insister sur le danger réel que présente pareille situation. Celle-ci est, d’autre part, préjudiciable à l’embellissement de cette partie de la localité car, non seulement les propriétaires hésitent à faire des frais pour enjoliver leurs demeures mais, étant astreints à des dépenses continuelles pour réparer des dégâts, ils sont obligés de restreindre celles qu’ils pourraient affecter à leur amélioration.

Au surplus, l’on ne conçoit pas que les lois relatives à l’exploitation minière permettent à une société riche et puissante d’endommager à l’infini les biens des particuliers, sans encourir aucune responsabilité au point de vue pécuniaire, sous prétexte qu’un propriétaire cupide a abandonné, moyennant une indemnité dérisoire, le droit, pour lui et ses successeurs, de recourir contre cette société à l’occasion des dégâts qu’elle causera à leurs immeubles [AGR, Administration des Mines. 3e série, 488, lettre du 19 mars 1929]»

Un projet de loi supprimant les clauses d’exonération est déposé à la Chambre des Représentants en 1934 par les députés Petit, Jennissen, Mundeleer, Vouloir, Mathieu et Embise. Le projet a pour but d’obliger les compagnies minières à assumer leurs responsabilités par rapport aux dommages causés à la surface tel que le prévoit la loi coordonnée sur les mines de 1919 :

« Les concessionnaires ont cependant cherché à éluder cette responsabilité par tous les moyens. Disposant de puissantes ressources financières, ils se sont rendus acquéreurs de grandes surface de terrains ainsi que d’immeubles bâtis, dans le périmètre des concessions et notamment dans la zone à bâtir ; puis les ont revenus en faisant insérer dans les actes, des clauses d’exonération de responsabilité totale et définitive pour tous dégâts causés dans le passé, dans le présent, dans l’avenir, par l’exploitation souterraine »

Pour les promoteurs de la loi, les charbonnages abusent de leur position envers les propriétaires de la surface en systématisant l’insertion de l’exonération dans chaque acte notarié. Pour les propriétaires, les « stipulations » contenues dans ces clauses ont des effets désastreux :

« Il se conçoit aisément qu’ainsi sublevés de leur responsabilité, les concessionnaires ne prennent plus avec le même soin les mesures voulues pour supporter le toit de la mine et éviter tous dommages à la surface. La clause incriminée ayant pour but et d’ailleurs pour résultat d’imposer aux superficiaires l’obligation pour obtenir réparation d’établir que le concessionnaire a commis une faute dans son exploitation, celui-ci peut, dans la pratique des choses, être parfaitement tranquille tant sont grosses les difficultés pour le particulier d’établir cette faute ; ce sont d’ailleurs ces difficultés qui ont incité le législateur à décréter la responsabilité de plein droit [dans la loi du 5 juin 1911] »

L’application de l’exonération s’avère d’autant plus problématique que depuis les années 1920, l’exploitation a changé d’échelle pour atteindre une production annuelle régulière d’environ 20-25 millions de tonnes de charbon pour les bassins houillers belges [LEBOUTTE, 1997]. Or, depuis 1928, le nombre et l’ampleur des sinistres ont rapidement atteint des proportions catastrophiques. Les députés craignent que les bassins houillers ne deviennent des « zones de sacrifice » à cause des dégâts miniers « anormaux » engendrés par la frénésie extractiviste : Il suffit de parcourir certaines de nos régions minières pour constater la gravité anormale des désordres causés par les travaux miniers, au point de rendre inhabitables bien des immeubles. Les clauses d’exonération seraient contraire à l’ordre public :

« S’il est de l’intérêt général que le charbon soit extrait des entrailles de la terre, il est aussi de l’intérêt général que les droits de la surface soient sauvegardés. À quoi aura-t-il servi de permettre la création d’une richesse nouvelle si sa mise à jour à pour effet de consommer la ruine de la richesse ancienne. Il faut s’appliquer à concilier les deux intérêts en présence et comme on ne peut empêcher que l’exploitation ne tarisse, n’ébranle, ne dénivelle, il convient au moins de stipuler que tous dommages seront réparés. De toute évidence, empêcher la consommation de la ruine de la richesse ancienne présente un intérêt social, un intérêt public [CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS, 20 juillet 1934, Document parlementaire 286]»

Les charbonnages s’y opposent. Pour ces derniers, l’exonération permet de limiter dans le temps la durée de la liquidation des sociétés. C’est le cas de la S.A. des Charbonnages du Grand-Mambourg-Sablonnière dite Pays de Liège à Montignies-sur-Sambre en 1935 :

« Nous nous permettons de vous faire observer que notre société se trouve en liquidation depuis 1928 et que cet état la place dans une situation toute particulière à l’égard [des clauses d’exonération]. La liquidation ne pourrait en effet jamais se terminer s’il n’était pas permis aux liquidateurs de définir ne varietur la consistance passive du patrimoine à liquider. Les dégâts miniers peuvent n’apparaître que fort longtemps après la cessation de l’exploitation et l’on ne peut jamais prétendre à la certitude qu’il ne s’en produira plus. D’autre part, les procès relatifs à ces mêmes dégâts sont ordinairement extrêmement longs. Il est dès lors nécessaire à la sauvegarde de la masse créancière que les liquidateurs corrigent contractuellement ces situations, en stipulant des personnes susceptibles d’être atteintes par des dégâts miniers qu’elles n’exerceront à l’avenir contre le charbonnage aucun recours de ce chef [AGR, Administration des Mines. 3e série, 522, lettre du 29 août 1935]»

Les commissions arbitrales illustrent enfin la mainmise des charbonnages sur les régions qu’ils occupent. La commission arbitrale de Quaregnon qui est un tribunal d’experts mis en place par les charbonnages actifs sous Quaregnon en 1844, pose problème aux riverains de la commune dans les années 1920. Ceux-ci se plaignent que la commission sert de paravent aux charbonnages. C’est effectivement le cas. L’ingénieur des mines de Mons Liagre confirme leurs dires dans un rapport adressé en 1930 au directeur général des mines. Les charbonnages apparaissent en puissance « colonalisatrice » imposant ses lois et ses points de vue aux habitants :

« La Commission arbitrale de Quaregnon a été créée par les charbonnages de la région en vue surtout de départager leurs responsabilités lorsque les travaux de plusieurs mines sont en cause. Elle joue vraiment alors le rôle d’arbitre entre charbonnages. Ses membres, ingénieurs et architectes, ont, à la demande des charbonnages, été désignés par la Députation permanente du Conseil provincial du Hainaut et sont payés par les charbonnages. Elle n’a aucun caractère officiel. Lorsque des propriétaires de Quaregnon adressent une réclamation au Charbonnage des Produits, celui-ci, pour éviter à ses agents toute suspicion de partialité, fait instruire l’affaire par ladite commission, même si aucune autre mine n’est en cause et, comme je l’ai dit, il s’en tient à ses conclusions. Cette commission n’est guère populaire à Quaregnon ; à tort ou à raison, beaucoup de propriétaires se plaignent de la modicité de ses devis [AGR, Administration des Mines. 3e série, 487, rapport du 9 janvier 1930]»

Pour l’État il n’est pas question de fermer les charbonnages afin de préserver la surface. L’extraction du charbon prime sur toutes autres considérations et ce, même si les affaissements miniers ravagent les régions houillères :

« Pour supprimer tout affaissement, toutes dégradations à la surface, une seule solution est à envisager, c’est l’arrêt des travaux. Mais arrêter un charbonnage, c’est peut être supprimer le gagne-pain à de nombreux ouvriers, c’est, en tout cas, abandonner un gisement pouvant être une véritable richesse, c’est réduire, si pas supprimer, l’activité, la vie d’une localité ou d’une région, c’est amener peut-être la gène ou la ruine chez de nombreux commerçants [IBID., note du 9 juin 1931]»

Donc, pour empêcher d’autres affaissements ou une accentuation des affaissements actuels, il n’y aurait qu’une chose à faire, c’est interdire l’exploitation des mines. Il ne peut en être question. Selon l’Administration des Mines, les charbonnages ne peuvent être rentables qu’à condition de ne pas leur imposer des mesures de conservation de la surface trop exigentes : De nombreuses veines de houille seraient, avec le système préconisé de remblayage total, économiquement inexploitables avec, comme conséquences inéluctables, notamment, la perte d’une partie importante de la richesse nationale que constitue notre gisement houiller, le renvoi de nombreux ouvriers, etc. [IBID., 490/B, note du 10 août 1938].

En 1938, en pleine discussion sur la création d’un Fonds national de garantie pour la réparation des dégâts houillers, afin de suppléer aux charbonnages défaillants, le député-bourgmestre libéral de Mons, Victor Maistriau se pose encore la question suivante : la question se pose de savoir, elle est même un peu angoissante, s’il faut laisser tomber définitivement ces charbonnages, c’est-à-dire s’il faut laisser définitivement dans le sein de la terre cette richesse qui est à peu près la seule richesse minérale que nous ayons en Belgique [CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS, 16 novembre 1938].

On connaît la suite. La logique extractiviste perdure jusqu’à la fermeture des charbonnages.

 

Bibliographie indicative

Baudelle G., L’activité minière au défi du développement durable,  in …Au début, il y avait la forêt. Pays’âges, 16 décembre 2007- 3 août 2008, Lille, Musée d’histoire naturelle de Lille, 2007.

Bednik A., Extractivisme. Exploitation industrielle de la nature : logiques, conséquences, résistances, Neuvy-en-Champagne, Le passager clandestin, 2016.

Delcourt R., La responsabilité des mines à l’occasion des affaissements de la surface du sol, Paris, Arthur Rousseau, 1931 (Thèse de doctorat en droit, Université de Dijon).

Doerr A. et Guernsey L., Man as geophormological agent : the example of coal mining, in Annals of the Association of American Geographers, 46, 2, 1956, p. 197-210.

Hautier R., Comment construire dans les régions soumises aux affaissements miniers, in Annales des Mines de Belgique, 24, 1923.

Leboutte R., Vie et mort des bassins industriels en Europe, 1750-2000, Paris-Montréal, L’Harmattan, 1997.

Morin L., Effets de pression de terrains dans les exploitations houillères, in Revue de l’industrie minérale, 34, 1922.

Sherlock R. L., Man as a geological agent. An account of his action on inanimate nature, Londres, H. F. et G. Whiterby, 1922.

Sorre M., Industrie extractive. 1) Le Bassin houiller. 2) Les carrières. Les ressources, l’outillage et la production de la région du Nord, 1e Région économique, Lille, Chambre de commerce et d’industrie de Lille, 1927.

Troch K., La poussée du terril du Grand Trait dans la rue de Jemappes à La Bouverie, hiver 1950-1951, in site internet de l’A.S.B.L. Sauvegarde des archives industrielles du Couchant de Mons, http://www.saicom.be/pdf/Terril.pdf, mis en ligne le 22 janvier 2017.

Williams R., Notes on the Underground. An Essay on Technology, Society, and the Imagination, Cambridge, The MIT Press, 2008.

 


Kevin Troch

Docteur en histoire environnementale de l'Université de Lille (IRHiS) et de l'Université de Namur (PolleN).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *