Cristaux de puissance, gemmes spirituelles, métaux fabuleux et autres cailloux magiques. Les minéraux dans les univers SFF

La caillasse enchantée, les fans de SFF (science-fiction, fantasy et fantastique) la connaisse bien. Dans les univers SFF, les minéraux sont omniprésents et occupent bien souvent un rôle discret mais de premier plan. D’eux dépendent l’avenir de la galaxie, la réussite de la quête des personnages principaux ou la maîtrise de pouvoirs et de capacités surnaturels ou fabuleux. L’acquisition et le contrôle de ces minéraux constituent un point central de ces univers. Mais pourquoi ? Pourquoi cette importance accordée aux minéraux et aux métaux ? D’où viennent ces croyances sur les propriétés du monde minéral et comment s’expriment-elles dans la SFF ?

Je te propose, chère lectrice et cher lecteur, de me suivre dans une analyse sans prétention de la place qu’occupent les minéraux dans la SFF à travers quelques exemples. Des pierres de l’Éternité au mithril, de la blamite aux gemmes spirituelles, des cristaux Kyber à l’élément zéro, partons à la rencontre des cailloux magiques et fabuleux de la SFF !

Croyances et propriétés « magiques » et fabuleuses attribuées aux minéraux. Un aperçu historique

L’Humanité moderne utilise sans doute les minéraux depuis son apparition sur Terre. Elle lui attribue sûrement des propriétés fabuleuses, spirituelles et religieuses depuis aussi longtemps. Jusqu’au 19e siècle et au développement des sciences géologiques, la connaissance du monde minéral relève plus du mythe et du merveilleux que des savoirs scientifiques.

Dans les systèmes de croyances occidentaux et orientaux, les minéraux font partie du « vivant ». Ils sont conçus par la Terre mère et croissent en son sein à l’instar des végétaux qui poussent à la surface. Les minéraux se transforment lentement, évoluant au fil du temps du stade embryonnaire et imparfait vers un état de perfection. Les extraire, c’est « violer » la Terre mère. D’ailleurs, avant la deuxième moitié du 18e siècle, le travail des mines est considéré comme « contre-nature » et comme un « mal nécessaire ».

 Prospection minière (Agricola, « De Re Metallica », 1556)

D’après les mythes hindous, les gemmes et pierres précieuses se développent dans la roche. Chaque minerai fait partie d’une cosmologie précise et est en relation avec un planète: l’or avec le Soleil, l’argent avec la Lune, le plomb avec Saturne, le fer avec Mars, le cuivre avec Vénus, l’étain avec Jupiter et le mercure avec Mercure. D’après ces théories, les minéraux faisaient partie du monde du « vivant », étaient sexués et se reproduisaient. Les minéraux masculins étaient plus vifs et plus colorés que les féminins. Ils se nourrissaient d’un « suc pierreux qui n’est qu’un sable prodigieusement fin porté par l’eau » écrit le physicien Réaumur au 18e siècle. L’eau joue dans ce cas un rôle nourricier porteur de vie.

Ces croyances avaient des implications pratiques, notamment au niveau de l’artisanat. Par exemple, pour vider de leur « suc » les pierres de construction, on les entreposait dans un lieu abrité pendant une année avant de les utiliser de la même manière que l’on stocke les bûches de bois pour les dégorger de leur humidité. On considérait encore jusqu’à la première moitié du 18e siècle, que le charbon, du fait de son origine végétale, se reproduisait dans le sein de la Terre et que les veines de charbon déhouillées pouvaient se régénérer en quelques décennies.

Devant leur éclat, leurs formes et leurs couleurs, les êtres humains attribuent aux cristaux, aux pierres et aux gemmes des propriétés diverses. Bruts, polis, montés en amulettes ou en talismans, incrustés dans des objets, des armes ou des attributs de pouvoir, les minéraux servent de guides et de compagnons de voyage, de réceptacles pour les esprits, apportent la protection, la richesse, la ruine ou la malédiction, entrent dans les compositions médicinales, alchimiques et magiques. Parfois, c’est le minéral lui-même auquel on attribue des propriétés thérapeutiques. Ainsi, l’améthyste protégerait de l’ivresse d’après le lapidaire rédigé par le chevalier de Mandeville au 14e siècle. Les chamans d’Amazonie et d’Amérique centrale utilisent les cristaux de quartz comme portes d’entrée vers d’autres réalités. Le cristal permet de rendre visible l’invisible et d’y entrer. De nos jours, les vertus médicinales accordées aux minéraux se retrouvent dans la lithothérapie et les  pratiques liées au New Age.

Les pierres précieuses et semi-précieuses sont également des symboles de pouvoir et de puissance. Rois et reines les exhibent dans leurs demeures ou sur eux afin d’affirmer leur statut. Par exemple, la turquoise, la « pierre bleu ciel », est une pierre de prestige en Perse. Enfin, les lapidaires antiques et médiévaux occidentaux et orientaux attribuent à chaque minéral connu à l’époque de leur rédaction une ou plusieurs propriétés fabuleuses. Les minéraux sont donc des entités vivantes possédant des propriétés particulières relevant du merveilleux et du surnaturel. Malgré le développement des savoirs géologiques et minéralogiques, ces croyances ont survécu jusqu’à aujourd’hui et font parties de notre culture collective. Les univers SFF contemporains contribuent à les perpétuer.

Les minéraux dans les univers SFF des 20e et 21e siècles. Perpétuer les anciennes croyances en les adaptant au goût du jour.

Dans les univers SFF contemporains, les minéraux occupent une place importante: objets de quête, sources de guérison, de longévité ou de pouvoir (magique ou politique), ressources stratégiques ou militaires, etc. Comme on l’a entraperçu, ces propriétés sont inspirées par celles attribuées aux pierres dans les imaginaires antiques et médiévaux. La SFF contribue à perpétuer ces croyances en les adaptant au monde contemporain et à ses imaginaires.

Je vous propose d’explorer ces croyances à travers quelques exemples répartis en cinq catégories. Toutefois, il faut garder à l’esprit que ces distinctions ne sont pas définitives et que les lignes de démarcation entre catégories sont facilement franchissables.

Pierres de puissance

Dans la SFF, les personnages principaux, bons ou méchants, recourent souvent à des minéraux mettant à leur disposition des capacités incroyables. Par exemple, les pierres de l’éternité convoitées par Thanos dans l’univers Marvel offrent à celui ou celle qui les possède des pouvoirs incommensurables.

     Thanos et le Gant de l’Infini (Marvel).

D’après le Collectionneur dans les Gardiens de la Galaxie, ces gemmes disposeraient de pouvoirs étonnants car il s’agirait des restes des six singularités qui existaient avant la naissance de l’univers :

« avant la création de l’Univers, il existait 6 singularités. Puis dans une explosion, l’Univers est né. Et le reste de ses systèmes ont été fondus, concentrés et ensuite moulés en autant de lingots : les Pierres d’Infinité. Il semblerait que ces gemmes ne puissent être manipulées que par des êtres dotés d’une force surnaturelle »

La pierre de l’Espace (bleue), le Tesseract, permet de se téléporter partout dans l’univers. La pierre de la Réalité (rouge), l’Ether, transforme la matière en matière noire. La pierre du Pouvoir (violette), l’Orbe de Morag, possède des capacités de destruction illimitées. La pierre de l’Esprit (jaune), a le pouvoir de contrôler l’esprit, de tirer des projectiles d’énergie et de faire des projections astrales de son possesseur. La pierre du Temps (verte), l’Oeil d’Agamotto, permet de contrôler le temps.

Réunies dans le Gant de l’Infini, elles font de ce dernier l’artefact le plus puissant de l’univers Marvel.

Dans un autre registre, le Cristal de l’Atlantide dans Atlantide, l’empire perdu de Disney (2001), possède une conscience propre, alimente en énergie la cité de l’Atlantide et assure la longévité et la bonne santé aux Atlantes. Source d’énergie inépuisable car il s’agit d’un minéral, il est convoité par Rourke et Helga qui veulent le vendre à l’empereur d’Allemagne…or l’action se déroule en 1914, je vous laisse imaginer que la Première guerre mondiale aurait eu une autre fin.

Le cristal prend possession de la princesse Kida afin de sauver l’Atlantide (Atlantide, l’empire perdu, Disney, 2001).

 

Gemmes de prestige

Dans les univers SFF, les minéraux servent souvent de marqueurs de prestige. Pierres royales, couronnes et sceptres sertis de gemmes précieuses sont monnaie courante dans l’imagier de la SFF. Par exemple, dans Le Hobbit de J.R.R. Tolkien adapté au cinéma par Peter Jackson, l’Arkenstone est le symbole du roi d’Erebor.

 L’Arkenstone

 

  Une Opale

Il s’agit d’une gemme blanche possédant sa propre lumière intérieure et reflétant également la lumière extérieure. Découverte au coeur de la montagne par les Nains, elle devient rapidement le symbole du Roi sous la Montagne. Brillant de mille feux, l’Arkenstone est directement inspirée de l’opale qui est un minéral composé de silice hydratée et dont l’éclat et les jeux de lumière sont dus à sa stratification interne.

L’Arkenstone est l’objet principal de la quête de Bilbon et de ses compagnons. Thorin Ecu-de-Chêne en a besoin pour pouvoir réclamer le trône d’Erebor. La gemme est bel et bien le marqueur du pouvoir royal.

Minéraux magiques

Dans d’autres exemples, les minéraux possèdent des capacités magiques. C’est le cas, entre autres, de la Pierre de Résurrection dans la saga Harry Potter. La pierre est une des trois reliques de la Mort. Elle permet de ressusciter toute personne décédée selon la volonté de son propriétaire. Il s’agit d’une lourde pierre noire, ronde et légèrement aplatie. Elle est sertie dans une bague et porte le symbole gravé des Reliques de la Mort.

La Pierre de Résurrection (Harry Potter).

Dans un autre registre, les cristaux et gemmes magiques sont très présentes dans la saga des Elder Scrolls du studio Bethesda. Par exemple, le joueur peut récupérer des gemmes spirituelles et y emprisonner des âmes. Il peut même les miner. Ces gemmes servent à enchanter des armes et des armures. Il s’agit ici d’une évocation du caractère spirituel attribué aux pierres et aux cristaux dans les mythes et croyances. Le joueur est amené à récupérer d’autres minéraux pour les monnayer ou pour forger des items d’équipement.

Des gemmes spirituelles (Skyrim, The Elder Scrolls V, Bethesda).

Métaux fabuleux

Quand ce ne sont pas des cristaux ou des gemmes, ce sont les métaux qui possèdent des qualités exceptionnelles. C’est le cas du mithril, un métal fictif présent dans le Seigneur des Anneaux et dans des oeuvres dérivées ou s’en inspirant. Ce métal ressemblant à de l’argent, plus dur que l’acier, facile à battre comme le cuivre et très léger assure une protection optimale. Sa rareté explique pourquoi seul Frodon porte une cotte de mailles en mithril et pourquoi elle est décrite comme très précieuse. La seule mine de mithril se trouve dans la Moria or celle-ci a été abandonnée par les Nains.

 La cotte de mailles en mithril de Frodon.

L’anneau unique relève également de cet imaginaire de pouvoir associé aux métaux. L’anneau unique forgé par Sauron, le seigneur des Ténèbres, permet à son possesseur de se rendre invisible et de contrôler les habitants de la Terre du Milieu. Il ne peut être détruit que dans le feu de la Montagne du Destin où il a été créé.

Cristaux stratégiques et sources d’énergie

Enfin, dernière grande catégorie, les minéraux constituent souvent des sources d’énergie et des ressources stratégiques dans la SFF et plus particulièrement dans la science-fiction. Par exemple, dans les jeux vidéo SFF, les cristaux et minéraux servent de ressources essentielles, comme dans des jeux de stratégie tel Homeworld et ou de monnaie dans les jeux Zelda (les Rupees). Dans un MMORPG comme EVE Online, les joueurs et joueuses peuvent choisir de se spécialiser dans l’extraction des ressources minières des astéroïdes.

Link reçoit un Rupee violet (The Legend of Zelda).

Les cristaux et les minéraux servent aussi de prétexte pour éviter d’expliquer comment fonctionnent certains éléments cruciaux du scénario. Par exemple, dans Star Trek, le Dilithium est un cristal permettant de voyager plus vite que la lumière, l’élément zéro dans Mass Effect a la même fonction mais il permet également aux « biotiques » de maîtriser des pouvoirs comme la télékinésie ou la stase. Tous deux se caractérisent par leur rareté.

Les cristaux sont parfois utilisés comme arme. Dans l’univers Halo, les Covenants, une alliance de plusieurs espèces extraterrestres unies sous la même religion et menant une croisade contre l’Humanité, utilisent des cristaux de Suban ou « blamite » comme munitions pour les needlers. Ces cristaux naturels sont minés sur Suban, une lune de Sanghelios, la planète-mère des Sangheilis. La blamite possède des propriétés quasiment surnaturelles. Elle sert de munitions dans le needler (ou lance-aiguilles) mais aussi dans la carabine à aiguilles Type 31, les cristaux de grands formats sont utilisés dans des armes lourdes comme l’exosquelette Goblin ou même comme épée.

  Un needler (Halo)

La blamite a comme particularité de poursuivre les cibles, de distinguer les ennemis des alliés selon le porteur de l’arme dont elle est issue et peut exploser au contact de la matière organique en plus de causer des dommages par perforation. C’est un cristal mortel!

   Un projectile en blamite

Bien que les Covenants l’utilisent et l’étudient depuis des milliers d’années, les propriétés de la blamite ne cessent de les étonner. Les Prophètes, les hauts dignitaires des Covenants, ont mené des études secrètes approfondies sur le cristal mais elles ont été détruites dans la destruction de Haute Charité, la capitale Covenante et de ses archives en 2552. La blamite est donc essentielle pour l’armée Covenante or on ne la trouve qu’à un seul endroit: sur la lune de Suban. Autant dire que le contrôle de l’extraction et de l’approvisionnement en blamite des garnisons covenantes à travers la galaxie font l’objet d’une attention particulière.

 

Extractivisme et enjeux géopolitiques: les cristaux Kyber dans Star Wars

Ces enjeux géopolitiques liés aux cristaux et aux minéraux sont particulièrement importants dans Star Wars. Outre le fait que tous les vaisseaux spatiaux, appareils et autres canons lasers nécessitent des métaux et des minéraux, les cristaux occupent une place centrale et essentielle dans Star Wars. Ils servent de support de stockage de données, de clés, de sources d’énergie et jouent un rôle crucial pour les utilisateurs/trices de la Force.

Le cristal Kyber est le plus connu. C’est lui qui permet aux sabres lasers de fonctionner ou qui permet à l’Etoile de la mort et à l’Etoile noire d’avoir une si grande puissance. Le contrôle de l’accès à ces cristaux constitue un enjeu politique crucial aussi bien pour les Jedi sous la République que pour l’Empire durant la Guerre civile galactique.

  Quelques cristaux Kyber (Star Wars, Disney)

Les cristaux Kyber sont sensibles à la Force. On les trouve un peu partout dans la galaxie mais le gisement le plus important se trouve sur Ilum, une planète glacée située dans les Régions Inconnues.

       Ilum

Incolores, ils réagissent à la présence d’un utilisateur de la Force. Sur Ilum, les Younglings sont envoyés dans les grottes afin de trouver le cristal qui servira à construire leur sabre laser. On retrouve dans ce « rite d’initiation » un élément généralement associé au monde souterrain: la descente souterraine afin de se dépasser, d’affronter ses peurs et d’en ressortir avec un cristal précieux.

   Les cavernes de cristal sur Ilum

Dès que le jeune Jedi a trouvé son cristal, ce dernier s’illumine et adopte une couleur spécifique. Généralement il devient bleu ou vert mais d’autres couleurs existent comme le cristal violet du sabre de Mace Windu ou le cristal blanc des sabres d’Ahsoka Tano

Les cristaux Kyber peuvent avoir différentes formes mais aussi d’autres usages que dans les sabres lasers. Ils servent à stocker des données et se trouvent au coeur des Holocrons, ces appareils permettant aux utilisateurs de la Force de transmettre leur savoir à travers les âges.

Un holocron. Les données sont contenues dans le cristal Kyber

C’est d’ailleurs dans un cristal Kyber « mémoriel » que les Jedi conservaient le nom et la localisation des enfants sensibles à la Force avant d’aller les chercher pour les amener au Temple sur Coruscant.

Certains cristaux Kyber ont également un pouvoir de guérison et de protection. Ici, Star Wars reprend les croyances liées au pouvoir des pierres et des minéraux, notamment en lithothérapie. Le cristal a un pouvoir dans le cas présent car il est connecté à la Force.

Pour les Sith, le cristal adopte une couleur rouge. Les cristaux Kyber sont naturellement orientés vers le Côté lumineux de la Force. Toutefois, un adepte du Côté obscur peut les « plier » à sa volonté et les soumettre à son pouvoir. Le cristal se met alors à « saigner » et produit une lumière rouge contre-nature.

Kylo Ren utilise un cristal Kyber fracturé qu’il a soumis à sa volonté, générant ainsi une lame instable mais très puissante. Afin d’évacuer l’excès de puissance, deux évacuations ont été formées à la garde du sabre. C’est ce qui explique l’aspect « lame médiévale » du sabre laser de Kylo Ren.

Le sabre de Kylo Ren

Un cristal soumis par un adepte du Côté obscur peut être « soigné ». Ahsoka Tano guérit deux de ces cristaux et les utilisent dans ses sabres lasers. Le cristal « soigné » devenant blanc (symbole de la rédemption ?), la lame du sabre devient également blanche.

Les cristaux Kyber des sabres d’Ahsoka Tano ont été purifié et émettent une lumière blanche

Les cristaux Kyber de grand format sont utilisés par l’Empire puis par le Premier Ordre afin de créer des armes à la puissance inimaginable.

L’équipage du Ghost découvre un cristal Kyber de grande taille (Star Wars Rebels, Disney)

Dans Rogue One, L’Empire récupère tous les cristaux Kyber disponibles sur Jedha afin de compléter l’Etoile de la Mort. Galen Erso, le père de Jyn, l’héroïne de Rogue One, est un cristallographe spécialisé dans les cristaux Kyber. Sa mère, Lyra, est une « guide-géologue ». L’Empire se sert du savoir de Galen pour développer des armes puissantes. Pour alimenter ces armes, il faut extraire des cristaux Kyber en grande quantité, ce qui conduit à la dévastation de plusieurs planètes à cause des travaux miniers. C’est le cas de deux planètes « réserves naturelles », Samovar et Wadi Raffa, que l’Empire a saccagé pour se fournir en cristaux. Ilum, la planète de glace où les Jedi allaient chercher le cristal de leur sabre laser est ravagée par l’Empire qui en extrait tous les cristaux jusqu’au coeur de la planète, bouleversant à jamais son environnement.

La puissance des cristaux, en plus de leur capacité à concentrer les rayons laser, due à leur connexion avec la Force permet à l’Empire et au Premier Ordre d’avoir des armes de destruction massive comme la base Starkiller. Pour cela, l’Empire et le Premier Ordre pillent les temples Jedi et les planètes riches en cristaux. Le parallèle avec les pratiques extractivistes des compagnies minières est évident.

La base Starkiller. Le Premier Ordre s’y est établi car cette petite planète est riche en cristaux Kyber (Star Wars « Le Réveil de la Force », Disney)

Les cristaux jouent un rôle très important dans Star Wars. Comme dans notre réalité, l’univers Star Wars dépend du contrôle et de l’approvisionnement en une ressource minérale rare. Les cristaux Kyber sont au coeur de l’imaginaire de puissance et des jeux de pouvoir dans Star Wars. Quiconque en dispose en quantité et en qualité suffisante a la capacité de diriger la galaxie. Dans Star Wars, comme dans la réalité, ce sont les ressources souterraines qui déterminent l’avenir. Il n’est donc pas étonnant que, sous la République, les Jedi aient limité l’accès à ces cristaux et les ont réservés pour leur usage. Ils sont à la source du pouvoir.

Pourquoi cette présence des minéraux dans la SFF ? Quelques hypothèses

Dans les univers SFF, on retrouve donc une large partie des mythes et croyances généralement associés aux minéraux depuis l’Antiquité. La SFF s’approprie ces imaginaires, principalement les imaginaires médiévaux selon moi, pour les adapter au monde contemporain.

L’intérêt pour les minéraux me paraît évident. Il s’agit d’une facilité scénaristique et esthétique: les cristaux sont beaux, éclatants, mystérieux ; les métaux évoquent eux la force et la résistance. Tous comportent généralement un élément présenté comme inexplicable qui permet aux créateurs de ces univers d’éviter d’entrer dans des explications lourdes et farfelues. Par exemple, l’élément zéro dans Mass Effect permet le voyage supraluminique sans qu’on puisse l’expliquer. Les cristaux Kyber dans Star Wars ont une puissance inimaginable à cause de leur lien avec la Force, etc. etc.

Dans certains cas, des considérations relevant du marketing explique la présence des minéraux. Par exemple, dans Saint Seiya Omega, les armures des Chevaliers du Zodiaque se sont transformées en gemmes à la suite du passage d’une météorite. Elles ont cessé d’être des « totems » pour devenir des cloth stones. Ce sont des objets suffisamment petits et discrets pour être portés par un personnage de la série… ou par des fans.

Quelques cloth stones…

 

Les minéraux permettent enfin d’accentuer l’expérience visuelle, notamment dans les jeux vidéo. Dans des grottes et des mines, la présence de gemmes, de veines de métal ou de cristaux renforce l’aspect mystérieux des lieux visités et immerge le joueur dans une ambiance presque mystique et/ou oppressante. Cet aspect est déjà bien présent dans l’imaginaire culturel. Entre autre, le cliché du minéralogiste s’émerveillant du spectacle des minéraux et des cristaux qu’il découvre lors de ses pérégrinations dans les grottes et autres lieux inaccessibles est vivace depuis le 19e siècle et est à mettre en parallèle avec le développement de la géologie et de la minéralogie.

Carl Spitzweg, « Le minéralogiste », ca. 1880. Ce tableau illustre l’émerveillement du minéralogiste devant la beauté des minéraux.

Les minéraux ont toujours émerveillés l’Humanité depuis un temps immémorial (et pour un historien, c’est dur d’utiliser un terme pareil). Pierres de pouvoir ou magiques, métaux aux propriétés fabuleuses ou simplement plaisir des yeux et des sens, les minéraux font partie intégrante de nos imaginaires. La SFF s’emploie à perpétuer ces croyances en les adaptant « au goût du jour » pour notre plus grand plaisir.

 

 

Bibliographie indicative

KNUTH Bruce G., Gems in myth, legend and lore. Revised edition, Parachute (Colorado), Jewelers Press, 2008.

MAITTE Bernard, Histoire des cristaux, Paris, Hermann, 2014.

STEIBER Ellen, The Lore of Gemstones, in The Journal of Mythic Arts http://endicottstudio.typepad.com/articleslist/the-lore-of-gemstones-by-ellen-steiber.html

TERRIN Jean-Jacques, Le monde souterrain. Mythes, richesses, explorations, Hazan, « Guide des arts », 2008.

 


Kevin Troch

Docteur en histoire environnementale de l'Université de Lille (IRHiS) et de l'Université de Namur (PolleN).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.