Soutenance de thèse le 2 février à l’Université de Lille Sciences humaines et sociales

Cher.es collègues, cher.es ami.es,

J’ai le plaisir de vous annoncer la soutenance de ma thèse de doctorat en histoire environnementale afin d’obtenir le grade de docteur de l’Université de Namur et de l’Université de Lille le 2 février prochain à l’Université de Lille 3- Sciences humaines et sociales. Vous y êtes cordialement invité.es, la soutenance étant publique et ouverte à toutes et tous.

Ma thèse est intitulée:

« Ne pas grever l’avenir au bénéfice du présent. Une histoire environnementale de l’extraction du charbon de la fin du 18e siècle à l’Entre-deux-guerres: un développement non soutenable. L’exemple du Couchant de Mons et du Valenciennois« 

La soutenance aura lieu à la Maison de la recherche de l’Université de Lille SHS (Domaine universitaire du Pont de Bois, rue du Barreau à Villeneuve-d’Ascq) à 9h30 dans la salle F0.13 (voir le plan d’accès disponible ici. La Maison de la Recherche est dans la partie verte du plan). Vous serez également les bienvenu.es au pot de thèse qui aura lieu dans la salle F0.42 située dans le même bâtiment.

Pouvez-vous me confirmer votre présence en m’envoyant un mail à l’adresse suivante (afin de planifier au mieux le pot de thèse 😉 : kevin.troch@unamur.be

Le jury sera composé de :

Isabelle Parmentier, professeure d’histoire moderne, directrice du PolleN (Pôle de l’histoire et de la sociologie environnementales de Namur), Université de Namur (Belgique), directrice de thèse.

Béatrice Touchelay, professeure d’histoire contemporaine, IRHiS (Institut de recherches historiques du Septentrion), Université de Lille, directrice de thèse.

Laurent Honnoré, chef de service aux Archives de l’État à Mons, docteur en histoire contemporaine, rapporteur.

Geneviève Massard-Guilbaud, directrice d’études EHESS, rapporteure.

Thomas Le Roux, chargé de recherche CNRS, EHESS, examinateur.

Judith Rainhorn, professeure d’histoire contemporaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, examinatrice.

Résumé de ma thèse:

Ce travail de recherche étudie l’histoire des impacts environnementaux de l’extraction du charbon dans les bassins miniers du Couchant de Mons et du Valenciennois du 18e siècle jusqu’à l’Entre-deux-guerres ainsi que l’émergence de la logique extractiviste en Belgique et en France. Il met en lumière les fondements culturels et les bases scientifiques et législatives qui ont permis l’expansion de l’extraction du charbon dans ces deux pays, notamment au point de vue de la régulation des dégâts miniers. Ensuite les réactions des États, des entreprises minières et des habitants des bassins aux dégradations environnementales causées par l’extraction du charbon sont abordées. Les processus de négociation, les jeux de pouvoir et les mouvements d’opposition au charbon sont au coeur de cette interrogation. Le poids important des charbonnages dans la régulation des dégâts miniers, la volonté des gouvernements à permettre l’extraction du charbon et le développement d’une « guerre contre le charbon » par les habitants des bassins houillers sont analysés à partir de plusieurs situations exemplatives. Enfin, la thèse envisage l’influence des géologues et des ingénieurs des mines dans la création d’une « science des dégâts miniers » à travers trois controverses scientifiques: la séismicité induite, les théories des affaissements miniers et les inondations engendrées par l’extraction de la houille.

 

Au plaisir de vous voir nombreux et nombreuses le 2 février prochain !


Kevin Troch

Docteur en histoire environnementale de l'Université de Lille (IRHiS) et de l'Université de Namur (PolleN).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Mariotti dit :

    Merci pour cette thèse ! Quel sujet intéressant ! Bon courage pour la soutenance…
    PS: Je travaille sur les images animées qui traitent des mines et de la sidérurgie de la fin du XIXe à 1980.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.