Chronique du D-DAY: sur quoi porte ma thèse ?

Le vendredi 2 février 2018, après une soutenance de plus de quatre heures, j’ai été proclamé docteur en histoire contemporaine de l’Université de Lille et docteur en histoire, art et archéologie de l’Université de Namur pour ma thèse « Ne pas grever l’avenir au bénéfice du présent ». Une histoire environnementale de l’extraction du charbon de la fin du 18e siècle à l’Entre-deux-guerres: un développement non soutenable. L’exemple du Couchant de Mons et du Valenciennois ».

Le jury était composé de mesdames Judith Rainhorn, professeure d’histoire contemporaine à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, présidente du jury, Isabelle Parmentier, professeure d’histoire moderne à l’Université de Namur, codirectrice, Béatrice Touchelay, professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Lille, codirectrice et de Geneviève Massard-Guilbaud, directrice d’études à l’EHESS, rapporteure ainsi que de messieurs Laurent Honnoré, chef de service-archiviste aux Archives de l’Etat à Mons, rapporteur, et Thomas Le Roux, chargé de recherche CNRS à l’EHESS.

Résultat de quatre années de recherche doctorale, ma thèse devrait être publiée prochainement. En attendant, je vous propose de découvrir de quoi je parle en mettant à votre disposition mon exposé de soutenance et mon Powerpoint de présentation.

Bonne lecture !

Exposé de soutenance

Madame la présidente, mesdames et messieurs les membres du jury,

La thèse que j’ai le plaisir de vous présenter aujourd’hui s’intitule « Ne pas grever l’avenir au bénéfice du présent ». Une histoire environnementale de l’extraction du charbon de la fin du 18e siècle à l’Entre-deux-guerres : un développement non soutenable. L’exemple du Couchant de Mons et du Valenciennois ».

Je vous remercie d’avoir accepté de lire mon travail de recherche qui est loin d’être parfait et d’avoir accepté d’être présents aujourd’hui pour discuter de cette thèse, résultat de quatre années de recherche doctorale. Je remercie également le public, mes proches et mes amis d’avoir entamé ce long voyage à Lille pour certains et de m’avoir accompagné tout au long de cette aventure franco-belge.

Origines

Cette recherche doctorale est en effet le fruit d’un projet financé par la région Nord-Pas-de-Calais faisant désormais partie de celle des Hauts de France, l’Université de Lille 3 désormais partie de l’Université de Lille et par l’Université de Namur mais ses origines sont également professionnelles et personnelles. Je souhaite m’y arrêter quelques instants.

Mon intérêt pour l’histoire environnementale est né au milieu des archives. C’est vous, madame Parmentier, qui avez éveillé cet intérêt. D’abord, en me suivant tout au long de mon cursus depuis presque 15 ans, en suscitant en moi le goût de l’archive, et surtout, en m’accompagnant durant un projet de recherche sur les sources de l’histoire environnementale que j’ai effectué aux Archives de l’Etat entre 2011 et 2013. Ce projet m’a permis de découvrir de nombreux fonds d’archives, parfois insoupçonnés, permettant de mener des recherches en histoire environnementale, notamment sur l’histoire du charbon et des mines. C’est ainsi que je découvrais, entre autres, l’existence de sources relatives aux affaissements miniers et aux terrils et mesurait, encore de façon incomplète, l’importance de ces sources pour l’histoire des bassins miniers.

Au terme de ce projet, l’opportunité s’est présentée d’appliquer ce vaste savoir archivistique dans une recherche scientifique ambitieuse. Incidemment, Béatrice Touchelay, professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Lille et membre du laboratoire IRHiS était à la recherche d’un doctorant pour une thèse d’histoire environnementale minière comparée entre la Belgique et la France en cotutelle avec Namur sous la codirection d’Isabelle Parmentier. L’occasion était trop belle. J’ai posé ma candidature. J’ai été retenu, ce qui explique ma présence devant vous aujourd’hui. J’ai eu l’occasion pendant ces quatre années de bénéficier des conseils avisés et du soutien sans faille de mes deux directrices de thèse. Je les en remercie vivement.

Cette thèse est donc le résultat d’un intérêt personnel et scientifique, celui de contribuer à un aspect encore méconnu de l’histoire minière : celui des impacts environnementaux de l’extraction du charbon et plus largement à l’histoire de l’extractivisme minier.

Problématique de la thèse (terrain, époque, questionnement à l’origine du sujet)

Le point de départ de cette thèse rejoint des questions actuelles liées aux activités extractives. Le volume de métaux, de combustibles fossiles et de minéraux extrait de nos jours des entrailles de la Terre est inédit dans l’Histoire. Les dégradations environnementales qui les accompagnent également. Par exemple, on n’hésite pas à creuser des trous béants et à détruire des montagnes pour récupérer du charbon. Certaines compagnies prévoient même d’aller chercher les minéraux et les métaux dans les fonds marins et dans l’espace.

Plus proches de nous, en France et en Belgique, les projets miniers sont toujours d’actualité alors qu’on pourrait croire la mine révolue. Pourtant, des permis d’exploration minière existent, les effets de l’exploitation du charbon se font encore sentir comme à Fresnes-sur-l’Escaut et des projets d’exploitation du gaz de couche de charbon sont prévus pour les bassins houillers. Jamais notre soif de matières minérales et de combustibles fossiles n’a paru aussi grande. Jamais aussi, les dégradations environnementales dues aux activités extractives n’ont été aussi importantes, laissant une Nature dévastée et des territoires meurtris par leur passage. Jamais aussi les mouvements d’opposition au secteur minier n’ont été autant développés et structurés. Les activités extractives sont sans cesse interrogées sur leur capacité à assurer la résilience des territoires miniers dans un monde en pleine crise écologique. La mine ne serait qu’une entreprise de destruction de masse comme l’affirme l’historien Timothy LeCain ?

D’où ma question initiale : « qu’en était-il durant la période d’extraction du charbon en Belgique et en France ? ». Est-ce que l’extraction du charbon ne posait pas de problème ? Comment les dégradations environnementales causées par les charbonnages étaient perçues par la population et gérées par les compagnies minières et par l’État ? La thèse a pour but de faire le lien entre les questions actuelles et le passé en étudiant dans la longue durée le rapport des sociétés belge et française avec le sous-sol, la mine, le charbon et les effets de son extraction sur l’environnement, de la deuxième moitié du 18e siècle jusqu’à l’Entre-deux-guerres et de déterminer si oui ou non le concept de soutenabilité peut s’appliquer au système charbonnier de cette époque.

Un concept fondamental dans cette thèse doit d’abord être explicité, il s’agit de la soutenabilité des systèmes miniers. Le développement soutenable ou développement durable est une notion relativement récente. Dans sa définition la plus commune et la plus simplifiée, le développement soutenable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Si l’on s’en tient à cette définition, la question de la soutenabilité des systèmes miniers est déjà présente au 19e siècle. Par exemple, des vulgarisateurs des géosciences comme Louis Simonin ou Eugène Caustier ou même un écrivain comme Jules Verne s’inquiètent de l’épuisement du charbon et des ressources minérales et du devenir des générations futures. Dans ce cadre conceptuel, le développement soutenable s’apparente à une gestion raisonnée et continue des stocks et à la poursuite de l’extraction minière le plus longtemps possible pour assurer l’approvisionnement des générations futures. Pour les commentateurs de l’époque, il ne faut pas grever l’avenir au bénéfice du présent.

Cette expression est cependant trompeuse. L’avenir n’est pas celui de la limitation de l’extraction mais bien de sa promotion aux 19e et 20e siècles. Pour assurer un avenir radieux aux générations futures, il faut extraire le plus possible pour se développer rapidement et accumuler un capital suffisant pour subvenir aux besoins futurs. Suivant cette logique, c’est l’extractivisme, c’est-à-dire l’exploitation intensive et industrielle des ressources minières sans tenir compte de la dégradation des territoires miniers qui prévaut. Dans la logique des 19e et 20e siècles, la soutenabilité du système minier implique l’existence de « zones de sacrifice » où l’environnement est totalement bouleversé et ce même longtemps après l’arrêt de l’exploitation. C’est le cas dans le nord de la France et dans le Hainaut où les terrains demeureront fragiles du fait de l’extraction intensive du charbon et où le régime hydrographique ne sera rétabli qu’aux alentours du 24e siècle… Deux siècles d’extractivisme charbonnier auront grevé ces régions de contraintes environnementales importantes pour une éternité à l’échelle humaine. On ne peut dès lors pas parler d’un développement soutenable quand on étudie les bassins houillers.

Choisir le charbon comme objet d’étude était donc une évidence. Son exploitation intensive pendant plus de deux siècles a laissé des traces durables et profondes sur les territoires houillers belges et du Nord-Pas-de-Calais. Je pense par exemple aux lacs d’affaissement comme l’étang Chabaud-Latour à Condé-sur-l’Escaut et le marais d’Harchies entre Bernissart et Hensies.

Le charbon, c’est aussi l’une des principales ressources minières du nord de la France et de la Belgique, ainsi que le « pain de l’industrie », le « feu vital » irriguant la société industrielle depuis le 19e siècle. Pour nombre d’historiens mais aussi de commentateurs de l’époque, le charbon est le procréateur du monde moderne alors qu’à l’heure actuelle, en raison du changement climatique, il est plutôt perçu comme son fossoyeur…

Se pencher sur le charbon et sur les raisons de son extraction, c’est donc interroger les fondements même du projet industriel français, belge et plus largement occidental. La période retenue est celle durant laquelle le précieux combustible est exploité de manière intensive dans les deux États. L’extraction bat son plein durant cette période, et particulièrement entre 1870 et 1940. Pendant sept décennies, des millions de tonnes de charbon, de matières stériles et d’eau sont extraites du sous-sol à un rythme et dans des proportions jusque-là inédits. Extraire de telles quantités de matières du sous-sol s’accompagne d’effets importants pour la surface : des affaissements de terrain comme à Cuesmes où la grand place s’est enfoncée de 12 mètres dans le sol en quelques décennies, d’inondations et remontées d’eau souterraine qui frappent les localités boraines et du Valenciennois dans les années 1920-1930, ruinant des villages et des hameaux comme celui de la Canarderie à Saint-Aybert qui est inondé par les affaissements causés par les Charbonnages de Bernissart et par ceux de la Compagnie d’Anzin en 1930, d’échauffement, éboulement et soulèvement de terrils tel celui qui menace de s’effondrer sur l’école communale d’Haveluy en 1935, des effondrements de puits, des séismes induits comme ceux qui secouent Havré fréquemment entre 1887 et 1949 ou la vallée de la Scarpe et la région de Douai dans les années 1880-1890, de rejets de gaz nocifs et bien d’autres. Mon objectif était d’appréhender l’ensemble de ces dégradations environnementales et d’essayer de retranscrire l’ampleur de ces impacts sur le milieu et les habitants des bassins houillers.

Enfin, il fallait choisir un terrain d’enquête susceptible d’amener des informations essentielles pour alimenter la recherche. Mon choix s’est porté sur les bassins du Couchant de Mons et du Valenciennois. Ces bassins sont frontaliers et partagent les mêmes couches géologiques, le charbon y est exploité intensivement depuis le 18e siècle, le tissu social et le milieu sont presque similaires et les charbonnages qui y sont actifs présentaient de nombreuses similitudes entre eux. Les points de comparaison devaient être a priori nombreux. Ces deux régions m’apparaissaient être un bon terrain pour analyser comment des situations relativement identiques sont traitées dans deux États différents.

Rattachement historiographique et ambition de la thèse

Étonnamment, alors que le charbon a été massivement exploité en Belgique et dans le nord de la France pendant plus de deux siècles et que les bassins houillers de ces deux pays ont été modelés par le monde de la mine, le thème des externalités minières a suscité peu de vocation chez les historiens. J’ai pu constater lors de mes premières recherches bibliographiques que les externalités minières sont à peine abordées dans les travaux d’histoire minière « classiques » mais également dans les études d’histoire environnementale, des sciences et de l’énergie. La mine n’est pas absente des travaux des historiens environnementalistes. De nombreux travaux ont été publiés sur le sujet, mais là aussi, l’extraction en tant qu’objet d’étude spécifique ne fait pas l’objet d’un traitement approfondi alors qu’il s’agit de l’activité principale d’une compagnie minière.

J’ai dû me rendre à l’évidence que je ne disposais pas de travaux historiques concernant les impacts environnementaux de l’extraction du charbon. C’est à travers les travaux de « non-historiens » tels ceux du géographe Guy Baudelle, auteur d’une thèse fondatrice sur le système spatial de la mine dans le Nord-Pas-de-Calais et du géologue Francis Meilliez, que j’ai pu construire le cadre théorique de ma thèse.

L’histoire des problèmes environnementaux engendrés par l’extraction du charbon restait donc encore à écrire et représentait un champ neuf dans l’historiographie. Partant de là, ce que je propose dans ma thèse dépasse la simple histoire comparative entre deux bassins houillers et se présente comme une histoire générale ou généraliste de l’extractivisme charbonnier en Belgique et en France. Ma thèse aborde par conséquent les dimensions environnementales, culturelles, scientifiques, juridiques et économiques du secteur charbonnier. J’espère m’y être employé avec pertinence et avoir comblé une lacune, ouvrant la perspective à de nouvelles recherches.

Sources mobilisées et méthodologie, structure du manuscrit

Les sources disponibles pour étudier le secteur minier et les charbonnages ne manquent pas. Faisant l’objet d’une supervision administrative et d’un cadre législatif fourni, la mine est une grande productrice de documents. Il fallait faire des choix. Ceux-ci ont profondément influencé les thèmes abordés dans ma thèse, les outils méthodologiques employés ainsi que sa structure. S’agissant d’une étude comparative, il fallait trouver des sources homogènes, relativement similaires et disponibles dans les deux pays.

J’ai d’abord eu recours aux archives des Administrations des mines conservées à Lille, Bruxelles et Mons. Les nombreux dossiers relatifs aux dégradations minières m’ont permis de mieux cerner le sujet. Dans ces dossiers se trouvent une foule d’informations très diversifiées : rapports techniques et mémoires descriptifs, études scientifiques, avis préparatoires aux lois et décrets miniers, rapports d’expertise, plaintes d’habitants, correspondance entre les ingénieurs des mines, les autorités publiques nationales, régionales et locales et les charbonnages, plans, cartes ou encore des photographies. C’est une mine d’or que j’ai exploité le plus possible. À ces sources classiques se sont ajoutés les fonds des tribunaux de première instance de Valenciennes et de Mons dans lesquels les rapports d’expertise pour dégâts miniers dans les procès civils constituent des sous-séries spécifiques. Ces rapports m’ont permis de constater que l’extraction du charbon est bien une mine à procès et que le développement des savoirs scientifiques sur les externalités minières se fait également dans les procédures juridiques. Des fonds d’archives communales complètent ce corpus et offrent la possibilité de percevoir les attitudes des populations locales face aux dégâts houillers. J’ai également consulté avec profit les documents et discours parlementaires, les publications officielles et les principaux traités économiques et juridiques portant sur les mines françaises et belges.

Les fonds d’archives des charbonnages des deux bassins houillers, respectivement conservés au SAICOM à La Louvière, aux Archives de l’État à Mons, à la S.A. des Charbonnages du Borinage en liquidation à Colfontaine, au Centre historique minier à Lewarde et aux Archives nationales du monde du travail à Roubaix ont aussi été mobilisés. Ils permettent de dépasser le « biais administratif » mis en évidence par Jean-Baptiste Fressoz. Le recours aux seules sources administratives cache l’essentiel des modes de gestion des dégradations environnementales. Ceux-ci sont surtout extra-judiciaires et extra-administratifs. Tout se règle de privé à privé. Dans les fonds d’archives des compagnies minières, on découvre les pratiques des miniers pour restreindre leur responsabilité et les capacités des propriétaires de la surface à faire respecter leurs droits par le recours, entre autres, à l’achat des terrains et des propriétés endommagées, à la production d’études scientifiques « orientées », à ce qui peut s’apparenter à une « colonisation intérieure » des territoires miniers. Ces archives permettent d’entrevoir le lobbying intensif exercé par les charbonnages sur les gouvernements pour que ces derniers adoptent des mesures législatives qui leur sont favorables.

Les dégradations minières étant de nature principalement géologique, les revues et principales publications géologiques et minières de la période ont été dépouillée. Il s’agit des Annales des Mines et des Annales des Mines de Belgique, des Bulletins et Revues de l’industrie minérale, de la Revue universelle des Mines et des revues des sociétés géologiques nationales et régionales : Société géologique de France, Société géologique du Nord, Société géologique de Belgique et Société belge de géologie, d’hydrologie et de paléontologie. Les nombreux articles scientifiques et techniques sur les affaissements miniers et les séismes présents dans ces revues m’ont permis d’observer le développement et l’évolution du savoir sur les dégâts miniers qui est au cœur de mon étude.

Le choix des sources adopté, il fallait me rendre à l’évidence que certains aspects ne pourraient pas être analysés. Par exemple, la presse, qui constitue une masse documentaire importante, a été utilisée ponctuellement lorsque des articles et coupures de presse étaient présents dans les dossiers d’archives. Le recours à la presse, surtout à la presse locale et régionale, dans une étude ultérieure pourrait apporter une autre vision sur les impacts environnementaux de l’extraction du charbon, notamment au point de vue politique. La presse permettrait de savoir si oui ou non les dégâts miniers sont un enjeu pour les partis politiques. Les mineurs sont les grands absents de la thèse. Il aurait été intéressant de voir comment les « gueules noires » percevaient les dégradations commises à la surface par leur travail. Toutefois, les sources que j’ai utilisé ne m’ont pas permis de le faire. Cela s’explique par le fait que les mineurs sont généralement logés dans des bâtiments appartenant à leur employeur et sont rarement propriétaires. Ils ne porteraient donc pas plainte. De plus, porter plainte contre son employeur n’est pas facile. Les éventuelles réclamations de mineurs pour dégâts miniers n’ont pas forcément laissé de trace écrite si ce n’est peut-être dans les registres comptables et les factures pour réparation des charbonnages. Il faudrait creuser la question de ce côté-là. Les mémoires de mineurs, écrits ou oraux, pourraient apporter aussi des informations à ce sujet.

J’ai rapidement été confronté à une impasse méthodologique inattendue au vu des sources. La distinction entre la situation française et la situation belge était relativement ténue. Les différences étaient trop minces pour répartir l’analyse entre Couchant de Mons et Valenciennois. De façon étonnante, les réponses apportées aux problèmes environnementaux causés par l’extraction du charbon étaient presque similaires des deux côtés de la frontière. Cela s’explique en grande partie par la base commune du droit minier appliqué en France et en Belgique, à savoir la loi sur les mines de 1810. Plutôt que de séparer l’analyse entre cas belge et cas français et éviter les répétitions, j’ai préféré fusionner les deux pour construire une histoire commune à l’instar des veines de charbon partagées par ces deux bassins. Pour mener une étude comparative pertinente, il aurait sans doute fallu choisir un bassin situé dans un État au code minier différent de ceux ayant cours en Belgique et en France. Je pense notamment à l’Angleterre, aux Pays-Bas et à l’Allemagne.

Au terme de l’exploitation croisée de cet ensemble documentaire original associé à un recours important à l’historiographie existante, j’ai donc rédigé la thèse de doctorat que je présente devant vous aujourd’hui. J’ai divisé le manuscrit en quatre chapitres répartis en deux parties ordonnées de façon chronologique.

La première se nomme « Aux racines de la logique extractiviste du charbon. Ses fondements, ses conséquences ». Elle porte sur la période allant de la seconde moitié du 18e siècle aux années 1860 et expose les conditions d’émergence de la logique extractiviste dans les territoires qui composent l’actuelle Belgique et le nord de la France. Cette période est celle durant laquelle le charbon acquiert une place centrale dans les politiques minières et dans le développement industriel des deux pays mais c’est aussi celle des premières interrogations relatives aux impacts environnementaux engendrés par son extraction. Un deuxième chapitre dresse une topographie relativement exhaustive de toutes les externalités minières produites par les charbonnages. Si certaines sont évidentes : terrils, affaissements, inondations, grisou ; d’autres étaient largement méconnues des historiens comme la séismicité induite, le radon ou les effondrements de puits.

La deuxième partie est intitulée « L’ère de l’extractivisme. Émergence et développement d’un problème environnemental majeur ». Elle porte sur les années 1870-1930 et est divisée en deux sous-périodes, l’une allant de 1870 à 1914, l’autre portant sur l’Entre-deux-guerres. Cette partie est consacrée à l’analyse de la période durant laquelle les dégâts miniers atteignent une ampleur inédite et deviennent un problème majeur pouvant compromettre la poursuite de l’extraction du charbon. J’y aborde le développement de la logique extractiviste et les diverses mesures législatives, les études scientifiques, et les rapports entre charbonnages, gouvernements et propriétaires de la surface relatifs aux dégradations environnementales causées par l’extraction du charbon.

Conclusions et apports

Ma thèse a d’abord contribué à mettre en lumière les nombreuses sources disponibles pour l’histoire environnementale des mines et qui étaient encore largement méconnues des historiens, notamment les dossiers relatifs aux affaissements miniers et les revues géologiques. Les perspectives ouvertes pour de futures études sont importantes et contribueront au développement de ce nouveau champ de recherche.

Grâce à ces sources, la thèse a contribué à une meilleure connaissance de l’histoire matérielle et culturelle de l’extractivisme et de ses impacts environnementaux au travers de l’exemple du charbon. Je distingue trois apports significatifs au terme de cette enquête :

  1. Le premier apport est d’avoir contribué à l’histoire des relations entre droit de propriété et politique économique des États. La thèse a souligné l’importance des rapports de force entre droit de propriété des miniers et droit des propriétaires de la surface dans toute analyse d’histoire minière. Le cadre légal de l’exploitation des mines commun aux deux pays explique en grande partie l’incapacité de la Belgique et de la France à répondre aux dégâts environnementaux causés par les charbonnages. Le système de la compensation et le refus des gouvernements à forcer les charbonnages à déposer une caution suffisante pour faire face aux dégâts jusque dans les années 1930 jouent à ce titre un rôle primordial. La compensation représente un « droit à démolir » pour les charbonnages. Tant que les dégâts causés à la surface sont réparables, soit matériellement, soit financièrement, les compagnies minières peuvent continuer à dévaster la surface. Ce droit n’est remis en cause qu’à de rares occasions comme à Liège en 1870 et à Gosselies et Mons dans les années 1930. En cela, je rejoins la plupart des conclusions émises par les historiens qui se sont intéressés aux pollutions industrielles et à l’application du décret de 1810 sur les établissements insalubres, incommodes et dangereux. La compensation est à la fois un droit à polluer pour les industries mais aussi un droit à démolir pour les mines.
  1. Le deuxième apport de la thèse est d’avoir enrichi nos connaissances sur la manière dont les questions énergétiques étaient gérées par les États aux 19e et 20e siècles. Elle a révélé les tensions qui parcourent les États belge et français entre d’une part, la nécessité d’assurer l’approvisionnement en charbon de la société, d’éviter la pénurie en en favorisant l’extraction et d’autre part, la promotion du respect de la propriété privée comme fondement de la société industrielle des 19e et 20e siècles. Partagés entre ces deux projets opposés, l’attitude des deux États oscille entre inertie et prises de mesure insuffisantes pour gérer la situation.

La foi de l’État et des ingénieurs des mines dans les solutions techniques explique également l’inaptitude des pouvoirs publics à gérer une crise écologique de grande ampleur. Des solutions précaires ont été trouvées aux problèmes engendrés par les affaissements miniers et les inondations d’origine minière dans le Valenciennois et le Couchant de Mons. Un système complexe et coûteux de stations de pompage a par exemple été installé dans ces bassins houillers le long de la Haine pour contenir les eaux mais si ce système venait à s’arrêter, des portions relativement importantes du Valenciennois et du Couchant de Mons pourraient se retrouver noyées sous parfois plusieurs mètres d’eau comme à Cuesmes et à Saint-Aybert.

La capacité des charbonnages à se jouer de ce cadre législatif et à influencer les gouvernements dans leurs prises de décision est à ce titre essentielle à comprendre. La thèse a démontré le poids du lobbying des charbonnages, qui sont bien conscients de la menace que les dégâts miniers (surtout leur coût) font peser sur la poursuite de leur activité, sur les gouvernements, notamment par le recours à des études scientifiques orientées et à la menace du chômage, du communisme et de la pénurie énergétique. Ce lobbying intensif a eu pour effet d’empêcher toutes mesures restreignant l’extraction du charbon et l’activité des compagnies minières et, au contraire, d’inciter les États à adopter des dispositions permettant la poursuite de l’extraction à tout prix, et de fait, l’extension des dégradations environnementales et à prendre d’autres mesures réduisant la capacité des propriétaires de la surface à demander réparation pour le dommage causé.

La thèse a aussi montré l’importance des savoirs géologiques et des techniques minières pour assurer la continuation de l’extraction du charbon. Sensibles aux difficultés rencontrées par les charbonnages, certains géologues ont entrepris de mener des études orientées dans le sens des charbonnages pour leur venir en aide. Ces études menées par ces « marchands de doute » pour reprendre le terme forgé par Naomi Oreskes et Erik Conway, ont joué un grand rôle dans certaines controverses portant sur l’origine minière de certains phénomènes. Entre autres, l’influence des travaux de Jules Cornet et de Jules Gosselet dans la controverse des séismes induits qui agite les bassins miniers du nord de la France et du Hainaut à la fin du 19e siècle et au début du 20e est cruciale. En réfutant systématiquement et de façon péremptoire toute explication impliquant l’extraction du charbon dans la survenue de ces séismes, particulièrement à Mons et dans la région de Douai, et en usant de leur autorité scientifique, ils ont contribué à étouffer un débat pourtant présent dans d’autres régions du monde. À l’inverse, l’action des géologues alliés aux charbonnages tels Charles Stevens, René Marlière ou Jules Bolle a permis de les dédouaner de leurs responsabilités dans la crise des inondations du Borinage et du Valenciennois dans les années 1920 et 1930 et à faire supporter le coût des travaux d’adaptation des cours d’eau par l’État et les communes.

  1. Enfin, ma thèse enrichit le débat qui anime les historiens environnementalistes autour de la notion d’Anthropocène. Les impacts environnementaux de l’extraction du charbon montrent que l’être humain a acquis entre les années 1870 et 1940, selon les commentateurs de l’époque, un statut similaire aux forces géologiques naturelles. C’est ce que pressentaient déjà le géologue Robert Sherlock en 1922 et Lewis Mumford dès les années 1930. L’extraction minière modifie profondément la géologie et la géomorphologie des territoires miniers. Dans les bassins houillers du Hainaut et du Nord-Pas-de-Calais, l’extraction du charbon bouleverse le relief, des pans entiers de la surface s’enfoncent de plusieurs mètres tandis que des collines artificielles semblables à des volcans sont créées. L’affaissement engendre ou aggrave les inondations et l’envahissement permanent par les eaux de parties importantes du Valenciennois et du Couchant de Mons, créant des plans d’eau artificiels. L’extraction cause même parfois des séismes, provoquant peu de dégâts mais frappant suffisamment les esprits pour remettre en cause la poursuite du projet extractif. Comment tolérer la présence d’une activité humaine étant capable d’engendrer des tremblements de terre ? Ce fut pourtant bel et bien le cas.

L’extractivisme charbonnier promu par les gouvernements belge et français pendant deux siècles, et surtout entre 1870 et 1940, a conduit à une déshumanisation de la Nature des territoires miniers. La Nature, l’environnement, le territoire apparaissent comme entièrement malléables aux volontés de la mine. Le sous-sol n’est perçu qu’en tant que stock de ressources exploitables à l’envi tandis que la surface apparaît comme une contingence inévitable dont il faut s’accommoder malgré tout aux yeux des miniers et des gouvernements. L’extraction prime sur la préservation de la surface et de ses habitants. L’extraction prévaut sur toute autre considération, au nom de l’intérêt général et du bien collectif. Je n’hésite pas à affirmer, au terme de cette recherche richement documentée, que jusqu’à la Seconde guerre mondiale, les bassins houillers sont considérés par les charbonnages et par les gouvernements comme des « zones de sacrifice » dont l’avenir après l’arrêt de l’exploitation du charbon importe peu.

L’insoutenabilité du système charbonnier dans le Nord-Pas-de-Calais avait déjà été démontrée par Guy Baudelle et Francis Meilliez. Je dois conclure comme eux, en ajoutant au nord de la France le cas belge, que, lorsqu’on aborde le secteur minier et les industries extractives, la possibilité d’un développement soutenable est impossible sauf si la législation minière et le droit de propriété sont strictement appliqués or ce ne fut pas le cas. L’histoire minière du Valenciennois et du Couchant de Mons laisse à penser que le système minier ne peut se développer et croître qu’en accumulant une dette écologique dont il se sait pertinemment incapable de rembourser. Au final, ce sont les États qui ont du se charger de l’après-mine avant et après 1940. Les charbonnages n’ont été que rarement inquiétés et n’ont pas eu à assumer les conséquences de leurs actes, ou si peu. Pour le profit que quelques-uns, des territoires entiers ont été dégradé et doivent gérer un héritage environnemental grevant la surface pour une période plus longue que celle de l’extraction.

Cette enquête est cependant loin d’être terminée et je souhaite la poursuivre dans deux directions bien éloignées du charbon mais liées étroitement à la mine et au sous-sol. Ma première idée est de continuer l’analyse historique de l’extractivisme minier en me concentrant sur les autres matières extraites des sous-sols belge et français. J’essaie de m’y employer actuellement en menant des recherches sur les exploitations minières artisanales de fluorite et de baryte qui étaient présentes dans la région de Couvin et de Givet durant une large partie du 20e siècle. Une enquête de micro-histoire environnementale sur ces petites mines pourrait contribuer au débat actuel sur le small-scale mining. Mon second projet dépasse le cadre du milieu extractif et vise à produire une histoire environnementale générale du monde souterrain en tant qu’environnement artificiel, lieu de vie et de survie, source de richesses et objet culturel. Il s’agit surtout d’interroger les imaginaires du sous-sol. Une telle étude s’avère cruciale pour comprendre l’intérêt de nos sociétés contemporaines pour le sous-sol, que ce soit pour y entreposer nos déchets nucléaires ou le CO2 responsable du changement climatique, pour construire des lieux de vie ou des systèmes techniques censés nous protéger des aléas naturels ou pour extraire les matériaux et l’énergie nécessaires à la transition écologique et énergétique.

Je vous remercie de votre attention.


Kevin Troch

Docteur en histoire environnementale de l'Université de Lille (IRHiS) et de l'Université de Namur (PolleN).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *