Les mines de fluorite des Ardennes

Lorsqu’on évoque les mines du nord de la France ou de Belgique, on pense surtout aux charbonnages, parfois aux mines de fer et aux ardoisières, rarement aux autres matières minérales. Dans les Ardennes belges et françaises, aux environs de la Pointe de Givet, plusieurs mines et carrières d’extraction de la fluorite ont été actives entre les années 1870 et les années 1970.

Si ces exploitations sont demeurées relativement modestes, en aborder l’histoire environnementale permet de rejoindre certaines questions qui agitent actuellement l’historiographie minière au sujet des mines artisanales et de la possibilité de voir les mines à nouveau s’ouvrir en France et en Belgique pour répondre aux besoins en minéraux et métaux de la transition « numérique » et « énergétique ». [PITRON, 2018]

La fluorite

La fluorite (ou fluorine ou spathfluor) est un minéral relativement abondant à travers le monde. On le trouve dans de nombreux gisements hydrothermaux ainsi que dans les roches sédimentaires. C’est un fluorure de calcium (CaF2) aux nombreuses applications industrielles.

Les cristaux sont généralement cubiques et peuvent présenter différentes couleurs: violet (la plus fréquente), vert, bleu, jaune, rose, etc. La fluorite peut également être incolore lorsqu’elle est pure.

Fluorine de Valzergues, Aveyron, France.

Très appréciée des collectionneurs pour la beauté et l’éclat de ses cristaux, la fluorite a des applications industrielles importantes. Elle intervient dans la verrerie et l’optique, permet la production d’acide fluorhydrique et de produits fluorés dérivés comme le fluorure d’aluminium à partir duquel on obtient l’aluminium métallique. Toutefois, durant la période et la zone géographique qui nous intéressent, les Ardennes entre les années 1870 et 1970, la fluorine sert de fondant dans la métallurgie. La fluorite mélangée avec un minerai permet d’en abaisser le point de fusion. Agricola mentionne déjà cette propriété dans son Bermannvs sive de re metallica dialogus publié en 1530.

Fluorine rose, Mont-Blanc, Haute-Savoie, France.

Exploitations artisanales des Ardennes

L’utilisation intensive de la fluorite comme minéral industriel remonte au 19e siècle. Avant cela, la fluorine a un intérêt principalement ornemental et ce depuis le Magdalénien (-17000 à -12000) [JUNGELS et GOEMAERE, 2007]. À partir des années 1820, des applications industrielles sont menées sur la fluorine. Dans la métallurgie, l’essor de l’utilisation de la fluorine comme fondant débute dans les années 1860-1880.

Dans les Ardennes, surtout dans la région que j’ai exploré entre Doische et Givet, l’industrie métallurgique fait partie du paysage économique jusque dans les années 1950-1960. La région est riche en gisements de fluorine. La plupart des dépôts se trouvent dans la partie centrale du synclinorium de Dinant, soit une zone de 50 kilomètres de long sur 5 kilomètres de large. La fluorite est associée avec de la calcite, des galènes et de la baryte.

Certains entrepreneurs miniers choisissent de mettre en valeur ces gisements afin de fournir le minéral aux maîtres de forges.

La mine principale de cette zone se trouve à Foisches dans le bois de Bois-le-Duc. Il s’agit d’un petit monticule calcaire et boisé situé à proximité du cimetière municipal. Ce mamelon fait partie de la Réserve naturelle de la Pointe de Givet.(toute collecte de minéraux y est interdite). Les cristaux de fluorine y sont généralement violet et parfois vert.

Plan de la mine de fluorite de Bois-le-Duc, Foisches, dressé par un technicien allemand en 1941 (Source: VOISIN L., « La fluorine dans les Ardennes« , in « Bulletin de la Société d’histoire naturelle des Ardennes« , 1989, p. 31).

L’exploitation s’y est effectuée de manière intermittente entre 1870 et 1970. En 1871, l’entrepreneur Charles Pierrard, de Gimnée, demande l’autorisation au maire de Foisches pour faire ramasser les morceaux de spath fluor qui se trouvent dans le petit bois près du village afin de s’assurer s’il en existe un gisement. Le Conseil municipal accepte et fixe dans sa séance du 16 mars 1871 à 80 mètres cubes le minimum à extraire annuellement (et à taxer).

L’exploitation est peu rentable. Pierrard se contente de ramasser la fluorine en surface et cesse son activité en 1874. En trois ans de recherche, seulement 114 mètres cubes de fluorine ont été extraits.

Il faut attendre l’Entre-deux-guerres pour que l’extraction se poursuive. En 1928, le briquetier Charles Goffette reprend l’exploitation. Il découvre quatre filons et entre 1928 et 1932, plusieurs centaines de tonnes sont extraites de la mine de Foisches.

Cristaux de fluorite de Bois-le-Duc (Source: Mindat.org)

En 1932, la production est exceptionnelle et atteint les 450 tonnes. Cela incite Goffette à demander une extension de concession. Elle lui est accordée en 1933. Il prévoit d’extraire le minerai en surface et en souterrain. Une entreprise est même créée, la « Société des Carrières de fluorine de Foisches ».

Entre 1933 et 1937, l’extraction se poursuite. Deux chantiers sont ouverts, dix ouvriers travaillent à l’extraction et treize autres sont employés au broyage, au lavage et au tri du minerai. Plusieurs centaines de tonnes sont produites par an mais en 1937, le site est abandonné, sans raison connue.

Bâtiment des compresseurs de la mine de Bois-le-Duc, Foisches (Source: VOISIN L., 1989, p. 30).

Pendant la guerre, l’exploitation se poursuit entre 1941 et 1942 puis le site est repris entre 1946 et 1950. Il reste alors une cinquantaine de mètres de galeries souterraines, quelques constructions destinées aux machines et une surface à l’aspect anarchique.

L’exploitation est alors plus modeste qu’auparavant: le concessionnaire et un ou deux ouvriers. La production n’atteint que quelques dizaines de tonnes par an. De plus, à partir de 1959, l’exploitation ne se fait plus qu’à ciel ouvert à la suite de l’effondrement des galeries souterraines.

L’extraction cesse définitivement en 1972. La municipalité de Foisches met définitivement un terme aux entreprises extractives sur son territoire à cause des nuisances sonores et environnementales engendrées par les Carrières de Pierre bleue de Givet dont souffrent les habitants. La municipalité rejette une demande de permis déposée en 1975 par la S.A. Syndem (Syndicat international pour le développement de l’industrie minière). Bois-le-Duc et l’ancienne mine sont classés réserve naturelle depuis 1999, empêchant toute possibilité d’extraction future.

Dans la région, d’autres mines de moindre importance ont été exploitées. Ce fut le cas à Rancennes/Fromelennes (qui font également partie de la Réserve naturelle de la Pointe de Givet) ainsi qu’entre Doische et Gimnée en Belgique. Dans cette dernière localité, une mine souterraine a été creusée dans un bois durant la Seconde guerre mondiale pour extraire la fluorite.

Plan du Trou de la Fluorine à Doische (Source: « Echokarst », n° 49, octobre 2002, p. 5)

Une galerie d’une cinquantaine de mètres de long a été percée et plusieurs tonnes de fluorine ont sans doute été extraites. Dans les années 1950, la mine est abandonnée et ne semble pas avoir été à nouveau exploitée. De nos jours, la galerie est classée en tant que zone d’intérêt naturel et géologique par la Région Wallonne.

L’entrée de la mine de Doische (Photo: Kevin Troch)

Ce qui reste. Les impacts environnementaux des mines artisanales

Bien que les mines de fluorite soient fermées depuis des décennies, les traces de l’extraction subsistent : puits, galeries, friches et ruines, crassiers et déchets d’exploitation sont toujours visibles.

À Doische/Gimnée, la galerie est toujours ouverte. Autour de celle-ci se trouvent de petits monticules, les crassiers. La zone est parsemée de pierres, les déchets d’exploitation. Plusieurs dépressions sont également visibles et signale plusieurs sondages de prospection mené pour délimiter le gisement de fluorine. On trouve autour de la mine, dans les crassiers et les rebus des cristaux de fluorine, de quartz et de calcite.

À Foisches, les traces de l’exploitation de fluorine sont encore bien visibles dans le bois de Bois-le-Duc. Des ruines accueillent le visiteur sur le sentier traversant la zone. En se promenant, on croise des crassiers, des haldes, des cônes et entonnoirs d’exploitation, des tranchées d’extraction et des puits rebouchés. La Nature efface peu à peu les traces de la mine mais le paysage est tout de même bouleversé pour plusieurs générations.

Les ruines du bâtiment principal de la mine de Foisches (Photo: Kevin Troch)

 

Un ancien puits remblayé (Photo: Kevin Troch

 

Une tranchée d’exploitation (Photo: Kevin Troch)

 

À Rancennes/Fromelennes, les déblais de la mine ainsi que les galeries d’accès témoignent de l’activité passée.

Déblais de la mine de Fromelennes (Source: Mindat.org)

À Foisches, comme le montre la vue aérienne reproduite ci-dessous, la nature a repris ses droits. Sur la photo aérienne prise entre 1950 et 1970, on voit les tranchées parcourant le bois. Il s’agit des traces de la mine. Sur l’image satellite actuelle, la forêt a effacé ces cicatrices. Par contre, les bâtiments, les puits et les tranchées creusés durant la période d’exploitation ainsi que les crassiers et les déblais marquent encore profondément de leur empreinte Bois-le-Duc.

 

 

A gauche, Bois-le-Duc, le site de la mine de Foisches, de nos jours; à droite, Bois-le-Duc dans les années 1950-1960. On voit bien les tranchées effectuées dans le bois pour les besoins de l’exploitation (Source: Remonter le Temps, site web de l’Institut national de l’information géographique et forestière, France). 

Vue LIDAR de Bois-le-Duc. On voit très bien les tranchées et galeries superficielles parcourant le bois (Source: Géoportail de la Région Wallonne)

Ça et là, des deux côtés de la frontière, on observe des traces de « grattage » effectuées par des minéralogistes désireux de trouver des cristaux pour leur collection.

Ces petites mines artisanales et leurs impacts environnementaux, bien que limités géographiquement, ouvrent la réflexion sur des thématiques plus larges. La question des petites mines et des mines artisanales constitue un enjeu majeur pour le secteur minier en ce début de 21e siècle. Les impacts environnementaux et sociaux de ces mines sont parfois lourds de conséquences pour les territoires au sein desquels ces exploitations sont actives. L’accroissement de la demande en minéraux et métaux précieux (tanzanite, or, argent), utiles à l’industrie (cobalt, vanadium, fluorite, baryte, etc.) ou même pour satisfaire à la mode des cristaux de soin (voir cet article à ce sujet) entraîne une expansion des petites mines artisanales. Il est à ce titre essentiel pour les historiens de s’impliquer dans cette question et de mener des recherches sur le sujet comme cela a été souligné dans un ouvrage collectif édité par Kuntala Lahiri-Dutt [LAHIRI-DUTT, 2018]. Loin de se cantonner à des zones extra-européennes, le small-scale and artisanal mining a été une réalité en Belgique et en France et pourrait, peut-être, le devenir à nouveau…

Fluorite bleue de la mine La Barre, Puy-de-Dôme, France (Photo: Kevin Troch)

Bibliographie indicative

 

JUNGELS C. et GOEMAERE E., La fluorite: une matière première inhabituelle en Préhistoire, in Notae Praehistoricae, t. 27, 2007, p. 27-39.

LAHIRI-DUTT K., éd., Between the Plough and the Pick. Informal, artisanal, and small-scale mining in the contemporary world, The Australian National University Press, Acton, 2018.

PITRON G., La guerre des métaux rares. La face cachée de la transition énergétique et numérique, Les Liens qui Libèrent, 2018.

SCHULZ K. J., DEYOUNG J.H., SEAL, R.R., BRADLEY D.C., eds., Critical mineral resources of the United States. Economic and environmental geology and prospects for future supply, USGS, Professional Paper 1802, 2017.

VOISIN L., La fluorine dans les Ardennes, in Bulletin de la société d’histoire naturelle des Ardennes, 69, 1989, p. 27-33.


Kevin Troch

Docteur en histoire environnementale de l'Université de Lille (IRHiS) et de l'Université de Namur (PolleN).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 07/10/2018

    […] “Les mines de fluorite des Ardennes” by Kevin […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.