La petite histoire des minéraux #1 : la rhodochrosite, la Rose de l’Inca

Chère lectrice, cher lecteur,

Pour ce premier billet de la série « la petite histoire des minéraux », je te présente un minéral que j’apprécie tout particulièrement pour sa beauté : la rhodochrosite, la Rose de l’Inca.

Stalactite de rhodochrosite des Capillitas, Argentine (source: Mindat.org)

Caractéristique

La rhodochrosite est un carbonate de manganèse dont la formule chimique est MnCO3. C’est un minéral rare des pegmatites (roches magmatiques à grands cristaux) de la même famille que la calcite. Elle se forme généralement dans les filons polymétalliques et dans les gisements de manganèse. C’est ce dernier qui lui donne sa couleur allant du rose pâle au rouge sang.

Comme la plupart des carbonates, il se forme par précipitation et par concrétion. On le trouve ainsi sous forme d’encroûtements, de stalactites et de stalagmites.

Stalactites de rhodochrosite des Capillitas, Argentine

Histoire 

La rhodochrosite est exploitée par les Incas dès le 13e siècle et est utilisée comme pierre décorative. Les Incas pensaient qu’il s’agissait du sang pétrifié de leurs ancêtres.

La légende raconte que le guerrier Tupac Canqui et la prêtresse du Soleil Ñusta Ajita s’enfuirent du lac Titicaca pour vivre leur amour librement. Ils se cachèrent près du Salar de Pipanaco (désert de sel situé actuellement en Argentine).

À leur décès, leurs corps furent changés en pierres sur lesquelles poussèrent des pétales de sang cristallisé semblable à ceux d’une rose. Un berger passant à proximité des corps cueillit les roses et les apport à l’Inca. Ce dernier accepta l’offrande et pardonna aux amants de lui avoir désobéi.

Des stalagmites de rhodochrosite, illustration des deux corps pétrifés de Tupac Canqui et Nusta Ajita (Source: Mumin, Museo de Minerales, Argentine)

Après la chute de l’Empire Inca au 16e siècle, la rhodochrosite cesse d’être exploitée. Au 17e siècle, les mines des Capillitas en Argentine sont exploitées par les Jésuites, puis, dès 1850 par des compagnies anglaises et argentines avant d’être exploitées par la dictature militaire à partir de 1976.

Rhodochrosite de la carrière Rivet, Tarn, France (source: Mindat.org)

On la trouve cependant hors d’Amérique du Sud. En Europe, la rhodochrosite est étudiée par les minéralogistes dès le 18e siècle. Elle est décrite en 1782 par le minéralogiste allemand Bergmann comme du « manganèse oxydé par l’acide aérien » dans son ouvrage « Sciagraphia regni mineralis« . L’abbé Hauÿ la nomme « manganèse oxydé carbonaté » dans son « Tableau méthodique des espèces minérales » publié en 1806. C’est cependant le géologue Johan Hausmann qui lui donne son nom définitif en 1813 dans son « Handbuch der Mineralogie« . Il utilise les termes grecs « rhodon » (rose) et « chros(is) » (couleur) pour appeler la rhodochrosite.

La rhodochrosite est utilisée du 19e siècle jusqu’au début du 20e siècle comme source mineure de manganèse. Le manganèse étant utilisé dans la métallurgie pour rendre le fer, l’acier et les alliages métalliques plus résistants.

La rhodochrosite est (ré)utilisée comme minéral de collection et dans la joaillerie au début du 20e siècle. La rhodochrosite d’Argentine est remise à la lumière du jour par le géologue allemand Alfred Stelzner. Ce dernier enseigna la minéralogie et la géologie à l’Université de Cordoba (Argentine) entre 1871 et 1874. Durant son exploration des Capillitas, il relève la présence de stalactites et de stalagmites de rhodochrosite dans les anciennes mines. Il publie le résultat de ses recherches en 1876 dans son  « Beiträge zur Geologie und Palaeontologie der Argentinischen Republik ». Ce n’est cependant qu’à partir des années 1930 qu’elle devient un minéral de collection et de bijouterie dans le reste du monde.

Stalactite de rhodochrosite des Capillitas, Argentine (source: Mindat.org)

Franz Mansfeld, un explorateur allemand, découvre un exemplaire de rhodochrosite au Musée La Plata de Buenos Aires en 1934. Il obtient un échantillon qu’il fait polir. À son retour en Europe, il fait part de sa découverte au British Museum et se rend compte que la rhodochrosite est rare. Il retourne en Argentine en 1937 et en explorant les Capillitas, il découvre une tombe Inca contenant des bijoux en rhodochrosite. C’est à ce moment qu’il la surnomme la « Rosa del Inca« . Il réussit à acquérir plusieurs tonnes du minéral et crée un atelier de polissage pour la transformer en parure, bijou et ornement. En août 1938, il expose plusieurs de ses créations à la Foire internationale de Leipzig. Le public est enthousiasmé par la rhodochrosite. Celle-ci devient un minéral de collection très convoité (et l’est encore). Franz Mansfeld relate sa découverte et l’intérêt de la rhodochrosite dans un ouvrage paru en 1943 « En busca de la Rosa del Inca ». En bijouterie, la rhodochrosite est rare car elle a une dureté faible et se clive facilement. On la trouve surtout sous forme polie, en tranche ou en boule. Elle est très rarement utilisée comme pierre gemme.

Mansfeld Franz, « En busca de la Rosa del Inca », 1943

Gisements et mines

On trouve la rhodochrosite un peu partout à travers le monde et principalement dans les gisements de manganèse et d’étain-wolfram. Elle est rarement exploitée pour elle-même et fait partie des minéraux secondaires que remontent à la surface les compagnies minières. Plusieurs mines sont célèbres pour les cristaux de rhodochrosite qu’on y trouve.

La mine de manganèse N’Chwaning II située en Afrique du Sud est ouverte depuis 1974.

Le puits n° 2 de la mine de manganèse N’Chwaning, Afrique du Sud (Source: Cape Minerals)

Après deux ans d’exploitation, à une profondeur de 30 à 40 mètres, les mineurs tombent sur de magnifiques cristaux de rhodochrosite. Ceux-ci sont pointus et en scalénoèdres et présentent une couleur rouge sang éclatante et une grande transparence.

Des cristaux de rhodochrosite de la mine de N’Chwaning (Source: Mindat.org)

La mine Sweet Home située au Colorado est exploitée dès 1873 pour en extraire de l’argent. Elle a produit peu d’argent et est particulièrement connue pour les cristaux rhomboédriques de rhodochrosite qui s’y trouvent. Entre 1991 et 2005, une société spécialisée dans les minéraux de collection en assure l’exploitation. Depuis cette date, la mine est fermée.

Cristaux de rhodochrosite sur sphalérite de la mine Sweet Home, Colorado (Source: Mindat.org)

Le Pérou est une autre source majeure de rhodochrosite. De la fin des années 1970 jusqu’aux années 1980, la mine Huallapon de Pasto Bueno a fourni de beaux spécimens roses, translucides et transparents, associés à des cristaux de quartz en aiguilles.

Rhodochrosite de la mine Manuelita, Morococha, Pérou (Source: Mindat.org)

En Argentine, dont la rhodochrosite est la pierre nationale, le minéral est exploité sous forme de stalactites à Capillitas. Débitées en tranches puis polies, les cristaux deviennent surtout des objets décoratifs et de bijouterie. Ce gisement est le principal fournisseur de rhodochrosite de gemmologie.

Mine de rhodochrosite des Capillitas, Argentine

La Chine comporte de nombreux gisements et fournis les plus gros cristaux de rhodochrosite découverts à ce jour (jusqu’à 30 centimètres).

Rhodochrosite, fluorite et quartz, mine Wutong, Chine (Source: Mindat.org)

Enfin de nombreuses mines européennes fournissent de la rhodochrosite, généralement rose comme les mines roumaines de Cavnic, Baia Sprie, Baiai de Aries et Sacaramb, toutes situées dans le judet de Maramures.

Rhodochrosite de la mine de Cavnic, Maramures, Roumanie (Source: Mindat.org)


Kevin Troch

Docteur en histoire environnementale de l'Université de Lille (IRHiS) et de l'Université de Namur (PolleN).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.