La petite histoire des minéraux #2 : l’améthyste, la pierre vertueuse

Pour ce deuxième billet de « La petite histoire des minéraux », je te propose, chère lectrice, cher lecteur, de nous intéresser à l’améthyste, la pierre vertueuse.

Tranche polie d’une stalactite d’améthyste, Mine Artigas, Uruguay (Source: Mindat.org)

Caractéristiques

L’améthyste est une variété de quartz de couleur violette à mauve. Cette couleur est due à l’irradiation du cristal, à la présence de fer ou d’autres éléments dans les cristaux. De la famille des silicates, sa formule chimique est SiO2 (dioxyde de silicium).

Améthyste et calcite de la mine Artigas, Uruguay (Source: Mindat.org)

Elle est considérée comme une pierre semi-précieuse et est utilisée comme pierre de joaillerie et minéral de collection.

Elle présente parfois des inclusions qui en modifient la couleur. Par exemple, on peut trouver des améthystes rouges à cause des inclusions d’hématite présentes dans les cristaux.

Améthyste avec inclusions d’hématite, Blue Point Amethyst Mine, Ontario, Canada (Source: Mindat.org)

Sa couleur peut être modifiée en la chauffant ou en l’exposant aux rayons UV. Quand elle est chauffée à 300-400 °C, elle adopte une coloration jaune-orange. Elle ressemble alors à la citrine (une variété de quartz jaune), d’où de nombreux problèmes de contrefaçon. Le traitement aux UV estompe au contraire la couleur.

Une améthyste exposée à différent traitement. En haut à gauche, l’améthyste mauve naturelle. En haut à droite, une partie décolorée exposée à des UV. En bas à droite, une partie jaune qui a été chauffée (Source: Mindat.org)

Histoire

L’améthyste est connue et utilisée depuis l’Antiquité (et sans doute bien avant). Les Égyptiens l’utilisaient sous forme de bijoux et d’amulettes de protection.

En Grèce antique, l’améthyste est considérée comme une pierre protégeant de l’ivresse. Sa couleur évoquant celle du vin coupé à l’eau, ils la nommèrent « amethustos » ce qui signifie « pas intoxiqué » et par extension « sobre, pas ivre ». Pour que la pierre agisse, il fallait mettre une améthyste dans sa bouche ou en porter un morceau sur soi.

 

Intaille en améthyste représentant l’empereur romain Caracalla, 212 PCN (Cabinet des Médailles, Bibliothèque nationale de France)

L’améthyste aurait donc le pouvoir de protéger des passions et de permettre à son porteur de garder son sang-froid. Les Romains perpétuent ces croyances. Dans le livre XXXVII de son Histoire naturelle (77 PCN), Pline l’Ancien parle de l’améthyste:

Je vais parler des pierres rouges. La première place à l’améthyste. […] Certains préfèrent les appeler « pierres de l’amour », […] d’autres « paupières de Vénus ». […] Les mages tiennent des propos ineptes à son sujet: ils garantissent qu’elle permet de résister à l’ivresse et que son nom vient de cette propriété. Si les mots « lune » et « soleil » sont gravés sur une améthyste suspendue autour du cou, avec des poils de babouin et des plumes d’hirondelle, elle vous préserve des maléfices. […] Ma conviction intime est qu’ils se moquent du monde !

Les lapidaires médiévaux indiquent aussi les propriétés fabuleuses de l’améthyste. Par exemple, dans le lapidaire apocalyptique de Philippe de Thaon rédigé au 12e siècle, l’améthyste est décrite ainsi:

L’améthyste est pourpre comme une goutte de vin rouge, ou comme une rose colorée par la rosée du matin. Il émane de la pierre une modeste lueur de flamme mêlée de rouge; elle ne perd rien à être chauffée: elle peut ressembler alors au vin rouge. Cette pierre possède de grandes vertus, comme nous l’apprennent les livres. Celui qui la portera chastement plaira à Dieu et aux hommes, le diable ne lui nuira jamais; il ne verra jamais de fantôme, ne fera jamais de cauchemar, ne sera pas assailli par des terreurs ni des créatures nocturnes; il n’aura jamais d’ulcère ni de fièvre. Il ne mourra jamais sans confession et sa richesse augmentera. Son seigneur ne le détestera jamais, il vaincra ses ennemis, ne sera jamais trahi ni trompé et n’ira jamais longtemps en prison. Celui qui vénérera la pierre n’aura pas la vue qui baisse et son teint s’améliorera. Son cheval ne sera pas blessé ni ensorcelé; l’animal ne sera jamais atteint de colique, d’inflammation ni d’angine.

Les Chrétiens adaptent les croyances liées à l’améthyste à la foi catholique. L’améthyste devient la pierre du haut clergé. Les évêques la portent sertie dans une bague. Associée au Christ, l’améthyste est censée les préserver des passions humaines et garantir leur chasteté.

Anneau épiscopal en améthyste, 18e siècle (Source: Wikimedia Commons)

 

L’améthyste est également une des douze pierres divines servant de fondation à la Jérusalem céleste.

 

Représentation de la Jérusalem céleste et de ses fondations de pierres précieuses, 14e siècle (« Apocalypse de 1313 », Paris, Bibliothèque nationale de France, ms.fr. 13096, fol. 81, in GONTERO-LAUZE V., « Les pierres du Moyen Âge », Paris, Les Belles Lettres, 2016, p. 23).

À la fin du Moyen Âge et à la Renaissance, l’améthyste devient la pierre de la royauté. Symbole d’humilité et de modestie, elle doit permettre aux monarques de régner avec justesse et les préserver des émotions et des passions pouvant altérer leur jugement.

Le symbolisme lié à l’améthyste se retrouve au 19e siècle et encore aujourd’hui. Presse-papier en serpentine et en marbre. L’améthyste a été taillée pour former une grappe de raisins (Fersman Mineralogical Museum, Source: International Gem Society).

Enfin, c’est au 16e siècle que la légende de Bacchus et Améthyste est forgée par le poète Rémy Belleau. Belleau imagine en 1576 un poème mythologique intitulé L’améthyste, ou Les Amours de Bacchus et d’Améthyste. Dans ce poème, Bacchus tombe éperdument amoureux d’Améthyste, une jeune servante qu’il croise sur le chemin du Temple de Diane. Améthyste se refuse à lui. Vexé, Bacchus jure de se venger et lance à la poursuite d’Améthyste ses deux tigres. Alors que ceux-ci s’apprêtaient à attaquer la jeune femme, la déesse Diane intervint. Pour lui épargner un sort funeste, elle transforme Améthyste en une pierre claire et transparente. Immédiatement saisi de remords, Bacchus, pour se purifier de son méfait, verse son verre de vin sur la pierre, lui donnant une couleur mauve profonde.

Gisements et mines

L’améthyste est relativement abondante depuis la découverte au début du 20e siècle des riches gisements de géodes d’améthyste dans l’Etat brésilien du Minas Gerais ainsi que les importantes mines d’Artigas en Uruguay.

Géodes d’améthyste dans le basalte, mines de Wanda, Iguazù, Misiones, Argentine (Source: Mindat.org)

On en trouve des gisements sur l’ensemble du globe. L’améthyste peut être exploitée dans des mines et carrières à ciel ouvert ou dans des mines souterraines.

L’intérieur de la mine d’améthyste et d’amétrine d’Anahi, Bolivie (Source: Gemological Institute of America)

Elle se présente généralement sous forme de poches, de stalactites, de stalagmites, de géodes ou en mur de cristaux.

Extraction d’une « cathédrale » d’améthyste (géode), mine Ametista do Sul, Brésil (Source: Mindat.org)

Une fois extraite, les cristaux sont débités, nettoyés puis vendus comme minéral de collection ou pierres de joaillerie.

Des cristaux d’améthyste exposés au jour après avoir enlevé les morts-terrains les surplombant. Purple Haze Amethyst mine, Ontario, Canada (Source : Mindat.org)


Kevin Troch

Docteur en histoire environnementale de l'Université de Lille (IRHiS) et de l'Université de Namur (PolleN).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.