La petite histoire des minéraux #3: Topaze bleue ou topaze jaune ?

A la fin du mois d’août, j’avais posé une question sur Twitter. Je souhaitais savoir à quelle couleur les gens associent la topaze. Les votants avaient le choix entre bleu, jaune, rose ou “une autre couleur”. 173 personnes ont participé au sondage. La majorité des votants ont dit “bleu” et “jaune” et c’est finalement le bleu qui l’a emporté.

Mais saviez-vous que cette association du bleu à la topaze est récente et ne se développe qu’à partir des années 1960-1970 ? Non ? Et bien c’est l’heure d’entrer dans le monde merveilleux de l’histoire des cristaux…

La topaze

La topaze est un silicate d’aluminium contenant du fluor. Sa formule chimique est Al2SiO4(F,OH)2   

Topaze jaune, Topaz Mountain, Utah, USA (Source: Mindat)

On la trouve principalement dans les pegmatites (des roches magmatiques) et les veines de quartz. Elle peut former des cristaux de grandes dimensions, de l’ordre du centimètre, et présenter de nombreuses couleurs (jaune, bleu, rose, orange, etc.) ou être incolore. La topaze est surtout utilisée en joaillerie et occupe une place de choix dans les collections minéralogiques.

La topaze est présente dans chaque partie du monde mais les principaux gisements actuels se trouvent au Brésil dans l’Etat du Minas Gerais.

Jaune ou bleu ? Petite histoire d’un changement de perception


La topaze est connue depuis l’Antiquité. Pline l’Ancien parle dans le livre XXXVII de son Histoire naturelle de la melichryse, une pierre de miel et d’or. C’est la topaze jaune. Cette association du jaune à la topaze se retrouve aussi dans les lapidaires médiévaux ainsi que dans l’imaginaire collectif.

Par exemple, dans le Lapidaire de Cambridge, un traité sur les pierres rédigé en vers datant des 13e-14e siècles, la topaze est décrite comme :

Une gemme extraordinaire. Sa couleur est très rare: elle est si claire et si raffinée qu’elle se confond presque avec l’or. (vers 331-336)

Dans les lapidaires, la topaze (=stopacis sur la photo) est toujours décrite comme jaune dorée ou jaune pâle. C’est lié d’abord au fait que sous le terme «topaze» sont comprises les topazes jaunes, mais aussi les autres cristaux jaunes connus au Moyen Âge : citrines, saphirs jaunes, etc.

Les pierres précieuses, in Breviari d’Amor, manuscrit catalan du 14e siècle (British Library, Yates Thompson 31).


Cette association de couleur est aussi due aux gisements exploités à un moment donné. Durant l’Antiquité, les topazes, principalement jaunes, viennent d’Orient et transitent par l’île de Topazios (aujourd’hui Zabargad) située dans la Mer Rouge. Cette île est aussi connue pour ses péridots jaunes-verts. 

L’île de Zabargad, appelée Topazios durant l’Antiquité, était la plaque-tournante du commerce de topazes jaunes (Source: Wikimedia Commons)


Au Moyen-Âge, la majorité des topazes d’Europe proviennent d’Allemagne et principalement de la falaise du Schneckenstein en Saxe. Or les topazes de ce gisement sont jaunes à jaunes pâles. L’association de la couleur jaune à la topaze perdure dès lors jusqu’aux Temps modernes.

La falaise du Schneckenstein en Saxe, Allemagne, source principale des topazes européennes au Moyen Âge (Source: Mindat).


La plupart des topazes connues jusqu’aux 17e-18e siècles sont en effet jaunes. Ce qui fait que dans l’imaginaire une topaze est considérée comme jaune. Par exemple, pour le médecin et minéralogiste flamand Anselme de Boodt, il ne fait aucun doute que la topaze est une pierre dorée ou incolore. Pour lui, il en existe deux sortes, les Orientales et les Européennes. Dans son traité Gemmarum et lapidum historia publié en 1609 et traduit en français en 1644 sous le titre Le parfaict joaillier, ou histoire des pierreries, il parle de la gemme en ces mots:

Anselme de Boodt, Le parfaict joaillier, ou histoire des pierreries, Lyon, 1644, p. 267.

La découverte de plusieurs gisements de topazes bleues au 17e et surtout au 18e siècle va poser les bases d’un changement de perception. Au 17e siècle, les topazes bleues d’Adun Chilon, en Sibérie, sont connues, décrites et appréciées par les collectionneurs en Europe. Néanmoins, ce sont toujours les topazes jaunes germaniques qui prédominent en joaillerie.

Une topaze jaune du Schneckenstein, Saxe (Source: Mindat).

La découverte aux 18e et 19e siècles de gisements importants de topazes bleues au Brésil va lancer leur mode en Europe. Mais la plupart des cristaux bleus sont pâles ou abîmés par l’extraction. Peu de spécimens sont finalement utilisés par les bijoutiers. La topaze est encore pour quelques temps, une pierre de joaillerie principalement jaune.

Topaze bleue de la mine Xanda, Virgem da Lapa, Minas Gerais, Brésil (Source: Mindat)

Dans les années 1960, une technique est trouvée pour donner aux nombreuses topazes incolores ou bleu pâle un magnifique bleu semblable à l’aigue-marine ou au saphir. En irradiant le cristal de rayons gamma puis en le chauffant, le cristal vire au bleu.

Différentes topazes. En haut à gauche, une topaze incolore naturelle. En haut à droite, deux topazes bleues. Leur couleur résulte d’une irradiation et d’un chauffage (Source: Geology.com


Le marché des gemmes taillées est inondé de topazes bleues à partir des années 1970 lorsque les gisements brésiliens révèlent leur potentiel et que le procédé d’irradiation est affiné. Ces topazes ont un grand succès car elles sont bon marché par rapport aux autres gemmes bleues comme le saphir ou l’aigue-marine. Dans les bijouteries, la topaze bleue remplace rapidement la topaze jaune.

Cette couleur bleue est obtenue artificiellement. La majorité des bijoux contiennent des topazes incolores qui ont été traitées pour devenir bleues. Or, la plupart des gens, hormis les spécialistes, connaissent la topaze en se rendant dans les bijouteries et en y voyant les topazes bleues artificielles qui y sont vendues. Il s’opère selon moi, un glissement de perception dans le courant de la seconde moitié du 20e siècle. La topaze devient une pierre bleue dans l’imaginaire collectif alors qu’en réalité, la topaze bleue est une rareté. Une étude quantitative sérieuse devrait confirmer cette hypothèse.

Au final, l’association du jaune à la topaze cesse d’être évident pour une bonne partie d’entre nous à partir des années 1960-1970. Désormais, c’est au bleu obtenu artificiellement que la topaze est associée.

Bibliographie indicative

Bouillard J.-C., Les minéraux. Sciences et collections, Paris, CNRS éditions, 2016.

Gontero-Lauze V., Les pierres du Moyen Âge, Paris, Les Belles Lettres, 2016.

Knuth B. G., Gems in myth, legend and lore. Revised edition, Parachute (Colorado), Jewelers Press, 2007.


Kevin Troch

Docteur en histoire environnementale de l'Université de Lille (IRHiS) et de l'Université de Namur (PolleN).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.