La petite histoire des minéraux #4: l’hématite, la pierre du sang

Salut chère lectrice, cher lecteur !

Tu te demandes sans doute pourquoi j’ai été absente si longtemps. Sans entrer dans les détails, je te rassure je vais bien. Je vais même très bien. Je suis le nouveau gestionnaire des collections de l’Université de Mons et je travaille à la conservation, l’inventaire et la valorisation du riche patrimoine de l’université, notamment au sein de son futur musée. Autant te dire que c’est un boulot prenant et passionnant !

Pour ce quatrième épisode de la petite histoire des minéraux (la série où tu découvres plein de beaux cailloux), je t’emmène à la découverte de l’hématite, la pierre du sang. Alors en route pour de nouvelles aventures !

L’hématite, qu’est-ce que c’est et où la trouve-t-on ?

L’hématite, de formule Fe2O3 est l’oxyde de fer le plus répandu sur Terre. C’est un minéral noir à gris argenté, brun à rouge ou totalement rouge. Minéral très friable, il est très facilement réduit en une poudre d’un rouge semblable au sang. C’est de cette propriété que découle son nom. « Hématite » dérive du latin haematites qui est emprunté au grec αίματίτης dérivé de αίμα (haima), le sang.

L’hématite étant un minéral très commun, on en trouve un peu partout à travers le monde. Plusieurs gisements remarquables ont produit ou produisent encore des spécimens de collection.

Les mines de fer de l’Île d’Elbe (Italie) exploitées depuis les Étrusques regorgent d’hématite de qualité. Dans les fentes alpines, principalement en Suisse, on trouve des hématites ayant la forme de « pétales de fleur ». Ce sont les fameuses « roses de fer » très recherchées des collectionneurs.

Rose de fer, Saint Christophe-en-Oisans, Le Bourg-d’Oisans, Isère, Région Auvergne-Rhône-Alpes, France (Source: Mindat)

Quand elle se présente en cristaux planes et lisses, l’hématite réfléchit fortement la lumière. On la nomme alors « spécularite ». Cette variété se trouve surtout dans les mines du Brésil et dans les gisements de manganèse d’Afrique du Sud.

Elle se présente parfois sous forme de concrétions sphériques semblables à des reins. Il s’agit du kidney ore qui est exploité dans les mines du Cumbria situées dans le nord de l’Angleterre.

« Kidney Ore », mine Florence, Haile, Copeland, Cumbria, Angleterre, Royaume-Uni (source: Mindat)

On peut également la trouver sous forme d’ocre rouge, une sorte d’argile aux grains fins et tendres et en inclusions dans plusieurs minéraux comme le quartz, la rutile, la fluorite, etc. Elle leur donne une teinte rouge souvent très esthétique.

Enfin, l’hématite ne se trouve pas seulement sur Terre. En 2004, des sphères d’hématite grise sont repérées à la surface de Mars. La présence d’hématite serait due à la présence d’eau dans le passé lointain de la planète rouge.

Quelques mots sur son histoire

C’est le minerai de fer le plus abondant. L’hématite est donc très largement employée en métallurgie. Réduite en poudre, elle sert de pigment. Certains spécimens sont utilisés en joaillerie, d’autres comme minéraux de collection.

L’hématite accompagne l’Humanité depuis les temps préhistoriques. Elle était utilisée comme pigment pour les peintures rupestres et probablement comme élément d’ornementation corporelle. On la trouve sur les dessins de la grotte Chauvet datant d’environ 30000 ans avant notre ère et dans ceux de la grotte de Lascaux datés d’environ 18000 ans.

Pigment rouge provenant de la couche du Magdalénien inférieur cantabrique (environ 15 000 avant notre ère) de la grotte d’Altamira (Espagne), trouvé durant les fouilles d’Edouard Harlé en 1881 (Source: Wikipédia/Museum de Toulouse)

Durant l’Antiquité, l’hématite a plusieurs usages. Elle sert à produire du fer mais elle est aussi utilisée en médecine. Dans l’Egypte antique, elle est utilisée broyée et mélangée dans de l’oeuf ou du lait pour soigner les maladies liées au sang. L’hématite apparaît dans les traités de materia medica de l’époque (les dioscorides) et est systématiquement liée au sang.  Elle servait aussi de produit cosmétique, notamment pour la confection des bâtons de rouge à lèvre.

La variété spécularite qui réfléchit la lumière était utilisée comme miroir en Europe, au Moyen-Orient et en Amérique centrale. Par exemple, les Olmèques utilisaient des miroirs d’hématite vers 1500-500 ACN. Les Aztèques firent de même. Ils polissaient de grands cristaux d’hématite jusqu’à les rendre réfléchissant.

Spécularite, Wheal Cock, mine Botallack, Botallack, St Just, Cornouailles, Angleterre, Royaume-Uni (Source: Mindat)

L’hématite apparaît dans les lapidaires (des traités sur les pierres et les gemmes) et les ouvrages de médecine du Moyen Âge jusqu’aux 16e et 17e siècles. On la retrouve dans les rayonnages d’apothicaire. Reprenant les théories antiques et fonctionnant par analogie, la minéralogie médiévale assimile l’hématite aux maladies du sang. Elle est supposée permettre l’arrêt des écoulements de sang, celui des blessures ouvertes et des règles. Par extension, l’hématite agit sur les fluides qui s’écoulent du corps comme l’urine et les diarrhées ou qui y pénètrent comme les venins. Elle permettrait d’évacuer les calculs rénaux. Les lapidaires contiennent des recettes où l’hématite broyée et mélangée avec du blanc d’oeuf permet de soigner les yeux et les paupières paralysées, avec du lait maternel pour régler les infections urinaires ou avec du miel ou du vin pour soulager les piqûres douloureuses. Les lapidaires sont une source très utile pour les historiens car ils amalgament les vertus d’origine païennes et chrétiennes, magiques et médicinales attribuées aux minéraux, souvent issues de traités et de traditions orales perdues.

Diverses matières présentes sur les rayonnages d’un apothicaire. L’hématite se trouve en haut à gauche (Le Livre des simples médecines, 15e siècle, Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 12322, fol. 191 v°)

Voici par exemple, ce qu’en dit la première version romane du Lapidaire de Marbode, un traité rédigé par Marbode, évêque de Rennes au 12e siècle :

Il y en a une autre, l’hématite, qui n’est pas de moindre vertu. Elle arrête naturellement l’écoulement du sang et soigne facilement les maladies de peau. Quand elle est finement broyée et mélangée avec du blanc d’oeuf, elle ôte la dureté des paupières et rend la vue claire. Celui qui crache du sang, s’il a la pierre, devra la limer avec une roue de meulage puis mélanger la pierre broyée à du jus de pomme rouge ou à de l’eau: cette boisson le guérira immédiatement. Et elle est très utile aux femmes: elle limite le flux des règles quand il est trop abondant. Elle arrête l’écoulement du sang et la diarrhée; elle accélère la cicatrisation. En boisson, elle sert d’anti-venin: en cas de piqûre de serpent, elle est secourable. Avec du miel, elle est très efficace contre les yeux douloureux pour les vieillards et les enfants. Elle enlève les calculs de la vessie. [v. 647-672, traduction de l’ancien français par Valérie Gontero-Lauze, Les Pierres du Moyen Âge, Paris, Les Belles Lettres, 2016, p. 98]

Aux 18e et 19e siècles, le développement des sciences naturelles, notamment de la minéralogie, entraîne l’abandon des croyances médicales liées à l’hématite pour se concentrer sur son étude scientifique. L’hématite est également une pièce de choix dans les collections de minéraux qui deviennent à la mode à cette époque.

Actuellement, elle est toujours utilisée pour produire du fer, dans les cosmétiques mais également, du fait de sa forte densité, broyée et mélangée aux boues de forage pour les alourdir et pour colmater les puits et sous forme de granulats dans les bétons lourds.

 

Bibliographie indicative

Christopher J. Duffin, Lithotherapeutical research sources from antiquity to the mid-eighteenth century, in C. J. Duffin, R.T.J. Moody et C. Gardner-Thorpe, éd., A history of geology and medicine, Londres, Geological Society, 2013, p. 7-43.

Valérie Gontero-Lauze, Sagesses minérales: Médecine et magie des pierres précieuses au Moyen Âge, Paris, Classiques Garnier, 2010.

Valérie Gontero-Lauze, Les Pierres du Moyen Âge, Paris, Les Belles Lettres, 2016.

Robert Halleux et Jacques Schamp, éd., Les Lapidaires grecs: Lapidaire orphique. Kerygmes. Lapidaires d’Orphée. Socrate et Denys. Lapidaire nautique. Damigeron-Evax, Paris, Les Belles Lettres, 1985.

George Frederick Kunz, The Curious Lore of Precious Stones, New York, Halcyon House, 1913.

Léopold Pannier, éd., Les lapidaires français du Moyen Âge des 12e, 13e et 14e siècles, Paris, Bibliothèque de l’Ecole des hautes études, 1882.


Kevin Troch

Docteur en histoire environnementale de l'Université de Lille (IRHiS) et de l'Université de Namur (PolleN).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search